Quai d'Orléans

quai de Paris, France

Le quai d'Orléans est une voie située le long de la Seine sur le côté sud de l'île Saint-Louis dans le quartier Notre-Dame du 4e arrondissement de Paris.

4e arrt
Quai d'Orléans
Voir la plaque.
Voir la photo.
Vue depuis la rive gauche du quai de la Tournelle.
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Notre-Dame
Début 1, rue des Deux-Ponts
Fin 2, rue Jean-du-Bellay
Morphologie
Longueur 275 m
Largeur 7,60 m
Historique
Création 1614 à 1646
Ancien nom Quai de l'Égalité
Géocodification
Ville de Paris 6859
DGI 6936
Géolocalisation sur la carte : 4e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 4e arrondissement de Paris)
Quai d'Orléans
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Quai d'Orléans
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Situation et accèsModifier

Situé au sud de l'île Saint-Louis, le quai d'Orléans relie les ponts de la Tournelle et Saint-Louis ; il est prolongé en amont par le quai de Béthune, et en aval par le quai de Bourbon. Donnant d'un côté sur la Seine, ce quai est bordé sur son autre côté par d'anciens hôtels particuliers datant du XVIIe siècle et figurant pour la plupart sur la liste des monuments historiques. Aujourd'hui, le quai d'Orléans est un lieu de résidence privilégié où se retrouvent notamment des personnalités du cinéma ou de la télévision.

Le quai d'Orléans est desservi à proximité par la ligne    à la station Pont Marie, ainsi que par les lignes de bus RATP 24678687.

Origine du nomModifier

 
Gaston d’Orléans.

Le quai doit son nom à Gaston d'Orléans, frère de Louis XIII.

HistoriqueModifier

 
Le quai d'Orléans vers 1900 (photographie d'Eugène Atget).

Le quai a été créé de 1614 à 1646. Durant la Révolution française, de 1792 à 1806, il a été dénommé « quai de l'Égalité » avant de reprendre son nom[1].

En contrebas des digues, un quai aménagé longe partiellement la Seine. Il est très fréquenté l'été et lors des journées ensoleillées.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

 
L'Abreuvoir aux chevaux, la Seine (1883), eau forte de George Percy Jacomb-Hood (en).
  • No 6 : la Bibliothèque polonaise de Paris, administrée par la Société historique et littéraire polonaise, y est installée depuis 1854. Elle abrite le musée Adam-Mickiewicz. L’écrivain et poète polonais Adam Mickiewicz (1798-1855) y fut en effet bibliothécaire[2].
  • No 8 : comme le signale une plaque en façade, le poète Jean de La Ville de Mirmont (1886-1914) a vécu à cette adresse de 1911 à 1914.
  • No 12 (et 1, rue Budé) : hôtel d'Arvers ; maison natale du poète et dramaturge Félix Arvers (1806-1850). Une plaque en bronze réalisée par le graveur Édouard Fraisse est apposée en sa mémoire au coin de la rue Budé le 23 juillet 1906, au centième anniversaire de sa naissance[3]. En 1930, le concierge de l’immeuble, alcoolique et violent, y est assassiné de deux coups de revolver par sa jeune femme[4].
  • No 16 : en 1949, Roger Vadim et Brigitte Bardot y vécurent[5].
  • Nos 18-20 : à l’emplacement du no 18 sont édifiées au milieu du XVIIe siècle deux maisons identiques, qui sont par la suite réunies en une seule par Étienne-François Turgot[6], marquis de Soumont, gouverneur de Cayenne et de la Guyanne. En 1791, cette maison est estimée 72 750 francs. À l’emplacement du no 20 se trouve au XVIIe siècle une maison « d’un rez-de-chaussée et trois étages, à deux fenêtres par étage ». Ses propriétaires successifs sont : Pierre Cordier (qui la fait bâtir), Jacques Rohault (1662), François de Bourlon, écuyer du roi, seigneur de Choisy et de Croix-Fontaine (1670), Jean-Louis de Massuau, marquis d’Arcelot (1686), Louis-Alphonse de Massuau (vers 1720), Charles de Tournay d’Assigny, comte d’Oisy (1756) et la comtesse de Rosières (1781). L’ensemble, qu’on désigne parfois sous le nom d’hôtel de Rolland, est reconstruit, ou restructuré, à la fin du XVIIIe siècle[7]. Dans les années 1920, l’immeuble est acheté par Tudor Wilkinson, un riche collectionneur d’art américain, qui entreprend de lui ajouter trois étages[8]. Malgré un « signalement » à la Commission du Vieux Paris le 28 novembre 1925 et un refus de construire de l’Administration[9], les travaux sont réalisés[10], « défigurant » ainsi, selon l’historien Jacques Hillairet, la construction originelle. C’est la raison pour laquelle on peut encore observer aujourd’hui, au niveau du 6e étage, deux gargouilles et une fenêtre trilobée « gothique » insérée dans la maçonnerie, sans le moindre rapport avec l’architecture d’un bâtiment daté du XVIIe siècle ou du XVIIIe siècle.
  • No 22 (et 2, rue Le Regrattier) : en 1639, l’entrepreneur Le Regrattier, ayant donné son nom à la rue voisine, vend un terrain situé à cet emplacement à Jean de la Fond, maître d’hôtel du roi, qui y fait construire « une maison à deux étages, surmontés d’un comble mansardé, avec quatre fenêtres par étage »[7], dont l'entrée se situe au no 2 de la rue Le Regrattier ; à hauteur de l'immeuble se trouve, face à la rue Le Regrattier, une rampe pavée qui descend vers le fleuve donnant accès à l'ancien abreuvoir commun. La surveillance et l'entretien des abreuvoirs de Paris — indispensables pour abreuver les animaux et notamment les chevaux de cavalerie — étaient autrefois strictement réglementés[11].
  • Nos 28, 30 et 32 : maisons Arnaud. En 1663, Marcelin Arnaud, trésorier de l’extraordinaire des guerres en Artois, Picardie et Flandres, fait édifier à cet emplacement trois maisons par l’architecte Libéral Bruand ; deux de ces maisons sont en bordure du quai et la troisième, l’hôtel Arnaud, se situe en retrait[12]. L’ensemble comprend donc à l’origine trois entrées donnant accès à trois bâtiments distincts. Ces bâtiments ayant été réunis, il ne reste aujourd’hui qu’un portail ; les deux autres entrées ont été transformées en appartements mais leur emplacement est aisément reconnaissable en façade. L’entrée du milieu menait à l’hôtel Arnaud. La façade de l'immeuble sis à ces numéros est inscrite aux monuments historiques[13].

Dans la cultureModifier

Notes et référencesModifier

  1. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, Éditions Maisonneuve & Larose, 1855, p. 506.
  2. « Un voyage aux îles de la Seine... dans Paris », Le Petit Journal, 5 septembre 1925, sur RetroNews.
  3. « En l’honneur d’Arvers », La Patrie, 23 juillet 1906, sur RetroNews.
  4. « À la pointe de l’île Saint-Louis, quai d’Orléans, une concierge tue de deux coups de revolver son mari qui la maltraitait », Excelsior, 12 septembre 1930, sur RetroNews.
  5. Marie-Dominique Lelièvre, Brigitte Bardot. Plein la vue, Éditions Flammarion, 2012, p. 41.
  6. Sur l’écriteau apposé en façade, on lit Étienne Francis Turgot.
  7. a et b Jacques Hillairet, L’Île Saint-Louis, Éditions de Minuit, 1967.
  8. (en) « New American Atrocity Menaces Ile St Louis, French Newspaper Wails », The Chicago Tribune and the Daily News, New York, 20 septembre 1929, sur RetroNews.
  9. Commission du Vieux Paris, Ville de Paris, 1925, Séance du samedi 28 novembre 1925, Procès-verbal no 15 .
  10. « Gratte-ciel dans l’île Saint-Louis », Comœdia, 28 septembre 1927, sur RetroNews.
  11. Encyclopédie Méthodique. Jurisprudence, dédiée et présentée à Monseigneur Hue de Miromesnil, Garde des Sceaux de France &c., Tome 1, Panckoucke, Paris, 1782, online, p. 40.
  12. Nicolas Courtin, « Les maisons Arnaud. 28, 30 et 32, quai d’Orléans », L’Île Saint-Louis, Action artistique de la ville de Paris, 1997 (ISBN 2-905118-93-8).
  13. Base Mérimée (PA00086363).
  14. Proust, Du côté de chez Swann, France Loisirs, , p.81

AnnexesModifier

Liens externesModifier