Pierre le Grand (croiseur)

Пётр Великий
Pierre le Grand
Image illustrative de l’article Pierre le Grand (croiseur)
Autres noms Iouri Andropov
Type Croiseur à propulsion nucléaire (CGN)
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the Soviet Union.svg Marine soviétique
Naval Ensign of Russia.svg Marine russe
Chantier naval Jdanov, au nord de Léningrad
Quille posée
Lancement
Armé
Statut en service
Équipage
Équipage 727 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 252 m
Maître-bau 28,5 m
Tirant d'eau 9,1 m
Déplacement 24 300 tonnes (standard)
28 000 tonnes (à pleine charge)
Propulsion hybride CONAS : turbines à vapeur mues par 2 réacteurs nucléaires renforcés par un réchauffage au mazout de la vapeur produite
2 lignes d'arbres
Puissance 140 000 ch (104 400 kW)
Vitesse 32 nœuds
Caractéristiques militaires
Rayon d'action presque illimité du fait de la propulsion nucléaire
Aéronefs 3 hélicoptères de lutte anti-sous-marine/guidage de missiles Ka-25 Hormone et Ka-27 Helix

Le Pierre le Grand (Пётр Великий, Piotr Veliki) , ex-Iouri Andropov est un croiseur à propulsion nucléaire russe de classe Kirov, porteur de missiles, construit en 1986 et lancé en 1996.

HistoriqueModifier

Il a été mis en service le et des réparations ont été effectuées en 2004. Il a été remis en service actif en 2009. Fleuron de la Marine russe, il fut chargé de la surveillance lors du naufrage du K-141 Koursk (2001). C'est le navire amiral de la Flotte du Nord.

ArmementModifier

Le croiseur lance-missile Pierre le Grand est un des navires le plus moderne et le plus puissant de la marine russe, ainsi qu'un des navires de frappe le plus puissant au monde. Ce navire a la possibilité d'atteindre des cibles de surface et de protéger des convois maritimes contre des attaques aériennes et sous-marines. Il a une autonomie de croisière illimitée due à sa propulsion nucléaire, et est équipé de missiles de croisière, capables de frapper des cibles jusqu’à une distance de 2600 kilomètres.

Ce croiseur lance-missile est doté du système de missile antinavires « Granit » développé par NPO Machinostroïenia, il est équipé de 20 stations de lancement verticales SM-233 qui sont équipés de missiles P-700 Granit, installés sous le pont supérieur avec un angle d'élévation de 60°. La longueur du missile est de 10 m, le calibre est de 850 mm et son poids au décollage s'élève à 7 tonnes.

La tête de combat est un monobloc dans le nucléaire (500 kt), conventionnel (750 kg d’explosifs) ou ogive air-combustible (explosion volumétrique). Le champ de tir est de 700 km, la vitesse de vol est de Mach 1,6 (en basse altitude) jusque Mach 2,5 (en haute altitude). Les missiles ont un programme d’attaque de cible à plusieurs variables, une immunité au bruit accrue et sont conçus pour attaquer des cibles de groupe. Lors du tir à la salve, l'un d'entre eux doit se trouver à haute altitude pour élargir la portée de détection de l'ennemi et partager des informations avec les autres, qui se dispersent littéralement à la surface de l'eau. Dans le cas de la destruction du missile leader, sa place est automatiquement prise par l'un des missiles esclaves.

La désignation et le ciblage d'objectif au-delà de l'horizon peuvent être effectués par un avion Tu-95RT, un hélicoptère Ka-25C ou un système de reconnaissance et de ciblage spatial.

Le navire est équipé du complexe antiaérien S-300F « Reef », qui comprend 12 lanceurs et 96 missiles à lancement vertical.

Il existe également un système anti-aérien embarqué autonome « Kinjal (ru) ». Chaque unité centrale de type tambour sous-plate-forme est équipée de 8 missiles 9M330-2 à combustible solide à un étage. Le stock total s'élève à 128 missiles.

Le croiseur est armé du complexe de missiles anti-aériens et d'artillerie « Kortik (ru) » qui assure la défense du navire contre un certain nombre d'armes « précises », notamment des missiles anti-navires et anti-radar, des bombes aériennes, des avions et des hélicoptères ou des navires de petit tonnage. Chaque unité dispose de deux montures d’artillerie AK-630M1-2 de 30 mm et de six canons, ainsi que de deux canons de 30 mm OA-18KD selon le système Gatling, avec une cadence de tir 10 000 cp/min et de deux blocs de 4 missiles 4M311 (SA-N-11) avec fragmentation ogive et fusées de proximité. 16 autres missiles sont positionnés dans la tourelle. Les missiles sont unifiés avec le missile 2S6 « Tunguska ». Le système de contrôle du système de défense aérienne "Dirk" se compose de systèmes de radars et d'écrans reliés entre eux par l'utilisation d'éléments d'intelligence artificielle. Deux installations du système de missiles de défense aérienne Kortik sont situées à l'avant du navire, des deux côtés du PU Granit, les quatre autres sont situées à l'arrière de la superstructure principale.

En outre, le croiseur Pierre le Grand est équipé de montures de canons automatiques polyvalents AK-130 (calibre 130 mm) avec une portée de tir de 23 km et une cadence de tir de 20 à 80 coups par minute pour une batterie de 2 canons. Les projectiles sont à fragmentation hautement explosive. Le système de contrôle de tir MR-184 permet de suivre et de tirer simultanément deux cibles.

Le croiseur est également armé de deux complexes anti-sous-marins RPK-6M (5 lanceurs sur chaque bord), torpille-missile de 533 mm, dont les torpilles sont capables d’attaquer les sous-marins ennemis à une distance maximale de 60 km. La torpille compacte UMGT-1 est utilisée comme tête de combat. La roquette plonge dans l'eau, décolle dans les airs et envoie une torpille à la zone cible. Un mot signifie déjà UMGT-1, qui plonge à nouveau dans l'eau.[Quoi ?]

Pour combattre les torpilles ennemies, le croiseur Pierre le Grand dispose d'un système anti-torpilles RKPTZ-1M "Udav-1M" (10 tubes guides, recharge automatique du convoyeur, temps de réaction - 15 secondes, portée maximale - 3 000 m, poids maximum de la fusée : 233 kg). Il existe sur le Pierre le Grand les lanceurs : un RBU-1200 à dix tubes (3 000 m, capacité de projectile - 80 kg) installée à l’avant du navire sur une plaque tournante, deux RBU-1000 à six tubes "Smerch-3" (portée - 1 000 m, masse du projectile - 55 kg) à l’arrière sur le pont supérieur des deux côtés. Le système anti-navires comprend aussi deux paires de PK-14 en PU de 150 mm (complexe d’interférence de tir) jumelées, des pièges anti-électrons, de fausses cibles et une fausse cible de torpille tractée avec un puissant générateur de bruit.

À bord du croiseur se trouvent deux hélicoptères anti-sous-marins Ka-27.

L'équipement radar REP / EW TARKR Pierre le Grand comprend 16 stations de trois types. Le matériel général de suivi, de poursuite et de ciblage des navires comprend deux stations de communication spatiales (SATSOM), quatre stations de navigation spatiale (SATPAU) et quatre stations électroniques spéciales. Le radar toutes saisons "Fregat-MAE" détecte les cibles à des distances supérieures à 300 km et à des altitudes supérieures à 30 km.

Le croiseur dispose également de trois stations de navigation, de quatre systèmes de commande électroniques pour le tir des armes, de commandes des vols d'hélicoptères et d'un système d'identification ami / ami.

Le système hydroacoustique du navire comprend un sonar avec une antenne de coque permettant de rechercher et de détecter les sous-marins aux basses et moyennes fréquences, ainsi qu’un système de sonar automatique remorqué avec une antenne de profondeur variable (150-200 m) aux moyennes fréquences.

Lors de la mise à niveau en 2019-2022, des missiles hypersoniques anti-navires Zircon, des missiles anti-navires universels supersoniques P-800 Oniks, des missiles de croisière Kalibr seront ajoutés à l'armement du bateau de croisière. Les missiles seront lancés à partir de lanceurs universels 3S14.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :