Amiral Kouznetsov

navire de guerre

Amiral Kouznetsov
Адмирал Кузнецов (ru)
Image illustrative de l’article Amiral Kouznetsov
Le Kouznetsov en .
Autres noms Tbilissi, Leonid Brejnev
Type Porte-avions
Classe Classe Amiral Kouznetsov
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the Soviet Union.svg Marine soviétique
puis Naval Ensign of Russia.svg Marine russe
Chantier naval Chantiers navals de la mer Noire, Nikolaïev
Commandé
Quille posée
Lancement
Armé , opérationnel en 1995
Statut En service (en 2019 : non opérationnel)
Équipage
Équipage 1 960 hommes, 626 pour le groupe aérien
Caractéristiques techniques
Longueur 302 m
Maître-bau 73 m
Tirant d'eau 11 m
Déplacement 43 000 tonnes lège, 53 00055 000 tonnes standard, 66 60067 500 tonnes à pleine charge
Propulsion Propulsion classique à vapeur : 8 chaudières (fioul) alimentant 4 groupes de turbines.
Puissance 50 000 chevaux par ligne d'arbres
Vitesse 32 nœuds
Caractéristiques militaires
Rayon d'action 3 800 nautiques à 32 nœuds ; 8 500 nautiques à 18 nœuds
Aéronefs 24 aéronefs en 2016 qui se répartissent ainsi :
Carrière
Port d'attache (= port base) Severomorsk

L’Amiral Kouznetsov (en russe : Адмирал флота Советского Союза Кузнецов, « Amiral de la flotte de l'Union soviétique Kouznetsov »), initialement nommé Tbilissi puis Leonid Brejnev, est un porte-avions[Note 1] STOBAR de la marine russe, et son bâtiment majeur. Le Kouznetsov est baptisé du nom de l'amiral de la flotte de l'Union soviétique Nikolaï Gerassimovitch Kouznetsov.

Il avait été commandé à l'origine par la marine soviétique en tant que bâtiment tête de série de la classe Kouznetsov[1]. Cependant le seul autre bateau de sa classe, le Varyag, inachevé, a été vendu en l'état par l'Ukraine à la Chine.

Conception de la classeModifier

Le Kouznetsov et son unique sister-ship (le Varyag) ont été conçus au chantier de Nosenko, à Nikolaïev en Ukraine.

Le Varyag, seulement achevé à 70 % en 1993 — année de suspension des travaux de construction — a été vendu à une firme chinoise de Macao en (officiellement pour être transformé en casino flottant) ; la Turquie s'étant opposée, un long moment, à son passage dans les détroits du Bosphore et des Dardanelles pour des raisons de sécurité nautique, et ayant rencontré de nombreuses autres vicissitudes, il n'est finalement arrivé en Chine à Dalian que le après 627 jours de transit. En 2012 il est enfin achevé pour devenir le premier porte-avions pour la marine chinoise, d'abord (par supputations occidentales) sous le nom de Shi Lang (83) puis officiellement Liaoning (16) à sa mise en service.

Missions prévuesModifier

Coque et îlot passerelleModifier

 
Configuration du pont d'envol et des 3 pistes d'envol sur l'Amiral Kouznetsov.

Le pont d’atterrissage d’une surface de 14 800 m2, la superstructure de l’îlot, est placé à tribord, derrière les lignes de coque.

Deux ascenseurs latéraux, conçus chacun pour une charge de 40 tonnes, sont situés à l’avant et à l’arrière de la superstructure.

Le pont d'angle (la section d'atterrissage du pont d'envol avec des dimensions de 205 × 26 m) est situé à un angle de 7° par rapport a la proue du navire[2].

Il dispose d'une piste de 105 m de long sans catapulte mais terminée par un tremplin incliné de 14,3°. Lorsque l'avion quitte le tremplin, il tombe de 15 mètres et ne reprend de l'altitude qu'après 8 à 10 secondes de vol[3].

AéronefsModifier

24 monoplaces Su-33 et 1 biplace Su-33UB ont été livrés en 1993-94, cette flotte a commencé à être remplacée par 24 Mig-29k dont 4 appareils sont apparus en opération en 2016, l'un d'entre eux s’abîmant en mer le .

En 2017, le groupe aérien est composé de quatorze avions et une dizaine d'hélicoptères[4] :

Avions:

  • 10 Su-33 KUB Flanker D pour les missions de supériorité aérienne, d'attaque au sol et de lutte antinavire, dont huit équipés du système de désignation de cible Gefest SVP-24 "Hephaestus" qui améliore la précision des bombes guidés ou non guidées.
  • 3 Mig-29 KR Fulcrum monoplace
  • 1 Mig-29 KUBR Fulcrum biplace

Hélicoptères :

  • 4 Kamov Ka-27 PL pour les missions de recherches et de sauvetage
  • 4 Kamov Ka-29 Helix-B pour les missions de surveillance aérienne et de commandement aéroporté AWACS.
  • 4 Kamov Ka-52 K Katran (version navalisée du Ka-52 Alligator) d'attaque armé de missiles antichar Hermes-A

ArmementModifier

  • Canons :
    • 8 canons K-630 AA (6×30 mm, 6 000 coups/min/unité de tir, 24 000 coups) ;
    • 8 CADS-1 Système de défense rapprochée (CIWS) - (2 × 30 mm Gatling AA plus 16 SA-19 Grisom|3K87 Kortik SAM) ;
  • Kashtan CIWS système de canon et de missile (256 missiles, 48 000 coups ; portée : 0,5 à 1,5 km)
  • missiles :
    • 12 missiles antinavires P-700 Granit à charge perforante explosive conventionnelle d'un poids compris entre 580 et 750 kg de 200 km de portée en trajectoire basse à Mach 1,5, dont l'utilisation reste exceptionnelle et qui permettrait de combattre sans l'appui de l'escorte aéronavale[5];
    • 18 × 8-cell 3K95 Kinzhal SAM VLS (192 missiles à lancement vertical ; 1 missile toutes les 3 secondes) ;
  • lutte anti-sous-marine :

ÉlectroniqueModifier

Radar tridimensionnel et système sky watch, etc.

Propulsion et performanceModifier

HistoriqueModifier

Déploiements opérationnelsModifier

De 1991 à 2015, le Kuznetsov a effectué six patrouilles.

Mission contre l'État Islamique en 2016.Modifier

Pour les premières opérations de combat d'un porte-aéronefs soviétique et russe, le Kouznetsov quitte le port de Severomorsk le accompagné de sept bâtiments. Le groupe aéronaval inclut le croiseur nucléaire Pierre le Grand, le navire amphibie Aleksandr Shabalin (110) et les destroyers Severomorsk (Sеvеrоmоrsk) et Vice-amiral Koulakov. Lors de son passage dans la Manche les observateurs aperçoivent un remorqueur de haute mer qui l'accompagne. Interprétant cette présence pour le cas où il tomberait en panne, les Britanniques considèrent alors le Kouznetsov comme le « navire de guerre le plus défaillant du monde »[6].
que (. Bien que les importantes fumées émanant de sa cheminée attirent les railleries des réseaux sociaux, des experts estiment que le navire et son groupe aérien restent une force avec laquelle il faut compter. Cependant le groupe aérien du Kouznetsov ne comprend que 14 chasseurs dont la production date des années 1990, faiblement chargés au décollage de par l’absence de catapulte et aucun avion de guet aérien pour accompagner les chasseurs : 10 Su-33 du 279e régiment indépendant embarqué d'aviation de chasse, 3 MiG-29KR monoplaces et d'un MiG-29KUBR biplace contre 26 à 52 chasseurs lourdement chargés et avions de guet aérien pour un porte-avion nucléaire américain ou français avec lesquels ils ne supportent pas la comparaison[7].

Le Kouznetsov arrive dans sa zone d'opération en mer Méditerranée orientale le avec la mission d'apporter davantage de soutien aérien aux opérations menées par la Russie en Syrie. Le le ministre russe de la Défense annonce la perte d'un MiG-29KUBR au cours de la phase d'appontage lors d'un exercice en Méditerranée, faute de carburant après que l'appareil a été mis en attente, ne pouvant apponter à la suite de la défaillance d'un des brins d'arrêt[7].

Le les Su-33 réalisent à l'aide de bombes conventionnelles non guidées, la toute première mission de combat aéronaval de l'histoire de la marine russe[7].

Les photographies dévoilées par la Russie révèlent que la charge emportée par les Su-33 reste modeste avec seulement 2 bombes FAB-500 de 500 kg chacune.

Le , un Su-33 sombre en mer en raison de la rupture du quatrième brin d'arrêt attrapé par l'appareil lors de l'appontage.

L'état opérationnel du Kouznetsov est aussi remis en cause par la publication de photographies satellite montrant que 9 (8 Su-33 et un Mig-29KR) des 14 avions de son groupe aérien embarqué opèrent en réalité à partir de la base Hmeimim à Lattaquié au côté des Su-24M Fencer-D, Su-34 Fullback, Su-35S Flanker-E des VVS. La raison de ce déploiement à terre est attribué par les armées occidentales à la configuration STOBAR qui limite les capacités d'emport de carburant et de munitions.

La mission se termine après 2 mois après avoir réalisé 420 sorties dont 117 de nuit détruisant plus de mille cibles[7].

Rénovation à partir de 2018Modifier

A partir de 2018, le Kouznetsov fait l'objet d'une rénovation complète, visant à étendre sa durée de vie, pour un coût compris entre 55 milliards et 62 milliards de roubles (entre 790 millions et 897 millions d'euros). A cette occasion, le système de propulsion doit être remplacé, et le porte-avion doit être équipé notamment d'un système anti-aérien Pantsir-Met et d'un système radar Almaz-Antei Poliment-Redut équipant déjà les actuels systèmes antimissiles mer-air S-350. Son retour en service est anticipé pour 2021[8],[9].

Accidents durant la rénovationModifier

Dans la nuit du 29 au , le Kouznetsov a subi des dégâts lorsque le PD-50, plus gros dock flottant russe, a coulé et qu'une de ses deux grues de 70 tonnes s'est alors écrasée sur le pont du porte-avions, occasionnant un trou de 19 m²[10]. Un ouvrier est mort dans l'accident[11]. Par la suite, Alexei Rakhmanov, dirigeant de la société United Shipbuilding Corporation, a évalué la réparation des dégâts à 70 millions de roubles, soit environ 1 million d'euros, et annoncé que les travaux n'auraient pas d'impact sur la planification initiale[12].

Le 12 décembre 2019, alors que les travaux se poursuivent sur le navire, un incendie se déclenche sur le pont supérieur, occasionnant deux morts et 14 blessés[13].

Navires de classe KouznetsovModifier

VaryagModifier

 
Le Liaoning (ex-Varyag) près de Hong-Kong en 2017.

La construction du porte-avions Varyag (navire-jumeau de l’Amiral Kouznetsov) a été suspendue en 1993 alors que 70 % du navire était achevé. Il a été racheté au début des années 2000 par la Chine, officiellement pour être transformé en casino flottant. Renommé Liaoning, il est en travaux dans les chantiers de Dalian (Chine) dans les années 2000. Repeint aux couleurs des navires de la marine chinoise, sa première sortie en mer a eu lieu pour des essais le [14].

Futurs porte-aéronefsModifier

De nombreux projets et spéculations fleurissent dans les médias russes, l'un d'entre eux a indiqué que la marine russe a planifié la construction d’un second porte-avions vers 2020, nommé pour le moment Projet 23000E Shtorm. Il devrait rejoindre l’Amiral Kouznetsov, l'objectif étant de disposer à moyen terme d’un groupe aéronaval dans chacune des flottes du Pacifique et du Nord. À plus long terme (20 ou 30 ans), la cible est de trois porte-avions par groupe aéronaval soit six au total, mais en 2018, aucun véritable budget n'est prévu de la part du gouvernement pour un tel projet.

Toutefois, plusieurs articles et commentaires ont mis en doute la capacité de la Russie de construire ce nouveau porte-avions.

Doute sur la capacité technique d'abord, l'amirauté russe étant apparemment insatisfaite du projet qui serait doté d'une technologie pas assez moderne. Plusieurs spécialistes estiment que la Russie ne dispose pas des technologies nécessaires, et de plus qu'aucun chantier naval russe ne serait capable de construire un porte-avions moderne.

Doute aussi sur la capacité financière, tant pour construire le porte-avions que pour le doter d'une escadrille complète (projet dont le coût est estimé à 30 milliards d'euros).

Culture populaireModifier

Ce navire apparaît dans le tome 45 de la bande dessinée Buck Danny, Les Secrets de la mer Noire[15]. Il apparaît aussi dans le jeu Wargame: Red Dragon et dans le film Attraction.

Ainsi que dans le simulateur de vol DCS World.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Il est rangé dans les croiseurs lourds porteurs d'avions (TAVKR) dans la classification russe utilisée pour contourner les contraintes de la convention de Montreux.

RéférencesModifier

  1. également connue sous le nom de projet 1143.5, classe Rīga, ou classe Brejnev
  2. https://flot.com/publications/books/shelf/modelistconstructor/196.pdf p. 41
  3. https://flot.com/publications/books/shelf/modelistconstructor/196.pdf p. 6
  4. Jean-Marc TANGUY, « Russie-Perte d'un MIG-29K », Raids AVIATION,‎ , p. 53
  5. « Missile soviétique P-700 Granit-Le tueur de porte-avions », Sub-Marine, no 9,‎ , p. 45
  6. Belching smoke through the Channel, Russian aircraft carrier so unreliable it sails with its own breakdown tug, Ben Farmer, The Telegraph, 22 octobre 2016
  7. a b c et d Arnaud Prudhomme, « Le groupe aérien embarqué du Kouznetsov en Méditerranée », Avions de combat,‎ , p. 54
  8. (en) « Russian Navy to upgrade Kuznetsov » [archive], sur Janes,
  9. Khan, « Porte-avions Amiral Kouznetsov : une modernisation a minima », sur www.rusnavyintelligence.com, (consulté le 26 novembre 2018).
  10. (en) Atle Staalesen, « Aircraft carrier is damaged as dry dock sinks » [archive], sur thebarentsobserver.com,
  11. Igor Delanoë, « La malédiction du porte-avions Kouznetsov », sur rusnavyintelligence.com, (consulté le 26 novembre 2018).
  12. (en) « Damage Sustained by Russian Aircraft Carrier During Dock Sinking Revealed » [archive], sur Sputnik, (consulté le 18 février 2020)
  13. Le Figaro avec Reuters et Le Figaro avec Reuters, « Incendie à bord de l'unique porte-avions russe », sur Le Figaro.fr, (consulté le 12 décembre 2019)
  14. « Le premier porte-avions chinois a pris la mer », sur Cyberpresse.ca,
  15. Les secrets de la mer Noire, t. 45, Paris, Dupuis, , 64 p. (ISBN 2-8001-2095-9)

Voir égalementModifier

Sources et bibliographieModifier

  • (ru) В. П. Заблоцкий (V. P. Zablotski), Тяжелый авианесущий крейсер «Адмирал Кузнецов», Morskaïa Kolleksia, 7/2005.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :