Ouvrir le menu principal

Église Saint-Sauveur de Beaumont-en-Auge

église située dans le Calvados, en France
(Redirigé depuis Prieuré de Beaumont-en-Auge)
Église Saint-Sauveur de Beaumont-en-Auge
Beaumont en Auge 10.jpg
Présentation
Type
Construction
XIe, XIIIe, XVe, XIXe siècles
Propriétaire
commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Division administrative
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte du Calvados
voir sur la carte du Calvados
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L'église Saint-Sauveur de Beaumont-en-Auge, dans le département du Calvados sur la commune de Beaumont-en-Auge appartient à un ancien prieuré bénédictin devenu école militaire. L'église Saint-Sauveur est inscrite au titre des monuments historiques[1].

Sommaire

HistoireModifier

Le prieuré de Beaumont-en-Auge, BELLI MONTI, du diocèse de Lisieux est dépendant de l'abbaye bénédictine de Saint-Ouen de Rouen.

FondationModifier

Le prieuré est fondé par une charte de 1050 à 1060 de Bertran, seigneur de Roncheville où sont mentionnés Robert le Tort, dame Suzanne sa femme, le duc de Normandie et sa femme Mathilde.

Bertran donne dans la paroisse de Beaumont, la terre pour une charrue, une foire aux fêtes de Notre-Dame, deux fermiers dans Clerbec, une fosse à poisson à Touques, 4 acres de pré à Saint-Clou, la chapelle de Saint-Nicolas du bourg et tout ce qu'il possède au village de Saint-Georges, l'église de Saint-Étienne de Honfleur, l'église de Notre-Dame de Maigneville, l'église Saint-Pierre et tout ce qu'il a à Sortainville, l'église Notre-Dame de Briquebec, la dîme et une terre à Fontenest avec l'église, les dîmes de toutes ses forêts, ses foires et marchés, de tous ses moulins et ses salines, le fief de Turstin à Barneville et 40 acres de terre avec deux fermes, la dîme de ses écuries, la dîme de Tourtville et deux fiefs nobles[2].

Le développementModifier

 
Le prieuré au XVIIe siècle.

En 1221 et 1225, nouvelles donations de Robert Bertran et un autre Robert Bertran et Jeanne de Thouars sa femme. En 1268, lors de sa visite, Eudes Rigaud, archevêque de Rouen y trouve douze religieux. En 1264, donations de Robert III ou IV Bertran. Ces dons sont confirmés par Philippe de Valois en 1328.

Le monastère est construit par le prieur dom Nicole de Godarville, deux prieurs de Beaumont deviennent abbés de Saint-Ouen de Rouen : dom Thomas Bruyère et dom Jean Marc-d'Argent.

Vers 1466, le cardinal Guillaume d'Estouteville jouit quelque temps du prieuré puis le donne à son frère, mais les religieux élisent dom Anselme Dumay qui dispute et emporte le prieuré.

Le 16 août 1612, la moitié du clocher et un côté droit de la nef s'écroulent faute de réparation par les commendataires dont Olivier Mallet qui a laissé l'église tomber en ruine. Il restaure seulement une petite chapelle, mais il est contraint de rebâtir. La mise en commende qui fait perdre ses privilèges aux religieux entraîne désaffection et relâchement. En 1666, le prieuré adhère à la congrégation de Saint-Maur[3]. Le 2 juin 1689, un incendie brûle toutes les maisons du bourg sauf l'église.

L'école militaireModifier

 
Plan du prieuré et de l'école militaire en 1791.

En 1731, à la mort de Mgr Le Bouthillier devenu évêque de Sens, le duc d'Orléans réunit la mense prieurale à la mense conventuelle et affecte le revenu à la dotation d'un collège qu'il veut créer. Dom Jacques Veytard, bénédictin de la congrégation de Saint-Maur, sous-prieur de l'abbaye Saint-Ouen de Rouen devient supérieur du collège de Beaumont.

Dans l'acte d'érection du collège le 15 septembre 1741, la congrégation de Saint-Maur s'engage à recevoir six gentilshommes choisis par le duc, de l'âge de 7 à 17 ans.

En 1776, le collège de Beaumont devient une école royale militaire et reçoit des élèves internes et externes, entretenus ou non. Le marquis Pierre-Simon de Laplace, né à Beaumont, y est élève et professeur. En 1782, l'école a 216 pensionnaires externes et internes.

En 1791, le dernier prieur de Beaumont rend compte à l'administration du district, les religieux sont remplacés par des laïcs mais ils ne restent que dix-huit mois[4].

ArchitectureModifier

L'église a perdu une partie de sa nef et il n'en reste plus qu'une travée. La tour au centre du transept est couverte d'une pyramide en ardoise et montre des fenêtres en plein cintre en parties murées.

En 1612, une partie de la nef s'écroule, deux des quatre piliers paraissent refaits au XVe siècle, les voutes du transept, de fin XVe ou XVIe siècles. Le transept offre à chacune de ses extrémités une fenêtre flamboyante de grande dimension, ses murs sont en partie du XIIIe siècle, le chœur est du XIIIe siècle et se compose de trois travées avec au-dessus des grandes arches, un triforium. Sur le chevet droit s'ouvre une énorme fenêtre à cinq baies probablement du XVIIe siècle. La nef en partie démolie servait d'église paroissiale sous l'invocation de Saint Sauveur. À l'extérieur du transept nord se trouve une arcature trilobée du XIIIe siècle[5].

Notes et référencesModifier

  1. « Ancienne abbaye », notice no PA00111074, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. J. F. Pommeraye, Histoire de l'abbaye royale de Saint-Ouen de Rouen, pages: 370-371.
  3. J? F. Pommeray, Histoire de l'abbaye royale Saint Ouent de Rouen, pages: 372-375.
  4. Le Calvados illustré, no 7, 1913, pages 55-59, 75-78, 95-96,, page 49 : détail des revenus du prieuré en 1683.
  5. Arcisse de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, t. 4 : Arrondissement de Pont-l'Évêque, Caen, Hardel, (lire en ligne), p. 222-223

BibliographieModifier

  • Gallia christiana, volume 11, page: 850
  • Jean-François Pommeraye: Histoire de l'Abbaye Royale Saint Ouen de Rouen, Prieuré de Beaumont: page: 370
  • Arcisse de Caumont: Statistique monumentale du Calvados, volume: 4, page: 222
  • Le Calvados illustré: n°7, 1913, pages: 7-9, 21-24, 43-49, 55-59, 75-78, 95-96

Voir aussiModifier