Darse

bassin qui permet l’accueil de navires

Une darse ou darce ou darcine est un terme marîtime ancien désignant initialement en Méditerranée[1] un bassin abrité, destiné à l'accostage des navires de charge en vue de les réarmer voire de les réparer et généralement sécurisé par un chaîne[2].

Une darse du port de Saint-Nazaire (bassin de Penhoët).

Dans les grandes zones portuaires industrielles, les darses sont dédiées au déchargement / chargement des cargos. Elles sont séparées les unes des autres par des jetées spécifiques appelées môles ou des traverses et implantées en épi par rapport au chenal d'accès.

Selon le Dictionnaire de la Mer de Jean Merrien[3], la darse est le « nom donné en Méditerranée au bassin d’un port ; par extension à certains petits ports entiers ». Dans ce contexte, elle désigne soit les parties anciennes d’un port (par exemple : la vieille darse de Toulon, la darse de l’arsenal de Venise, etc.), soit un petit port militaire (par exemple : la Darse de Villefranche-sur-Mer).

ÉtymologieModifier

Emprunté à partir du XIe siècle par les navigateurs de la République de Génes au mot feminin arabe دَار الصِّنَاعَة dār aṣ-ṣināʿ, « atelier », en lat. médiéval darsena[4], il a donné le terme « arsenal ».

Orthographe alternative: darce.

Terme marîtime synonyme: bassin, chambre, paradis

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Dictionnaire universel, Antoine Furetière (1619-1688), publié en 1690 online https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3413126b.image
  2. cf Chaîne du port de Marseille, dérobée en 1423 par les troupes d'Alphonse V d'Aragon. Désormais exposée dans la cathédrale de Valence, Espagne.
  3. Jean Merrien, Dictionnaire de la mer : savoir-faire, traditions, vocabulaires-techniques, Omnibus, (1re éd. 1958), XXIV-861 p. (ISBN 978-2-258-11327-5)
  4. « DARSE : Etymologie de DARSE », sur www.cnrtl.fr (consulté le )

BibliographieModifier

Sur les autres projets Wikimedia :