Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Piotr Pavlenski

Artiste russe
Piotr Pavlenski
Pavlenskiy.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Mouvement
Genre artistique
Site web

Piotr Andreïevitch Pavlenski (en russe : Пётр Андреевич Павленский) est un artiste performeur russe, né le à Léningrad.

Sommaire

BiographieModifier

Dans ses performances, il dénonce de manière explicite le gouvernement russe. Parmi ses performances, il s'est cousu les lèvres, durant le procès des Pussy Riot en 2012. Il s'est également enroulé nu dans du fil barbelé devant l'Assemblée législative de Saint-Pétersbourg et s'est aussi cloué le scrotum devant le Mausolée de Lénine sur la Place rouge en 2013. En octobre 2014, il escalade, nu, un mur de l'enceinte du centre Serbski et se coupe un bout de l'oreille droite pour protester contre ce qu'il prétend être une utilisation politique des centres de psychiatrie[1],[2].

Déclaré sain d’esprit par l’Institut Serbski, en janvier 2015, après y avoir été interné pendant 21 jours, il fait l'objet de plusieurs procès, dont un, en avril 2016 à Moscou, qu'il « transforme en happening en conviant des prostituées à venir témoigner »[2].

Le 9 novembre 2015, il se rend célèbre en mettant le feu aux portes du FSB. Il commente son acte en déclarant que « le FSB opère par la terreur et détient le pouvoir sur 146 millions de personnes. La peur transforme les gens en masse agglutinée de corps disparates.[3]»

Sous le coup d'une enquête pour agression sexuelle sur la comédienne de 23 ans, Anastasia Slonina, qui a porté plainte contre l’artiste et sa concubine, il s'enfuit de Russie avec sa compagne et ses enfants, mi-janvier 2017, et se réfugie en France[4],[5].

Le 4 mai 2017, il obtient l'asile en France avec sa compagne Oksana Chaliguina et ses deux enfants, selon son avocate Me Dominique Beyreuther Minkov[6].

Depuis son installation en France, il vit pauvrement et refuse toute aide sociale et tout logement. Dans un entretien à Deutsche Welle, il explique squatter un appartement et voler de la nourriture dans les magasins, disant « vivre comme la plupart des Français »[7].

Dans la nuit du 15 au 16 octobre 2017, Piotr Pavlenski met le feu à l'entrée d'un bâtiment de la Banque de France à Paris lors d'une performance baptisée « Éclairage »[7]. Il est rapidement arrêté par la police. L'artiste explique son geste dans un communiqué où il déclare entre autres que « mettre le feu dans la banque de France c'est mettre l'éclairage sur la vérité que les autorités nous ont forcé à oublier. La banque de France a pris la place de la Bastille, les banquiers ont pris la place des monarques.[8] » Pavlenski et Oksana Chaliguina ont été mis en examen par un juge d'instruction pour "destruction du bien d'autrui par un moyen dangereux pour les personnes". Le 18 octobre 2017 ils ont été présentés à un juge des libertés et de la détention (JLD) et placés en détention provisoire. Selon son avocate, Me Dominique Beyreuther Minkov, l'artiste a commencé une grève de la faim pour protester contre l'absence de "débat public" devant le JLD.[9]

RéférencesModifier

  1. « Petr Pavlenski, l’artiste de l’extrême », Laura Geisswiller et Clara Tellier, Courrier international, 1er novembre 2014.
  2. a et b « Piotr Pavlenski, à feu et à sang », sur lemonde.fr,
  3. « Piotr Pavlenski, artiste russe intègre et intégriste », sur liberation.fr,
  4. « Russie : Piotr Pavlenski, les zones d’ombres d’un exil », sur liberation.fr,
  5. « Accusé de viol, l’actionniste russe Piotr Pavlenski se réfugie en France », sur lejournaldesarts.fr, .
  6. « L’artiste russe Piotr Pavlenski a obtenu l’asile politique en France », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  7. a et b « L’artiste russe Pavlenski arrêté à Paris pour avoir mis le feu à la Banque de France », sur lemonde.fr,
  8. « L'artiste russe Piotr Pavlenski a littéralement mis le feu à la Banque de France », sur huffingtonpost.fr,
  9. « L'artiste Piotr Pavlenski entame une grève de la faim après sa mise en examen pour avoir incendié la Banque de France », sur huffingtonpost.fr,

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier