Ouvrir le menu principal

Quai de la Mégisserie

ville de Paris, France

1er arrt
Quai de la Mégisserie
Image illustrative de l’article Quai de la Mégisserie
Vue du quai.
Situation
Arrondissement 1er
Quartier Saint-Germain-l'Auxerrois
Début Pont au Change et 1, place du Châtelet
Fin Pont Neuf et 2, rue du Pont-Neuf
Morphologie
Longueur 315 m
Largeur 23,20 m
Historique
Ancien nom Vallée de la Misère
Vallée de Pie
Quai de la Poulaillerie
Rue de la Mesgneiscerie
Quai de la Saunerie
Quai de la Mégisserie
Quai de la Ferraille
Quai de la Ferronnerie
Géocodification
Ville de Paris 6164
DGI 6249

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Quai de la Mégisserie
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Le quai de la Mégisserie est une voie située dans le 1er arrondissement de Paris.

Situation et accèsModifier

Depuis longtemps, ce quai est connu pour ses nombreuses animaleries et ses pépiniéristes.

Le quai commence au pont au Change et 1, place du Châtelet et finit au pont Neuf et au 2, rue du Pont-Neuf et est situé dans le 1er arrondissement de Paris, quartier Saint-Germain-l'Auxerrois.

Le quai qui longe le théâtre du Châtelet est le point de départ des rues Édouard-Colonne, Bertin-Poirée et des Bourdonnais. Le front sur le quai des deux pâtés de maisons formés par ces trois rues est occupé par des animaleries et des pépiniéristes depuis longtemps. Le quai s'achève en longeant l'ancienne annexe de La Samaritaine qui abrite aujourd'hui un magasin Conforama.

La circulation automobile s'y fait à sens unique, de l'ouest vers l'est. En contrebas du quai, sur la berge, se trouve la voie Georges-Pompidou, dont une rampe de sortie aboutit sur le quai de la Mégisserie. Sur le parapet qui surplombe la voie et la Seine s'alignent les boîtes des bouquinistes.

Ce site est desservi par les stations de métro Châtelet et Pont-Neuf.

Origine du nomModifier

Elle tire son nom des mégissiers qui y étaient installés.

HistoriqueModifier

 
Vue du quai en hiver.
 
Le quai et ses boutiques.

Cette voie est citée dans Le Dit des rues de Paris de Guillot de Paris sous la forme « rue de la Mesgneiscerie ».

Elle fut transformée en quai en 1369, sous le règne de Charles V sous le nom de « quai de la Saunerie » en raison de la proximité du port au sel et du grenier à sel[1],[2].

Reconstruit vers 1520, le quai est rallongé jusqu'au château du Louvre et, en 1532, il porte le nom de « quai de la Saunerie » sur la totalité de sa longueur[2].

Auparavant, la partie qui s'étendait de la place du Châtelet à l'abreuvoir Pépin[3] était appelée « vallée de la Misère », car elle était dans la continuité de la rue de la Vallée-de-Misère, nom donné en raison les bouchers, qui y avaient leurs étals sur le quai et qui y égorgeaient les animaux[4], ainsi que « quai de la Poulaillerie » pour une raison analogue, et encore « vallée de Pie[5],[2] ». La partie qui s'étendait après l'abreuvoir Pépin, occupée par des mégissiers, était déjà appelée « quai de la Mégisserie ». En 1673, les mégissiers furent déplacés dans le faubourg Saint-Marcel, le long de la Bièvre.

Le mot « vallée » a le sens de « placée en contrebas » et le mot « misère » rappelle la crue de la Seine de janvier 1496 qui avait apporté misère et désolation[1].

Élargi en 1769, il est ensuite nommé « quai de la Ferraille » et « quai de la Ferronnerie » à cause des marchands qui étalaient leur ferraille le long du mur d'appui, avant de retrouver son odonyme précédent.

En 1816, ce quai commençait au pont au Change et à la place du Châtelet et finissait au pont Neuf et à la place des Trois-Maries[2]. Il était alors situé dans l'ancien 4e arrondissement dans le quartier du Louvre[6].

À cette époque, les numéros du quai étaient rouges[2], il n'y avait pas de numéro impair et le dernier numéro pair était le no 84.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • No 20 : plaque en hommage à C. Deloge, inspecteur au commissariat Palais-Royal, mort pour la Libération.
  • No 48 : domicile de Pierre-Antoine Demachy, qui y meurt le 10 septembre 1807.
 
Pépiniériste à l'enseigne du Coq Hardi, 18, quai de la Mégisserie, photographié en 1902 par Eugène Atget.

RéférencesModifier

  1. a et b Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), p. 119.
  2. a b c d et e Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1817.
  3. « Rue de l'Arche Pépin », canadp-archivesenligne.paris.fr.
  4. Louis Batiffol, La Vie de Paris sous Louis XIII, éditions Calmann-Lévy, 1932, p. 83.
  5. Gilles Corrozet, Les Antiquités, histoires, chroniques et singularités de Paris.
  6. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 14e quartier « Louvre », îlot no 20, F/31/80/40, îlot no 21, F/31/80/41, îlot no 22, F/31/80/42, îlot no 23, F/31/80/43, îlot no 24, F/31/80/44, îlot no 26, F/31/80/46.

BibliographieModifier

Voir aussiModifier