Châtelet (métro de Paris)

station du métro de Paris

Châtelet
Édicule Guimard de la stationsur la place Sainte-Opportune.
Édicule Guimard de la station
sur la place Sainte-Opportune.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 1er, 4e
Coordonnées
géographiques
48° 51′ 31″ nord, 2° 20′ 50″ est
Géolocalisation sur la carte : 4e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 4e arrondissement de Paris)
Châtelet
Géolocalisation sur la carte : 1er arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 1er arrondissement de Paris)
Châtelet
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Châtelet
Caractéristiques
Voies 11
Quais 10
Longueur (1), (4), (7) : 90 m
(11) : 75 m
(14) : 120 m
Zone 1
Transit annuel 10,8 millions de voyageurs (2019)
Historique
Mise en service (1)
(4)
(7)
(11)
(14)
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 0108
Ligne(s) (1)(4)(7)(11)(14)
Correspondances
RER (RER)(A)(B)(D) (Châtelet - Les Halles)
Bus RATP (BUS) RATP 21 38 47 58 67 69

70 72 74 75 76 85 96

Noctilien (N) N11 NOCTILIEN.png N12 NOCTILIEN.png N13 NOCTILIEN.png N14 NOCTILIEN.png N15 NOCTILIEN.png N16 NOCTILIEN.png

N21 NOCTILIEN.png N22 NOCTILIEN.png N23 NOCTILIEN.png N24 NOCTILIEN.png N122 NOCTILIEN.png

N144 NOCTILIEN.png N145 NOCTILIEN.png

(1)
(4)
(7)
(11)
(14)

Châtelet est une station des lignes 1, 4, 7, 11 et 14 du métro de Paris, située à cheval sur les 1er et 4e arrondissements de Paris.

Avec la station République, elle est une des deux stations du réseau à être desservie par cinq lignes de métro. Du fait de sa position au cœur de Paris, elle constitue le centre névralgique du métro parisien.

SituationModifier

 
Agencement souterrain des différentes lignes de métro et RER de Châtelet - Les Halles.

La station comprend deux parties reliées entre elles par un long couloir équipé de deux tapis roulants.

Ils desservent sous la place du Châtelet :

Plus au nord, ils desservent :

La station est reliée, depuis la partie nord, par un autre couloir comprenant trois tapis roulants, à la gare RER de Châtelet - Les Halles et, par l'intermédiaire de celle-ci, à la station de métro Les Halles de la ligne 4.

HistoireModifier

Mises en serviceModifier

La station Châtelet est ouverte le , soit plus de deux semaines après la mise en service du premier tronçon de la ligne 1 entre Porte de Vincennes et Porte Maillot. Jusqu'alors, les trains la traversaient sans y marquer l'arrêt.

Le , la station de la ligne 4 est ouverte avec l'inauguration de son premier tronçon sur la rive droite de la Seine, dont elle constitue provisoirement le terminus sud depuis Porte de Clignancourt jusqu'au , date d'achèvement de la double traversée sous-fluviale, permettant aux rames de poursuivre à travers la rive gauche du fleuve jusqu'à Porte d'Orléans.

Le , la station de la ligne 7 est ouverte avec la mise en service de son prolongement depuis Palais Royal (aujourd'hui Palais Royal - Musée du Louvre) jusqu'à Pont Marie. Initialement conçue en tant que station indépendante sous le nom de Pont Notre-Dame, elle devient Pont Notre-Dame - Pont au Change le de la même année. Les lignes 4 et 7 se croisent alors sans correspondance. Le , elle est reliée aux stations des lignes 1 et 4 par la création d'un long couloir de correspondance. À cette occasion, elle reprend leur dénomination de Châtelet, le patronyme de Pont au Change subsistant toutefois en sous-titre sur la faïence des quais.

Cette fusion est motivée par la construction de la ligne 11 qui est effective le . La station de cette dernière est inaugurée en tant que terminus occidental de son premier tronçon, depuis Porte des Lilas. Elle porte comme sous-titre Avenue Victoria jusqu'en 2018.

Enfin, le , la station de la ligne 14 est ouverte à son tour à l'occasion de l'inauguration de son premier tronçon entre Madeleine et Bibliothèque François-Mitterrand. Depuis cette date, la station est la seconde du réseau à détenir le record du plus grand nombre de correspondances, cinq, à égalité avec République (desservie par les lignes 3, 5, 8, 9 et 11).

Origine des nomsModifier

La station tire sa dénomination principale de sa proximité avec la place du Châtelet, laquelle est aménagée à l'emplacement du Grand Châtelet, ancienne forteresse qui servit de prison et de tribunal sous l'Ancien Régime, avant d'être démolie en 1802 au cours du règne de Napoléon Ier.

La station de la ligne 7 doit son nom initial de Pont Notre-Dame et son sous-titre actuel de Pont au Change à sa proximité avec les ponts en question, étant établie directement sous le quai de Gesvres sur la rive droite de la Seine. Le premier est ainsi nommé parce qu'il conduit à l'Île de la Cité sur laquelle est bâtie la cathédrale Notre-Dame de Paris, tandis que le second (conduisant à la même île) tient son nom des changeurs et orfèvres qui s'établirent dessus sur ordonnance de Louis VII.

Le sous-titre d’Avenue Victoria, attribué au seul terminus de la ligne 11 avant de disparaître en 2018, provient de l'avenue Victoria sous laquelle les quais sont établis. Celle-ci est ainsi baptisée en souvenir de la réception de la souveraine britannique, la reine Victoria, à l'Hôtel de Ville le .

ModernisationsModifier

De à , comme la majorité des stations de la ligne 1 en parallèle de sa pneumatisation, ses quais sont rallongés à 90 mètres afin d'accueillir des rames de six voitures pour faire face aux importantes surcharges chroniques.

Le , la station est la première à être dotée de trottoirs roulants, d'une longueur de 132 mètres, dans le couloir reliant ses parties nord et sud[1].

Comme l'essentiel des stations de la ligne 4 entre octobre 1966 et octobre 1967, les quais de cette dernière sont allongés à leur tour à 90 mètres, afin de recevoir des trains de six voitures à roulement pneumatique permettant d'augmenter le débit de la ligne.

À l'occasion de l'ouverture le de la gare de Châtelet - Les Halles et du couloir de correspondance la reliant à cette dernière, la station est partiellement modernisée avec la pose de petits carreaux en céramique plats fins, jaune orangé et blancs, dans les couloirs de correspondance de sa partie nord. La même année, une fresque de l'artiste français Hervé Mathieu-Bachelot, intitulée En rouge et en blanc, est installée sur un piédroit non loin des principaux accès à la ligne 4. En 1985, le couloir reliant les parties nord et sud de la station reçoit également deux mosaïques identiques de ce même artiste : Obliques enrubannées (œuvre réalisée avec André Ropion).

Comme un tiers des stations du réseau entre 1974 et 1984, l'ensemble des points d'arrêt sont aménagés en style « Andreu-Motte », en jaune accompagné de carrelage blanc plat pour la ligne 1, en rouge avec également du carrelage blanc plat sur la ligne 4, en vert avec conservation des faïences biseautées d'origine pour la ligne 7 et en bleu avec maintien des carreaux en céramique blancs biseauté sur la ligne 11.

Dans le cadre de l'automatisation de la ligne 1, sa station a été rénovée en 2009, perdant alors sa décoration « Motte » jaune. Ses quais ont été rehaussés au cours du week-end des 7 et 8 mars 2009[2] afin de recevoir des portes palières, lesquelles ont été installées en novembre 2010.

Du 16 avril 2013 au 25 février 2016, les couloirs assurant la correspondance entre les lignes 4 et 14, devenus trop exigus et congestionnés, sont élargis et doublés pour chacun d'un escalier mécanique montant. Les trémies d'escaliers fixes empiétant sur les quais de la ligne 4 sont alors supprimées au profit d'une large ouverture dans chaque piédroit[3].

À partir de 2014 jusqu'au 15 février 2016, l'ensemble des couloirs de correspondance, hormis ceux donnant accès à la ligne 14, sont modernisés dans le cadre du programme « Renouveau du métro » de la RATP[4]. La station est depuis lors divisée en deux secteurs distincts dénommés Secteur Rivoli et Secteur Seine, se distinguant chacun par un symbole représenté en relief sur les frises en céramique au-dessus du carrelage blanc biseauté : celles du premier, de couleur bronze, possèdent des motifs suggérant les alignements d'immeubles de la rue de Rivoli, tandis que celles du second, de couleur bleu ciel, sont ornées de vagues rappelant la Seine. En outre, la gare du RER et la station voisine Les Halles sont également désignées sous la mention Secteur Forum.

Dans certains couloirs, les carreaux en céramiques blancs biseautés ont pour la première fois des dimensions mesurant le double de celles du format classique, de façon similaire aux carreaux de la station Porte d'Orléans sur la ligne 4, et qui seront par la suite déployés aux stations Maisons-Alfort - Les Juilliottes sur la ligne 8 (en 2016) et Basilique de Saint-Denis sur la ligne 13 (en 2018). Par la suite, les noms des deux secteurs seront progressivement rajoutés à gauche des panneaux nominatifs des quais (en commençant par la ligne 11 en 2018 puis la ligne 1 en 2019).

La rénovation du couloir de correspondance reliant le Secteur Rivoli au Secteur Seine est achevée plus tardivement, début 2017. Elle comprend notamment le remplacement des trottoirs roulants, dorénavant raccourcis, ainsi que la mise en place de panneaux muraux destinés à recevoir des fresques événementielles et d'un dispositif d'éclairage spécifique, dont la teinte jongle entre le blanc froid, le blanc chaud et la couleur ambre. La double mosaïque n'est dorénavant plus visible.

Dans le cadre de l'automatisation de la ligne 4, son point d'arrêt est en cours de modernisation depuis le second semestre 2016, perdant alors son style « Motte » rouge. Ses quais ont été rehaussés du au .

Dans le cadre du prolongement de la ligne 11 jusqu'à Rosny-Bois-Perrier, son terminus subit d'importants travaux du à fin , période durant laquelle le terminus occidental de la ligne est reporté à la station voisine Hôtel de Ville. Les quais sont rehaussés, consolidés et carrelés, les voies et la signalisation renouvelées et l'escalier de correspondance doublé. Le tiroir de retournement est allongé au droit de la voie centrale, sous la cave du restaurant Terminus Châtelet, afin de pouvoir accueillir des rames de cinq voitures[5].

Dans le courant du premier semestre 2019, les quais de la ligne 7 se voient retirer leurs banquettes maçonnées de style « Motte » en carrelage vert, de même que les sièges « coque » caractéristiques dont elles étaient surmontées jusqu'alors, au profit d'assises contemporaines, lesquelles ont été installées dans le courant de l'été.

FréquentationModifier

En 2019, selon les estimations de la RATP, 10,8 millions de voyageurs sont entrés dans cette station ce qui la place à la 12e position des stations de métro pour sa fréquentation sur 302[6],[7].

Services aux voyageursModifier

AccèsModifier

La station possède plusieurs bouches de métro :

QuaisModifier

 
La voûte des cagnards sous le quai de Gesvres, peinte par Auguste Regnier en 1815.

Toutes les lignes à l'exception de la ligne 11 possèdent des stations de configuration standard, à deux quais encadrant deux voies sous une voûte elliptique.

Les quais de la ligne 1 sont décorés de carreaux blancs et plats en céramiques qui recouvrent la voûte et le tympan. L'éclairage est de type « Gaudin » typique du renouveau du métro des années 2000 et les quais sont équipés de portes palières. Les cadres publicitaires sont métalliques et les piédroits sont équipés de panneaux en bois couronnés par le nom de la station retro-éclairé écrit en police Parisine.

Les quais de la ligne 4 sont décorés dans le style « Andreu-Motte » de couleur rouge avec des carreaux plats des années 1970 jusqu'en 2018. Dans le cadre de l'automatisation de la ligne, ces quais sont toujours en travaux en 2019, le style Andreu-Motte ayant été entièrement déposé.

 
L'ouvrage actuel, intégré à la station de la ligne 7.

Les quais de la ligne 7 sont décorés dans le style « Andreu-Motte » de couleur vert pomme, associé à la décoration d'origine de la CMP, caractérisée par des carreaux blancs biseautés, des cadres publicitaires en faïence couleur miel. Le nom de la station est complété de son ancienne appellation, (Pont au Change), également écrit en faïence. À l'extrémité est de la station, la voûte, inhabituellement haute, offre la place à une passerelle enjambant les voies. En 1642, Louis XIII avait cédé un terrain au marquis de Gesvres et avait exigé qu'il établisse, sous le quai qui porte aujourd'hui son nom, une galerie composée d'arcades donnant sur la Seine[8]. Surnommées « cagnards », ces voûtes insalubres devinrent rapidement un repaire pour les malfrats de la capitale. Après avoir été condamnées au XIXe siècle, elles furent remises au jour en 1921 lors de la construction du métro[9]. À la demande de la Commission du Vieux Paris, l'ouvrage fut préservé et intégré à la station, ce qui explique cette configuration inhabituelle[8],[10].

La station de la ligne 11 est particulière : elle possède deux quais encadrant deux voies ainsi qu'une troisième voie côté sud, du fait de son rôle de terminus. Elle est décorée dans le style « Andreu-Motte » de couleur bleue. Le nom de la station est indiqué sur des plaques émaillées. En 2018, celles-ci ont été renouvelées passant d'une police de caractère en lettres capitales à la police Parisine, mais en perdant l'ancien sous-titre Avenue Victoria.

La station de la ligne 14 possède les aménagements propres à cette ligne avec une décoration sobre et moderne mêlant le bois et le béton. Elle possède une voûte monumentale et les quais sont équipés de portes palières.

IntermodalitéModifier

La station est desservie par les lignes 21, 38, 47, 58, 67, 69, 70, 72, 74, 75, 76, 85 et 96 du réseau de bus RATP et, la nuit, par les lignes N11, N12, N13, N14, N15, N16, N21, N22, N23, N24, N122, N144 et N145 du réseau de bus Noctilien.

À proximitéModifier

CultureModifier

Le nom de la station de métro se retrouve dans l'album Métro Châtelet direction Cassiopée de la série de bande dessinée Valérian et Laureline.

La station est évoquée dans la chanson Ce Petit Blouson En Daim du groupe Stupeflip, issue de leur album The Hypnoflip Invasion paru en 2011.

Dans l'épisode 53 de la série Bref. l'acteur Lorànt Deutsch fait un caméo dans son propre rôle. Alors que « Je » lui raconte avoir eu des problèmes dans les transports à la station Châtelet, celui-ci l'interrompt pour lui expliquer l'étymologie du nom de la station. Cela constitue une référence humoristique à son livre Métronome, qui relate des anecdotes sur l'histoire de Paris à partir des stations de métro.

Galerie de photographiesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Gérard Roland, Stations de métro d'Abbesses à Wagram, Christine Bonneton, , 224 p. (ISBN 9782862533827), p. 81.
  2. Actualités RATP, www.ratp.fr.
  3. Bertrand Lambert, « La correspondance express 4 – 14 enfin rouverte à Châtelet », sur Transportez moi, (consulté le 2 janvier 2020).
  4. « SYMBIOZ - Le Renouveau du Métro », sur www.symbioz.net (consulté le 9 mai 2019)
  5. Jean-Gabriel Bontinck, « Ligne 11 du métro : la station Châtelet vient de rouvrir », sur leparisien.fr, (consulté le 31 décembre 2019).
  6. « Trafic annuel entrant par station du réseau ferré 2019 : Métro CHATELET », sur data.ratp.fr (consulté le 7 août 2020).
  7. Le nombre de 302 stations n'inclut pas la station fictive Funiculaire de Montmartre. Cette dernière est en effet considérée comme une station de métro (et deux points d'arrêts) par la RATP et rattachée statistiquement à la ligne 2, ce qui explique pourquoi la RATP annonce 303 stations et non 302 en 2019.
  8. a et b Rodolphe Trouilleux, Paris secret et insolite, Parigramme, , 269 p. (ISBN 978-2-84096-572-5), p. 40.
  9. « Les cagnards, ces voûtes disparues de Paris », sur Paris ZigZag | Insolite & Secret (consulté le 3 février 2020).
  10. « Station Châtelet / Pont-au-change de la ligne 7 : la voûte la plus ancienne du métro parisien », sur lindependantdu4e.typepad.fr, (consulté le 18 mai 2020).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

 

Les coordonnées de cet article :

Article connexeModifier