Porte de Clignancourt

porte de Paris

Porte de Clignancourt
Illustration de la Porte de Clignancourt
La porte de Clignancourt vue de Paris en 2015.
Précédent Sens anti-horaire
Porte de Montmartre
Porte de Clignancourt Sens horaire
Porte des Poissonniers
Suivant
Géographie
Boulevard (s) Boulevard Ney
Arrondissement (s) 18e
Commune limitrophe Saint-Ouen
Coordonnées 48° 53′ 53″ nord, 2° 20′ 39″ est
Transports en commun
Petite Ceinture Boulevard Ornano
Petite ceinture RATP (T)(3b)
Porte de Clignancourt (Puces de Saint-Ouen)
Métro (M)(4)
Porte de Clignancourt
Bus (BUS)RATP5685137166255341
Routes
Route nationale 14

Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Point carte.svg
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La porte de Clignancourt, parfois appelée porte Ornano[1], est l'une des 17 portes percées dans l'enceinte de Thiers, une fortification édifiée au milieu du XIXe siècle pour protéger Paris, en France.

Situation et accèsModifier

La porte de Clignancourt est aujourd'hui une entrée importante située au nord de Paris, en limite de Saint-Ouen, desservie par le boulevard périphérique et la nationale 14.

La ligne 4 du métro de Paris y a son terminus. Depuis le , elle est également desservie par le tramway   .

HistoriqueModifier

 
La porte de Clignancourt dans les années 1930. La vue est prise vers Saint-Ouen, sur l'ancienne zone des fortifications de Paris, où ont été construites les HBM à gauche du cliché. Les tramways, sans doute de la STCRP, ont été supprimés au milieu des années 1930.

Le 7 août 1918, durant la première Guerre mondiale, un obus lancé par la Grosse Bertha explose sur les fortifications entre les portes Montmartre et de Clignancourt sur le côté Saint-Ouen[2].

Cette enceinte, détruite après la Première Guerre mondiale, bénéficiait d'un espace inconstructible, la Zone, qui a été urbanisée dans l'entre-deux-guerres, notamment par la construction des HBM de la Ville de Paris[3].

C'est à la porte de Clignancourt que l'« ennemi public numéro un », Jacques Mesrine, fut abattu le , afin qu'il ne s'engage pas sur le périphérique[4].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

ArtModifier

Notes, sources et référencesModifier

  1. PARIS (XVIII°) Le Boulevard Ornano
  2. [bpt6k4605797h/f6.item lire en ligne] sur Gallica
  3. « La Zone, porte de Clignancourt en 1937 », www.carnavalet.paris.fr (consulté le 1er mars 2019).
  4. « Dans le rétro. 2 novembre 1979, Mesrine tombe à Clignancourt », www.leparisien.fr (consulté le 1er mars 2019).

Articles connexesModifier