Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rapp.
Francis Rapp
Francis Rapp par Claude Truong-Ngoc février 2014.jpg
Francis Rapp en février 2014.
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Francis Jean Joseph RappVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Distinctions

Francis Rapp, né le à Strasbourg, est un universitaire et historien médiéviste français spécialiste de l’Alsace et de l’Allemagne médiévale[1].

Professeur émérite des universités, il est membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres depuis 1993.

BiographieModifier

Francis Rapp est agrégé d'histoire en 1952, professeur au Lycée Fustel-de-Coulanges de Strasbourg entre 1952 et 1953 et pensionnaire de la Fondation Dosne-Thiers de 1956 à 1961, il est chargé de cours à la faculté des lettres de Nancy de 1961 à 1972 puis assistant d’histoire médiévale à l'université Marc-Bloch de Strasbourg. Docteur ès lettres en 1972, il est maître de conférences avant de devenir professeur à l'université de Strasbourg à partir 1974[2].

Chargé de cours d’histoire du christianisme à la Faculté de théologie protestante de Strasbourg entre 1972 et 1991, il est professeur associé à l'université de Neuchâtel et professeur invité dans plusieurs universités d'Amérique du Nord et d'Europe[3].

Membre du Comité consultatif des Universités, du Conseil supérieur des Corps universitaires, du Conseil supérieur des Universités, du Comité national du Centre national de la recherche scientifique, du Conseil scientifique et du Conseil d’Administration de l’École nationale des chartes et de l’École française de Rome, il est également membre de l'Académie des sciences, lettres et arts d'Alsace, de l’Académie des Marches de l’Est et de l’Académie des sciences de Göttingen[2].

Membre du comité de rédaction de la revue Archiv für Reformationsgeschichte (de) et collaborateur à l’Encyclopédie de l’Alsace et au Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, il est élu en 1993 comme membre de l'académie des inscriptions et belles-lettres au fauteuil d'Emmanuel Laroche[2],[4].

DécorationsModifier

DistinctionsModifier

Principales publicationsModifier

  • Inventaire des sources manuscrites de l’histoire d’Alsace conservées dans les bibliothèques publiques de France, Paris, Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace, 1956.
  • Le château-fort dans la vie médiévale : le château-fort et la politique territoriale, Strasbourg, Centre d'Archéologie médiévale, 1968.
  • L'Église et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Âge, Paris, PUF, coll. "Nouvelle Clio", 1971[7]. (ISBN 978-2130505396)
  • Réformes et réformation à Strasbourg. Église et société dans le diocèse de Strasbourg (1450-1525), Paris, Ophrys, 1974[8].
  • Grandes figures de l'humanisme alsacien. Courants, milieux, destins [sous la dir. de], Strasbourg, Istra, 1978.
  • Histoire de Strasbourg des origines à nos jours [sous la dir. de], 9 vols, Strasbourg, Dernières nouvelles de Strasbourg, 1981.
  • Les origines médiévales de l'Allemagne moderne. De Charles IV à Charles Quint (1346-1519), Paris, Aubier, 1989[9]. (ISBN 978-2700722246)
  • Histoire des diocèses de France : Le Diocèse de Strasbourg, Paris, Beauchesne, 1997.
  • Koenigsbruck : l'histoire d'une abbaye cistercienne (avec Claude Muller), Strasbourg, Société d'histoire et d'archéologie du Ried Nord, 1998.
  • Le Saint-Empire romain germanique, d'Otton le Grand à Charles Quint, Paris, Seuil, 2003. (ISBN 978-2020555272)
  • Maximilien d'Autriche, Paris, Tallandier, 2007. (ISBN 978-2-84734-053-2)
  • Protestants et protestantisme en Alsace de 1517 à nos jours [sous la dir. de], Strasbourg, Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace, 2007.
  • Strasbourg [sous la dir. de], Paris, La Nuée Bleue, 2010.

Notes et référencesModifier

  1. « Francis Rapp », sur babelio.com
  2. a b c d et e « Francis Rapp », sur aibl.fr
  3. « Francis Rapp », sur academie-alsace.fr
  4. Pierre Racine, « Hommage à Francis Rapp », Revue des sciences religieuses, vol. 69, no 2,‎ , p. 143-145 (lire en ligne)
  5. « Décret du 13 mai 2016 portant promotion et nomination », sur legifrance.gouv.fr
  6. a et b « Francis Rapp », sur academie-francaise.fr
  7. Guy Fourquin, « Francis Rapp, L'Église et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Age », Revue du Nord, vol. 218,‎ , p. 301 (lire en ligne)
  8. Jean-Claude Schmitt, « Francis Rapp, Réformes et réformation à Strasbourg. Église et société dans le diocèse de Strasbourg (1450-1525) », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 32, no 6,‎ , p. 1099-1101 (lire en ligne)
  9. Jean-Marie Cauchies, « Rapp (Francis). Les origines médiévales de l'Allemagne moderne. De Charles IV à Charles Quint (1346-1519) », Revue belge de philologie et d'histoire, vol. 73, no 2,‎ , p. 488-491 (lire en ligne)

Voir aussiModifier