Ouvrir le menu principal

Monasticon Gallicanum

Monasticon Gallicanum
Image illustrative de l’article Monasticon Gallicanum
Planche gravée du Monasticon Gallicanum (XVIIe siècle) représentant l'abbaye de Saint-Valery-sur-Somme.

Auteur Dom Michel Germain
Pays Royaume de France Royaume de France
Date de parution XVIIe siècle - 1870
Plan de l'ancienne abbaye de Villeloin au 17e siècle - plan provenant du Monasticon Gallicanum
Plan de l'ancienne abbaye Saint-Sauveur de Villeloin au XVIIe siècle, Monasticon Gallicanum.

Le Monasticon Gallicanum est une collection de 168 planches gravées de vues topographiques représentant les 147 monastères de l'ordre de Saint-Benoît, congrégation de Saint-Maur et deux cartes des établissements bénédictins en France.

Ces planches furent réalisées à la demande de Dom Michel Germain au XVIIe siècle et reproduites par Achille Peigné-Delacourt en 1870.

La création par Dom Michel GermainModifier

De remarquables travaux d'historiographies ont été réalisés par les membres de la congrégation de Saint-Maur, à l'exemple de François Pommeraye sur Saint-Ouen de Rouen, de Jean Huynes sur Saint-Florent de Saumur et sur le Mont-Saint-Michel, de Noël Mars sur Saint-Laumer de Blois, de Michel Félibien sur Saint-Denis, d'Edmond Martène sur Marmoutier et de Dom Jacques Bouillard sur Saint-Germain-des-Prés. Mais, loin de pouvoir réaliser ce même travail pour tous les abbayes et prieurés de l'ordre, il se trouva un homme, ami de Jean Mabillon, pour réaliser le Monasticon Gallicanum.

Dom Michel Germain fit réaliser des notices particulières accompagnées de planches, les annales de toutes les maisons qui avaient accepté la réforme de la congrégation de Saint-Maur.

Don Germain a fait profession en l'abbaye de Saint-Rémi de Reims le 19 octobre 1663. Après ses études, il vit à Paris pendant plus de vingt ans, pendant lesquels il reste attaché à Dom Mabillon, qu'il accompagne durant ses voyages en Allemagne et en Italie. Lorsqu'il meurt le (il était né à Péronne le ), la plupart des notices étaient rédigées et des planches étaient gravées.

Ces notices, conservées à l'état de cahiers isolés et de feuilles volantes, servirent dans le courant du XVIIIe siècle, à différents bénédictins qui n'eurent pas toujours soin de les remettre dans les portefeuilles auxquels elles appartenaient. Ce désordre eut pour effet de disperser les notices et d'en égarer un certain nombre.

Les planches du Monasticon Gallicanum ont subi le même sort. Un petit nombre d'épreuves en furent tirées, et les cuivres en ont disparu sans laisser la moindre trace. Une dizaine de recueils ont été découverts et reliés par différents amateurs du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle, en y mêlant presque toujours des estampes étrangères à cet ouvrage.

Le Monasticon Gallicanum se composait donc de deux parties : un texte historique, et des planches représentant les abbayes et prieurés de la Congrégation de Saint-Maur. Ces planches nous montrent la physionomie de ces lieux au XVIIe siècle. Beaucoup de ces abbayes ont disparu ou ont changé totalement d'aspect.

La réédition par Peigné-Delacourt en 1870Modifier

Achille Peigné-Delacourt avait remarqué l'importance des dessins gravés pour l'ouvrage de Dom Germain et trouva utile d'en multiplier les copies pour les mettre à la disposition des antiquaires, des lettrés et des simples curieux.

Il publia en 1860 une reproduction des dessins relatifs aux monastères de la province de Reims. Il se promit alors de publier l'ensemble des planches gravées en enlevant soigneusement toutes les estampes étrangères que d'anciens amateurs avaient jointes à leurs exemplaires. C'est Louis Courajod, archiviste paléographe, attaché au département des estampes de la bibliothèque impériale qui détermina les pièces qui appartiennent réellement au Monasticon Gallicanum lors de sa première réédition en 1870. Peigné-Delacourt trouva le moyen de reproduire à la moitié de la taille les planches tout en leur gardant une rigueur absolue et une netteté des moindres détails des dessins originaux.

BibliographieModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.