Beaumont-en-Auge

commune française du département du Calvados

Beaumont-en-Auge
Beaumont-en-Auge
Maisons à pan de bois.
Blason de Beaumont-en-Auge
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Intercommunalité Communauté de communes Terre d'Auge
Maire
Mandat
Benoît Laviec
2020-2026
Code postal 14950
Code commune 14055
Démographie
Gentilé Beaumontais
Population
municipale
400 hab. (2017 en diminution de 7,62 % par rapport à 2012)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 16′ 44″ nord, 0° 06′ 38″ est
Altitude Min. 29 m
Max. 146 m
Superficie 7,98 km2
Élections
Départementales Canton de Pont-l'Évêque
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Beaumont-en-Auge
Géolocalisation sur la carte : Calvados
Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Beaumont-en-Auge
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaumont-en-Auge
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaumont-en-Auge
Liens
Site web beaumontenauge.fr

Beaumont-en-Auge est une commune française située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 400 habitants[Note 1].

Du haut de ses 90 mètres, Beaumont-en-Auge a été déchirée par les invasions, les guerres de religion, mais elle a également joué un rôle important dans l'histoire de France. Avant l'ère chrétienne, les Celtes qui peuplaient la Normandie ont dû occuper ce piton facilement défendable. L’église Saint-Sauveur de Beaumont remonte à l’époque carolingienne, en 847. Le prieuré de Beaumont a été fondé en 1060 donnant au village une stature régionale. L'apogée de Beaumont est atteint pendant les années 1776-1792 où son collège royal, école militaire, forme de grands esprits comme Pierre-Simon de Laplace, natif de Beaumont, le plus célèbre.

GéographieModifier

Communes limitrophes de Beaumont-en-Auge[1]
Saint-Étienne-la-Thillaye,
Glanville
Saint-Étienne-la-Thillaye Saint-Étienne-la-Thillaye
Glanville   Reux
Bourgeauville,
Valsemé
Drubec, Clarbec Clarbec

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Bellus mons in Algia, Bellomonte au XIIe siècle[2].

Le nom de la ville, Beaumont, est la contraction de « beau mont ». Le nom évoquerait sa situation dominante sur les vallées des environs.

Le pays d'Auge est une région naturelle et traditionnelle de Normandie.

HistoireModifier

Le prieuré de Beaumont est fondé en 1060 par le vicomte Robert Bertrand de Roncheville. Dépendant de l'abbaye Saint-Ouen de Rouen, il prospère pendant tout le Moyen Âge, mais ne survit pas à la Révolution. L'église paroissiale Saint-Sauveur est l'ancienne église priorale et la cour du prieuré est aujourd'hui ouverte aux visiteurs.

À la création des cantons, Beaumont est chef-lieu de canton. Ce canton est supprimé lors du redécoupage cantonal de l'an IX (1801)[3].

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune de Beaumont-en-Auge se blasonnent ainsi :

D'or au lion de sinople, armé et lampassé de gueules, couronné d'argent[4].

Il s'agit des armes de la famille Bertrand de Bricquebec, qui détenait la seigneurie de Beaumont-en-Auge aux XIIIe et XIVe siècles.

Politique et administrationModifier

 
La mairie de Beaumont-en-Auge.
Liste des maires[5]
Période Identité Étiquette Qualité
1893 1914 Albert-Arsène Dossin    
1914 1919 Armand Fossey    
1919 1925 Jules Dossin    
1925 1925 Gabriel Le Prince    
1926 1935 Émile Biatarana    
1935 1974 Camille Liégeard    
1974 Marc Hurel    
2004 Marcel Pasqué    
2004 En cours Daniel Louvet[6] SE Cadre responsable maintenance
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2017, la commune comptait 400 habitants[Note 2], en diminution de 7,62 % par rapport à 2012 (Calvados : +0,89 %, France hors Mayotte : +2,36 %). Au premier recensement républicain, en 1793, Beaumont-en-Auge comptait 1 034 habitants, population jamais atteinte depuis.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0349911 002943892934847877875
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
780821826767761721715708701
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
636625603553540503545555527
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
542469409397472496464459433
2017 - - - - - - - -
400--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Au XIXe siècle, Beaumont-en-Auge est une importante place de marché qui expédie les bœufs du Pays d'Auge vers les boucheries parisiennes.

Beaumont-en-Auge héberge l'un des derniers artisans fabricant des kaléidoscopes en France.

Le village accueille un chocolatier.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L'église Saint-Sauveur du prieuré fait l'objet d'une inscription au titre des Monuments historiques depuis le 31 octobre 1975[11]. Elle abrite un tableau du XVIIe (Jésus présenté au peuple) classé à titre d'objet[12]. Les verrières datent de 1952. Elles sont l'œuvre du peintre Maurice Rocher et ont été réalisées par l'atelier Degusseau.
  • Statue en bronze de Pierre-Simon de Laplace, située au centre de la place de Verdun. Elle est réalisée par Robert Delandre. Elle est inaugurée le 3 juillet 1932 par Louis Franchet d'Espèrey. Sur le piédestal sont fixés deux médaillons. Celui sur la face gauche représente Galilée et celui de droite représente Isaac Newton.
  • La maison natale de Pierre-Simon de Laplace, située 4 place de Verdun.
  • Le musée du Colonel-Langlois, installé dans la mairie. Il renferme notamment les tableaux du Panorama de la bataille de Solférino (24 juin 1859) peints par Jean-Charles Langlois ainsi que ses carnets et esquisses.
  • Piédestal de la statue de Jean-Charles Langlois, situé place du colonel Langlois. Le piédestal est supporté par deux degrés : sur la face antérieure se trouve une fontaine jaillissante composée d'une stèle surmontée d'une gueule de lion. La statue en bronze réalisée par Louis-Émile Décorchemont est inaugurée le 30 août 1885. Elle est offerte par la nièce de Langlois : Mme de Serand. La statue représentait Langlois âgé de 65 ans, son carnet de croquis et un crayon dans les mains. Elle est déboulonnée et fondue pendant l'occupation, dans le cadre de la mobilisation des métaux non ferreux.
  • Le square Robert-Bertran, à côté de l'église.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Activité, label et manifestationsModifier

LabelModifier

La commune est une ville fleurie (trois fleurs) au concours des villes et villages fleuris[13].

Galeries d'artModifier

Le village comporte des galeries permanentes (qui exposent notamment les œuvres de Pierre Poirier, Caroline Poirier et d'Antoine Vit) et des galeries temporaires ouvertes pendant l'été (en particulier dans l'école du village).

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2017.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[15].
  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. Archives Seine-Maritime 14 H 797.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Beaumont-en-Auge », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 14 novembre 2011).
  4. « Gaso, la banque du blason - Beaumont-en-Auge Calvados » (consulté le 14 novembre 2011).
  5. Source partielle : « Beaumontenauge.fr - l'histoire » (consulté le 14 novembre 2011)
  6. Réélection 2014 : « Daniel Louvet reprend les rênes de la mairie », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 10 avril 2014).
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  11. « Ancienne abbaye », notice no PA00111074, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. « Tableau : Jésus présenté au peuple », notice no PM14000122, base Palissy, ministère français de la Culture.
  13. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris - Beuvron-en-Auge » (consulté le 1er novembre 2012).
  14. Confidence faite dans l'émission télévisée « Le Grand Journal » sur Canal+ le 13 septembre 2013.
  15. « Beaumont-en-Auge sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix).

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :