Puygiron

commune française du département de la Drôme

Puygiron
Puygiron
Puygiron et ses champs de lavande.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Intercommunalité Montélimar-Agglomération
Maire
Mandat
Régina Campello
2020-2026
Code postal 26160
Code commune 26257
Démographie
Gentilé Puygironnais, Puygironnaises
Population
municipale
446 hab. (2018 en augmentation de 8,78 % par rapport à 2013)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 32′ 33″ nord, 4° 50′ 56″ est
Altitude Min. 114 m
Max. 292 m
Superficie 6,68 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Montélimar
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Dieulefit
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Puygiron
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Puygiron
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Puygiron
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Puygiron

Puygiron est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Puygiron est située à 9 km à l'est de Montélimar.

  Montboucher-sur-Jabron La Bâtie-Rolland La Touche  
Montboucher-sur-Jabron N La Touche
O    Puygiron    E
S
Espeluche Rochefort-en-Valdaine La Touche

Relief et géologieModifier

  • Village perché (anciennement à vocation défensive)[1].

HydrographieModifier

La commune est arrosée par le Jabron.

ClimatModifier

Voies de communication et transportsModifier

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Puygiron est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montélimar, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 45 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Morphologie urbaineModifier

ToponymieModifier

AttestationsModifier

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[6] :

  • 1328 : Podium Gironis (choix de docum., 23).
  • 1328 : Pigeron (Duchesne, Comtes de Valentinois, 27).
  • 1332 : Perdicum Gironis (Gall. christ., XVI, 129).
  • 1391 : Puigeron (choix de docum., 278).
  • 1443 : castrum Podii Gironis (choix de docum., 278).
  • 1467 : Puech Giron (archives municipales de Montélimar).
  • 1578 : Piegiron (de Coston, Histoire de Montélimar, II, 242).
  • 1626 : mention du prieuré Saint-Bonnet : prioratus Sancti Boniti de Podio Girono (pouillé gén.).
  • 1674 : Pegiron (archives de la Drôme, E 6085).
  • 1692 : Puygeyron (archives de la Drôme, E 6085).
  • 1891 : Puygiron, commune du canton de Montélimar.

ÉtymologieModifier

HistoireModifier

Du Moyen Âge à la RévolutionModifier

La seigneurie[6] :

  • Au point de vue féodal, Puygiron était une terre des Saint-Bonnet.
  • 1312 : acquise par les comtes de Valentinois.
  • 1343 : donnée aux Rochefort.
  • 1349 : passe (par mariage) aux Bésignan.
  • 1362 : vendue aux Venterol.
  • 1373 : confisquée et donnée aux (d')Enrote.
  • 1391 : donnée aux Chero.
  • 1446 : donnée aux Valpergue.
  • 1458 : vendue aux Alleman.
  • 1520 : passe aux Sauvain du Cheylard.
  • 1540 : passe aux Bérenger.
  • 1655 : vendue aux Vesc.
  • Peu après : recouvrée par les Bérenger.
  • 1660 : passe aux Bannes, derniers seigneurs.

XIVe siècle : présence d'un atelier monétaire. Des ouvriers faux-monnayeurs y furent brûlés vifs[1].

Avant 1790, Puygiron était une communauté de l'élection, subdélégation et sénéchaussée de Montélimar.
Elle formait une paroisse du diocèse de Saint-Paul-Trois-Châteaux, dont l'église dédiée à saint Bonnet était celle d'un prieuré de l'ordre de Saint-Benoît, filiation de Cluny et de la dépendance de Saint-Marcel-de-Sauzet, qui fut uni à la cure dès le XVIIe siècle, et dont le titulaire avait les dîmes de la paroisse. La collation de la cure appartenait à l'évêque diocésain[6].

De la Révolution à nos joursModifier

En 1790, la commune est comprise dans le canton de Sauzet. La réorganisation de l'an VIII (1799-1800) la place dans le canton de Montélimar[6].

Politique et administrationModifier

 
La mairie.

Tendance politique et résultatsModifier

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2006 Michel Locatelli    
2006 mars 2008 Jean-Paul Sauvan    
mars 2008 2020 Loïc Charpenet SE fonctionnaire
2020 En cours
(au 21 novembre 2020)
Régina Campello[7]    

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Politique environnementaleModifier

Finances localesModifier

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2018, la commune comptait 446 habitants[Note 3], en augmentation de 8,78 % par rapport à 2013 (Drôme : +4,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
213101239298354392400402407
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
390399425426371343342332338
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
323295281224241206204205192
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
187191275293315347405414422
2013 2018 - - - - - - -
410446-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Services et équipementsModifier

EnseignementModifier

SantéModifier

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • Fête : le premier dimanche après le 29 août[1].

LoisirsModifier

SportsModifier

MédiasModifier

CultesModifier

ÉconomieModifier

En 1992 : vignes, céréales, ovins[1].

TourismeModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Chapelle Saint-Bonnet du XIe siècle (MH), ancien prieuré bénédictin[1].
  • Château (XIIIe siècle et Renaissance) (MH) : deux tours[1] (ou quatre tours d'angle avec enceinte restaurée[réf. nécessaire]).
    • Propriété de la famille de Pontcharra, descendante des Banne de Puygiron. Jean Charles Frédéric du Port, marquis de Pontcharra (1767-1854) avait épousé le Paule-Lucrèce de Banne (1765-1841), sœur de Charles-Sébastien de Banne, dernier marquis de Puygiron. Elle héritera le château de Puygiron, à la mort de celui-ci, le [réf. nécessaire].
  • Église du XIXe siècle[1].

Patrimoine culturelModifier

Patrimoine naturelModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Héraldique, logotype et deviseModifier

  Blason
Inconnu.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. a b c d e f et g Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Puygiron
  2. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  3. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  6. a b c et d J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 292
  7. Puygiron sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 21 novembre 2020).
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.