Ouvrir le menu principal

L'Esprit frappeur

maison d'édition française

L'Esprit Frappeur est une maison d'édition française créée en 1997 et toujours en activité. Elle publie des essais politiques concernant des questions d'actualité, ainsi que quelques textes littéraires tel que le roman Le Feu sous la soutane de l'auteur rwandais Benjamin Sehene.

L'Esprit Frappeur est dirigé par Michel Sitbon, trésorier du Réseau Voltaire jusqu'en 2005[1]. Les éditions sont basées dans les locaux de la librairie Lady Long Solo, au même titre que les éditions Dagorno et les éditions du Lézard[2]. La maison d'édition appartient à la société Bahram[3].

"Ésprit Frappeur"

Barham

Création 21-01-1993 immatriculation sté
Forme juridique Société à responsabilité limitée
Siège social Paris
Direction Michel Sitbon
Activité Édition de livres (5811Z)
SIREN 389 740 465
Site web www.espritfrappeur.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Chiffre d'affaires 9 800 € en 2014

comptes récents non disponibles

HistoriqueModifier

Créée en 1997, la maison d'édition fut très active jusqu'à 2005, année à partir de laquelle elle se mit à publier très peu. Dès lors l'Esprit frappeur a surtout coédité, et bien peu diffusé.

C'est ainsi que l'Esprit frappeur coédite avec Izuba une revue annuelle, La Nuit rwandaise[4], consacrée à l'implication française dans le génocide des Tutsi, qui parait tous les 7 avril pour l'anniversaire du début de ce génocide.

ThématiquesModifier

Une grande partie des ouvrages publiés par l'Esprit Frappeur est le fait d'auteurs situés dans la mouvance anarchiste ou à l'extrême gauche de l'échiquier politique. Par exemple, la réputation de la collection s'est faite avec des livres comme Travailler ? Moi, jamais !, de l'anarchiste américain Bob Black.

Notes et référencesModifier

  1. https://fr.timesofisrael.com/la-nuit-michel-sitbon-accueille-des-migrants-dans-sa-librairie-parisienne/
  2. Florence Aubenas, « Milena, lady anar », Libération, 5 septembre 2000 [[ lire en ligne]]
  3. « Identité, chiffre d'affaires, résultat, bilans de la société bahram », sur www.societe.com (consulté le 23 juin 2019)
  4. Jean Chatain, « Le négationnisme, une constante française », Le Génocide des Tustsi, Les Temps modernes, n° 680-681, octobre-décembre 2014 lire sur Google Livres

Voir aussiModifier