Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cogan.
Pierre Cogan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Informations
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 98 ans)
AurayVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipes professionnelles
1935Roold-Wolber
1936-1937 F.Pélissier-Mercier-Hutchinson
Mercier-Hutchinson
1938-1943 Ray-Dunlop
1944-1946 Metropole-Dunlop
1946-1947 Carrara-Dunlop
1948-1949 Riva Sport-Dunlop
1949 Helyett-Hutchinson
1950-1951Tigra
1951Bottecchia
Principales victoires

Pierre Cogan, né le à Keriaquer en Pluneret[1],[2] près de la commune d'Auray dans le Morbihan et mort le dans la même ville, est un coureur cycliste français des années 1930-50.

BiographieModifier

Professionnel de 1935 à 1951[3] , il remporte notamment le Grand Prix de Plouay en 1936 et le Grand Prix des Nations (sorte de championnat du monde du contre-la-montre) en 1937. Il a la particularité d'avoir été parmi les meilleurs du Tour de France avant et après la Seconde Guerre mondiale.

Au cours de sa carrière, Pierre Cogan dispute sept Tours de France avec six classements parmi les vingt premiers[2]. Il est ainsi onzième du Tour de France 1935, premier de la catégorie des touristes-routiers (concurrent individuel), et il obtient son meilleur classement pour celui de 1950, en septième position[4]. En 1939, l'Armée ne l'autorise pas à se présenter au départ malgré l'obtention de sa sélection au sein de l'équipe de l'Ouest[5]. Il dispute son dernier Tour de France en 1951 et en prend la 19e place.

Outre ses succès lors de Tours de France, son palmarès compte des victoires lors du Grand Prix de Plouay en 1936, de deux étapes du Paris-Nice la même année et du Grand Prix des Nations en 1937. Il remporte aussi les championnats de France militaires en 1938 et une étape du Critérium du Dauphiné en 1949[2].

Il fut fait prisonnier trois fois pendant la guerre et s'est échappé deux fois, puis a fini par se réfugier du côté de Saint-Etienne pour continuer de courir en France libre[1].

À la fin de sa vie, il est le doyen des participants du Tour de France[2] et des anciens membres de l'équipe de France, dont il a porté les couleurs en 1936. Pierre Cogan s'éteint dans sa ville natale le 5 janvier 2013, âgé de 98 ans.

Son frère Joseph (1917-2004) a été lui aussi coureur professionnel entre 1936 et 1942.

PalmarèsModifier

Résultats sur le Tour de FranceModifier

RéférencesModifier

  1. a et b « Légende du Tour, Pierre Cogan s'est éteint », sur www.ouest-france.fr, Ouest-France, (consulté le 17 juillet 2019)
  2. a b c d et e « Auray. L’ancien coureur cycliste Pierre Cogan est décédé », sur www.ouest-france.fr, Ouest-France, (consulté le 17 juillet 2019)
  3. « Pierre Cogan est décédé », sur www.ouest-france.fr, Ouest-France, (consulté le 17 juillet 2019)
  4. « Pierre Cogan, doyen des coureurs du Tour de France, est mort », sur www.lexpress.fr, L’Express, (consulté le 17 juillet 2019)
  5. Yves-Marie Evanno, "Du cliquetis des pédales au bruit des bottes : un été cycliste perturbé en Bretagne (juillet-septembre 1939)", En Envor, revue d'histoire contemporaine en Bretagne, no 2, été 2013, en ligne

Lien externeModifier