Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pointu.

Pointu
Image illustrative de l’article Pointu (embarcation)
Le Marsouin, bateau de pêche traditionnelle pointu, du marché aux poisson du vieux-Port de Marseille
Généralités
Type Barque de pêche
Époque Depuis l'antiquité
Lieux Var et Alpes-Maritimes méditerranéennes
Sous-types Barque, canot, mourre de pouar, barquette marseillaise, gourse, gozzo, sétoise, bette, tartane, barque catalane, yole, balancelle, sardinier, langoustier, felouque...
Caractéristiques courantes
Propulsion Voile-aviron (rame, voile latine) et moteurs Baudouin
Matériaux Bois de marine

Un pointu est une famille de barque de pêche traditionnelle emblématique de la Provence méditerranéenne (en particulier du Var et des Alpes-Maritimes). Variante des mourre de pouar, bette, barquette marseillaise, et barque catalane..., elles sont propulsées par aviron, voile latine, et moteurs Baudouin.

Description et origineModifier

D'après le musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée de Marseille, les origines de ce type de barque de pêche propulsée par voile-aviron remontent à l'antiquité (avec une forme de coque pointue dérivée des premières pirogues Néolithique de la préhistoire).

Cette barque de pêche en bois de marine est généralement pontée avec cale et panneau de cale, et parfois cabine de pilotage. Fabriqué de façon artisanal par des maîtres artisans charpentiers de marine[1], chaque pointu est unique. La poupe (avant) et la proue (arrière) sont symétriquement pointues[2], contrairement à la barquette marseillaise aux poupe ou proue plus arrondies. La forme de la coque (plan de formes) est fabriquée suivant le gabarit de Saint-Joseph (saint patron des charpentiers)[3] pour une bonne tenue de mer. La proue (avant) se termine par une extrémité d'étrave caractéristique, le « capian », et peut être prolongée par un éperon ou mourre de pouar (museau de cochon en provençal), à titre de figure de proue.

Le terme de « pointu » apparaît à Toulon comme synonyme de « rafiaus » (et non de rafiot). Ce surnom est donné par les marins de la Marine nationale en opposition à leurs canots qui ont une poupe à tableau [4].

 
Pointu à voile latine Le Manchot restauré et entretenu par l'association des Amis de la Voile Latine de Toulon

À Marseille on parle plutôt de barquette marseillaise avec les bateaux d'André Ruoppolo, construits de 1880 à 1967, qui servent à la pêche à la palangrotte ou au filet.

La famille des pointus et autres bateaux à voile latine comprend notamment : le « gourse » de Toulon, la « gourse » de Nice dérivée du gozzo italien (barque Tyrrhénienne), la « sétoise », la bette, la « tartane », la barque catalane, le luzzu de Malte, les barques d'Afrique du Nord, de Grèce, les felouques génoises, et les barques du lac Léman.

Les pointus, qui sont toujours équipés d'avirons, se caractérisent d'abord par une voile latine, puis par les fameux moteurs Baudouin, à commencer par le Y1 monocylindre de 5 ch en 1921.

Un grand nombre de pointus sont classés « bateau d'interêt patrimonial » (indiqué par un logo de l'association Patrimoine maritime et fluvial)[5].

Fêtes maritimesModifier

Tous les ans, en mai, à Sanary-sur-mer (Var) se déroule la Virée de St Nazaire organisée par l' Association des Pointus de Sanary. Cette manifestation rassemble des festivités autour des pointus du port de Sanary[6].

Quelque pointus ou barquette marseillaise sont présents au rassemblement de bateaux traditionnels de la fêtes maritimes de Brest, dans la catégorie voile latine.

ArtModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier