Ouvrir le menu principal

Quai de Béthune

villa de Paris, France

4e arrt
Quai de Béthune
Image illustrative de l’article Quai de Béthune
Le quai de Béthune vu du pont de Sully.
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Notre-Dame
Début Pont de Sully et
1, boulevard Henri-IV
Fin Pont de la Tournelle et
2, rue des Deux-Ponts
Morphologie
Longueur 365 m
Largeur 7,80 m
Historique
Création 1614 à 1646
Ancien nom Quai du Dauphin
quai des Balcons
quai de la Liberté
Géocodification
Ville de Paris 0944
DGI 0940

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Quai de Béthune
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Le quai de Béthune est un quai situé le long de la Seine sur l'île Saint-Louis dans le 4e arrondissement de Paris.

Situation et accèsModifier

Le quai de Béthune longe la Seine sur un peu moins de 400 mètres entre les ponts de Sully (amont) et celui de la Tournelle (aval). Deux rues, orientées sud-nord, le rejoignent quasiment à angle droit : la rue de Bretonvilliers et la rue Poulletier.

Cette voie est bordée d'un côté par un trottoir arboré qui jouxte en surplomb la Seine et de l'autre par d'anciens hôtels particuliers datant du XVIIe siècle et figurant pour la plupart sur la liste des monuments historiques.

Comme le quai d'Orléans qu'il prolonge à l'orient, le quai de Béthune est un lieu résidentiel privilégié où habitèrent et habitent de nombreuses personnalités, en particulier l'ancien président de la République, Georges Pompidou.

Ce site est desservi par la station de métro Sully - Morland.

Origine du nomModifier

Ce quai porte le nom de Maximilien de Béthune, duc de Sully (1559-1641), ministre de Henri IV.

HistoriqueModifier

Le quai a été construit de 1614 à 1646, et fut baptisé successivement « quai du Dauphin », « quai des Balcons » (en raison d'une proposition de Louis Le Vau qui suggérait que toutes les façades en bordure de Seine des hôtels de l'île soient ornées de balcons), et de « quai de la Liberté » (pendant la Révolution), pour finalement prendre le nom de « quai de Béthune ». Il ne possède pas de berges basses.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • No 24 : immeuble du 24, quai de Béthune. Derniers vestiges de l’ancien hôtel d'Hesselin élevé du début de l'été 1640 et celui de 1642[2] par Le Vau pour Louis Hesselin, maître de la Chambre aux deniers, intendant des Plaisirs du roi et ordonnateur des ballets de la Cour avec, en particulier, le portail, dont les panneaux seront sculptés par Étienne le Hongre de deux têtes de bélier. Son successeur sera en 1669, François Molé, seigneur de Charonne, conseiller du roi, abbé de l'abbaye Sainte-Croix de Bordeaux. Il revendit en 1719 à Monerat, lequel revendit en 1787 à d'Ambrun de Moûtalets, intendant d'Auvergne. Acheté ensuite par Brochant dont la veuve eut pour héritier Jean Michel Le Chanteur, conseiller au Parlement de Paris[3]. Elle fit élever l'immeuble de deux étages et compta parmi ses locataires un nonce du pape et Loquet, maire de l'arrondissement. Bien que partiellement classé aux monuments historiques, il fut détruit en juin 1934 à la demande d'Helena Rubinstein et sera remplacé par un nouvel immeuble dessiné par Louis Süe. Modèle:Rfnec
  • No 26 : hôtel Nicolas Sainctot, ou hôtel de Binanville au XVIIIe siècle construit par Louis Le Vau entre 1639 et 1642, pour Nicolas Sainctot, maître d'hôtel du Roi et introducteur des Ambassadeurs. Perducet, marchand de vin, puis banquier, adjoint au maire d'arrondissement, en fit l'acquisition de Mme Dufour de Villeneuve, la maison étant en ruine. Il fut restauré en 1839. Elle a appartenu à Gilet, banquier à la fin du XIXe siècle.
 
No 28 : hôtel Claude Aubert-Perrot avec deux des trois bas-reliefs.
  • No 28 : hôtel Claude Aubert-Perrot, construit par Louis Le Vau père et Louis Le Vau, entre 1640 et 1643. Claude Aubert était contrôleur des rentes de l'hôtel de ville. Bâtiment restauré en 1770 pour le nouveau propriétaire Pierre Perrot, président de la Cour des Comptes. De cette période datent les trois bas-reliefs représentant les allégories de La Sculpture, La Peinture et de La Musique.
  • No 30 : hôtel Potard, édifié par Louis Le Vau père de 1640 à 1641 pour Louis Potard, commissaire des Guerres. Décoré de mascarons, guirlandes et instruments de musique sculptés sur la façade au-dessus des ouvertures au XVIIIe siècle. Le dernier étage et les combles furent rajoutés plus tard. Six consoles de pierre à rouleaux décorés soutiennent le balcon du premier étage. La porte cochère est surmontée par un masque féminin encadré de feuillage et ouvre sur un vestibule communiquant à la cour. Monsieur Tiercelin en est propriétaire en 1875 et, avant lui, le frère du ministre Turgot, ainsi que Martin Le Roy, sieur de Gomberville et du Parc aux chevaux, secrétaire du Roi et romancier, marguillier de Saint-Louis-en-l'Île. Cet hôtel particulier fait l'objet d'un arrêt préfectoral de péril d'immeuble en date du 18 décembre 2008.
  • No 32 : hôtel Gruyn de Bordes, construit par Le Vau, père et fils, de 1640 à 1642 pour Philippe de Gruyn, receveur des finances à Alençon. Le grand balcon est porté par six consoles métalliques. En 1875, les nos 32, 34 et 36 appartiennent aux mêmes propriétaires, messieurs Carpentier et Monvoisin et madame la marquise du Sandat.
  • No 34 : hôtel Gontaut Biron, construit de 1640 à 1642 pour Simon Huguet, procureur aux comptes. Dans la cour, un corps de bâtiment avec un escalier conduit aux appartements qu'occupaient les deux sœurs Élisabeth de la Rochefoucault et Françoise Biron. L'hôtel porte le nom de Louis Antoine de Gontaut, duc de Biron, propriétaire dans la première moitié du XVIIIe siècle. Deux corps de logis, l'un face au quai, le second au fond de la parcelle. Bel escalier en bois à balustres carrés avec une cage décorée en trompe-l'œil.
 
No 36 : hôtel où habitèrent Marie Curie, puis René Cassin.
  • Nos 26 à 36 : hôtels construits de 1639 à 1640.
  • No 36 : hôtel de Pierre Viole, construit de 1640 à 1642 pour Pierre Violle, président aux enquêtes à partir du 1er février 1642. Il y eut dans cet hôtel beaucoup d'activités pendant la Fronde. Le propriétaire fut exilé comme meneur de la révolte. En 1661, la famille Violle vend le bâtiment à Pierre Forest, maître d'hôtel et premier valet de chambre du Roi. Il restera dans cette famille jusqu'en 1762. Il est acheté cette année-là par Pierre Thomas Perrot, conseiller du Roi qui le cédera à ses neveux en 1770. Resté inhabité pendant de nombreuses années, il subira des restaurations au XVIIIe siècle par Gailleton, propriétaire, et au XIXe siècle par Jules Jaluzot, propriétaire, fondateur des magasins du Printemps. Il ne reste plus de l'époque de sa construction qu'un escalier tournant. Y résidèrent de 1912 à 1934 Marie Curie, et René Cassin de 1952 à 1976[1].
  • No 38 : haute maison percée de petites fenêtres, propriété de M. Beuron, marchand de bois en 1875, l'ensemble des lieux ayant appartenu à Lambert de Thorigny.

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Protections patrimoniales, 4e arrondissement, pluenligne.paris.fr.
  2. Alexandre Cojannot, Louis Le Vau, les débuts d'un architecte parisien (1612-1654), thèse pour le diplôme d'archiviste paléographe, École nationale des Chartes, 2000.
  3. Dont la fille épousa Alexandre Parent-Duchâtelet qui fut l'auteur d'un ouvrage sur la prostitution[réf. nécessaire].

Liens externesModifier