Pierre Tevanian

journaliste français

Pierre Tevanian, né en février 1970 à Paris, est un essayiste et militant associatif français. Ancien élève de l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, il est professeur agrégé de philosophie en Seine-Saint-DenisDrancy)[1].

Pierre Tevanian
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (51 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Site web

BiographieModifier

Après avoir milité avec Caroline Fourest dans le collectif prochoix, il est co-fondateur avec Sylvie Tissot du collectif « Les mots sont importants » en 2001, Pierre Tévanian est responsable de la rédaction de lmsi.net, la « lettre d'info » du collectif sur internet[2].

En 2008, Pierre Tevenian figure parmi « la jeune garde » dans un classement effectué par Le Nouvel Observateur sur les « 50 stars de la pensée »[3].

Il est un initiateur individuel de l'appel des Indigènes de la République[4].

PublicationsModifier

PhilosophieModifier

Pierre Tevanian a publié deux ouvrages de philosophie : La Mécanique raciste[5] — qui est selon l'historienne américaine Joan Scott, « une dissection sans pitié du phénomène raciste, un traité théorique pour un public large »[6] —, et La haine de la religion : comment l'athéisme est devenu l'opium du peuple de gauche[7].

En ce qui concerne le racisme, étudié à la fois comme concept, perception et affect[6], Sidi Mohammed Barkat et Pierre Tévanian proposent une réflexion sur les « fondements de la violence politique en situation coloniale, post-coloniale et dans le champ de l’immigration »[8] et sur le thème du corps de l’immigré — « corps spécifique susceptible d’être violenté par l’État »[9].

Polémiques sur le port du voileModifier

En 2003, la France est le lieu de polémiques sur le port du voile qui relancent, pour la troisième fois en 15 ans[10], le débat sur le principe de laïcité, et la commission Stasi conduit une réflexion sur son application dans les écoles. En octobre, le collectif Les mots sont importants participe, aux côtés notamment des Jeunesses communistes révolutionnaires, du Mouvement de l'immigration et des banlieues, et de l'association féministe Femmes publiques, à l'organisation d'un rassemblement de soutien devant l'établissement scolaire de Alma et Lila Lévy — deux jeunes filles qui doivent passer devant le conseil de discipline pour avoir refusé de retirer le voile islamique. Caroline Fourest écrit « Pierre Tévanian et quelques autres militants favorables à l'entrée du voile à l'école ont organisé une manifestation de soutien »[11], pendant que les organisateurs affirment « Nous ne sommes pas pour le voile, nous sommes contre les exclusions »[12].

En septembre 2005, il publie Le voile médiatique. Un faux débat : « l’affaire du foulard islamique »[13], un ouvrage dans lequel l'auteur questionne le débat français qui a conduit à la loi sur les signes religieux à l'école[n 1]. Tevanian se demande en quoi « une loi éloignant de l’école laïque des collégiennes et des lycéennes pourrait mettre en difficulté un quelconque groupe intégriste »[15]. Selon lui, l'adoption du texte législatif est le résultat d'un ensemble de causes — surmédiatisation, focalisation, sélection biaisée des intervenants dans le débat, etc. — qui a débouché sur la « production d’un consensus islamophobe, faisant de l’élève voilée le vecteur de tous les maux et de toutes les menaces », « l’exutoire inespéré à un racisme latent que l’on retrouve dans tous les milieux sociaux et toutes les familles politiques »[16], une question qui est venue brouiller durablement « l’identité et l’unité de la gauche »[15].

Réception critiqueModifier

Marina Da Silva dans une critique de l'ouvrage Les mots sont importants. 2000-2010[17] parue dans Le Monde diplomatique souligne que les textes publiés sont « produits par dix années de combat » et considère que les auteurs — Sylvie Tissot et Pierre Tevanian — y ont cherché « à partir de leur propre engagement féministe, antiraciste et antisécuritaire […] à exposer la « complexité » de toutes les formes de résistance »[18].

Son ouvrage La haine de la religion. Comment l'athéisme est devenu l'opium du peuple de gauche[7] reçoit un bonne critique de Frédéric Pagès pour Le Canard enchaîné[19]. Le journaliste Edwy Plenel écrit au sujet du même ouvrage qu'il « montre comment un athéisme sectaire et intégriste, à rebours de la véritable laïcité, devient parfois l'opium du peuple de gauche »[20].

Benjamin Caraco, doctorant au moment de cette recension, dans son compte rendu de lecture, écrit que l'auteur « prend le temps de citer et de commenter les grands textes marxistes sur la question, s'élevant au-dessus des dogmatismes et rendant sa complexité au problème »[21]. Pierre Dharréville[n 2], dans un ouvrage consacré à la question de la laïcité, en France cite Pierre Tevanian comme exemple de philosophe ayant critiqué les confusions fréquentes dans le débat public entre athéisme et laïcité[23]. Selon Jean-Guillaume Lanuque, cet ouvrage (et son travail de réhabilitation des religions) est critiqué par le philosophe marxiste Yvon Quiniou dans son ouvrage de 2014 Critique de la religion. Une imposture morale, intellectuelle et politique[24]. Pour Christian Beuvain (avec la collaboration de Jean-Guillaume Lanuque) : « Pourquoi alors publier cette brochure partisane, de piètre facture (avec sa posture vite irritante du professeur énonçant ses leçons), à l’écriture relâchée de surcroît ? »[25].

Pour l'essayiste Caroline Fourest, Pierre Tevenian « symbolise à lui seul le militant de gauche prêt à succomber aux sirènes de l'islamisme au prétexte de l'antiracisme. Il défend un tiers-mondisme particulièrement caricatural, où tout est colonisation, et publie des articles incendiaires contre ni putes ni soumises et SOS Racisme qu'il accuse d'entretenir l'« islamophobie » ambiante. Il soupçonne tous les mouvements dénonçant les viols, le sexisme et l'homophobie dans les cités de stigmatiser les banlieues comme « boucs-émissaires » »[26]. En réponse, Pierre Tevanian écrit un texte critique dans lequel ces affirmations sont qualifiées d'« affabulations »[27].

Pierre-André Taguieff considère que Pierre Tevenian est un « agitateur gauchiste »[28]. Dans un autre ouvrage en 2010, il notait à propos des « groupes gauchistes extrémistes défendant une vision multicommunautariste de la société française, tout en manifestant de la complaisance, et souvent de l'empathie, à l'égard des milieux islamistes » ; que Pierre Tévanian est « passé par le MRAP et la mouvance Dieudonné, signataire de l'appel des indigènes de la République, et auteur de libelles répétitifs »[29].

Pour Pascal Bruckner, qui note que Tevanian traite « le philosophe Abdennour Bidar de fasciste »[30], « On est ainsi avec Pierre Tevanian dans le pur esprit du Ku Klux Klan mais inversé : ce dernier maudit les noirs, les jaunes, les juifs, les Hispaniques, Pierre Tevanian maudit les blancs. Pour lui comme pour les suprémacistes américains, l'appartenance à une « race » est une malédiction »[31].

PublicationsModifier

OuvragesModifier

  • Le racisme républicain : réflexions sur le modèle français de discrimination, l'Esprit frappeur, 2002
  • Le ministère de la peur : réflexions sur le nouvel ordre sécuritaire, l'Esprit frappeur, 2004
  • Le voile médiatique : Un faux débat : « l'affaire du foulard islamique », Paris, Liber, coll. « Raisons d'agir », , 141 p. (ISBN 2-912107-24-5)
  • La République du mépris : métamorphoses du racisme dans la France des années Sarkozy, La Découverte, 2007
  • La mécanique raciste, Dilecta, coll. « État des lieux », , 126 p. (ISBN 978-2-916275-44-4 et 2-916275-44-4)
  • Dévoilements : du hijab à la burqa, les dessous d'une obsession française, Paris, Libertalia, coll. « À Boulets rouges », , 160 p. (ISBN 978-2-918059-23-3, présentation en ligne)
  • La haine de la religion : comment l'athéisme est devenu l'opium du peuple de gauche, La Découverte, , 128 p. (ISBN 978-2-7071-7590-8 et 2-7071-7590-0, présentation en ligne)
  • Chronique du racisme républicain, Syllepse, 2013
  • Mulholland Drive, la clef des songes , Dans nos histoires , 2019

En collaboration avec Sylvie TissotModifier

Participation à des ouvrages collectifsModifier

  • Faut-il avoir la haine ?, dir. Olivier Le Cour Grandmaison, Éd., L'Harmattan, 2001
  • L'époque de la disparition. II, dir. Jean-Louis Déotte, Éd., L'Harmattan, 2002
  • Le foulard islamique en questions, dir. Charlotte Nordmann, Éd., Éditions Amsterdam, 2004
  • La machine à punir : discours et pratiques sécuritaires, dir. Laurent Bonelli, Éd., L'esprit frappeur, 2004
  • Almanach de la critique des médias, dir. Olivier Cyran et Mehdi Ba, Éditions Les Arènes, 2005
  • Livre noir de la condition des femmes, S. Treiner, F. Gaspard, C. Ockrent éd., XO éditions, 2006
  • Culture postcoloniale, N. Bancel, P. Blanchard éd., Éditions Autrement, 2006
  • Les filles voilées parlent, Ismahane Chouder, Malika Latrèche et Pierre Tevanian, Éditions La Fabrique, 2008
  • Burqa-bla-bla : petit chahut deviendra grand (sous la direction d'Abdellah Boudami), Égalité éditions, 2012

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le 15 mars 2004, l'article 141-5-1[14] insère les deux paragraphes suivants dans le code de l'éducation :
    - Dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit.
    - Le règlement intérieur rappelle que la mise en œuvre d’une procédure disciplinaire est précédée d’un dialogue avec l’élève.
  2. Pierre Dharréville est écrivain, secrétaire départemental du Parti communiste français (PCF) dans les Bouches-du-Rhône[22].

RéférencesModifier

  1. Pascal Marchand, « Pierre Tévanian, Le voile médiatique : un faux débat : « l’affaire du foulard islamique » », Communication, vol. 25/1,‎ , p. 362-368 (lire en ligne)
  2. Pierre Tevanian, « responsable de la rédaction », sur lmsi.net (consulté le )
  3. « Le pouvoir intellectuel en France », sur nouvelobs.com, (consulté le )
  4. Caroline Fourest, Éloge du blasphème, Grasset, , 198 p. (ISBN 9782246853732), note de bas de page numéro 23
  5. Dilecta « État des lieux », 2008
  6. a et b Joan Scott, « Pierre Tevanian : La mécanique raciste. Ismahane Chouder, Malika Latrèche et Pierre Tevanian : Les filles voilées parlent », Nouvelles Questions Féministes, vol. 28, no 3,‎ , p. 126–130 (ISSN 0248-4951, lire en ligne, consulté le )
  7. a et b La découverte, 2013
  8. Rachid Mendjeli, Généticisation et responsabilités, Dalloz, coll. « Thèmes Et Commentaires », , pdf, « Le gouvernement des corps suspect », p. 143
  9. Maud Joly, « « Corps en guerre. Imaginaires, idéologies, destructions », Quasimodo, n°8 et n°9, Printemps 2005 », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, no 30,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. Françoise Gaspard, « Le foulard de la dispute », Cahiers du Genre, vol. 3,‎ , p. 75-93 (DOI 10.3917/cdge.hs01.0075, lire en ligne)
  11. Caroline Fourest, « Le Monde à l’envers », ProChoix, nos 26-27,‎ , p. 55 (lire en ligne [PDF])
  12. « L'exclusion de deux lycéennes voilées divise l'extrême gauche », sur lemonde.fr,
  13. Liber « Raisons d'agir », 2005
  14. « Article L141-5-1 », sur legifrance.gouv.fr
  15. a et b Marina Da Silva, « Le Voile médiatique », Le Monde diplomatique,‎ , p. 35 (lire en ligne)
  16. Pascal Marchand, « Pierre Tevanian, Le voile médiatique. Un faux débat : « l’affaire du foulard islamique » », Communication, vol. 25, no 1,‎ (DOI 10.4000/communication.354, lire en ligne, consulté le )
  17. Libertalia, 2010
  18. Marina Da Silva, « Les livres du mois », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  19. Frédéric Pagès, « Ce n’est pas sa tasse d’athée », Le Canard enchaîné,‎
  20. « L'opium du peuple | Podcasts », Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. Benjamin Caraco, « Pierre Tevanian, La haine de la religion. Comment l'athéisme est devenu l'opium du peuple de gauche », Lectures,‎ (ISSN 2116-5289, lire en ligne, consulté le )
  22. « Pierre Dharréville candidat du PCF pour conserver la circonscription de Martigues », sur marsactu.fr, (consulté le )
  23. Pierre Dharréville, La laïcité n'est pas ce que vous croyez, Éditions de l'Atelier, (ISBN 978-2-7082-4424-5, lire en ligne)
  24. Jean-Guillaume Lanuque, « Yvon Quiniou, Critique de la religion. Une imposture morale, intellectuelle et politique, Paris, La Ville brûle, 2014, 192 pages. », sur Dissidences : le blog, (consulté le )
  25. Christian Beuvain (avec la collaboration de Jean-Guillaume Lanuque), « Émancipation socialiste et religion : Une rupture d’héritage, d’idées et de langage ? Lecture critique de Pierre Tevanian, La Haine de la religion. Comment l’athéisme est devenu l’opium du peuple de gauche, Paris, Éditions La Découverte, 2013, 136 pages, 10 €. », Dissidences : le blog,‎ (lire en ligne)
  26. Caroline Fourest, Frère Tariq : Discours, stratégie et méthode de Tariq Ramadan, Grasset, , p. 264 (version epub)
  27. Pierre Tevanian, « Sœur Caroline est de retour : A propos des dernières affabulations de Caroline Fourest », sur lmsi.net, (consulté le )
  28. « Voir notamment les multiples interventions répétitives de l'agitateur gauchiste Pierre Tévanian, soutenant la thèse selon laquelle « le communautarisme le plus puissant en France c'est la Communauté blanche ». Une France antijuive ? : regard sur la nouvelle configuration judéophobe, Pierre-André Taguieff, CNRS Éditions, 2015, page 302 (version epub)
  29. Pierre-André Taguieff, La nouvelle propagande antijuive : Du symbole al-Dura aux rumeurs de Gaza, Paris, éditions Presses Universitaires de France, , 560 p. (ISBN 978-2130575764)
  30. Le Figaro Magazine du 6 octobre 2017, p. 55
  31. Revue des Deux Mondes, avril 2018

Liens externesModifier