Fédération des étudiants francophones

Fédération des étudiants Francophones
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Organisation de représentation étudiante
Zone d’influence Drapeau de la Belgique Belgique (Communauté française)
Fondation
Fondation 1973
Identité
Siège Bruxelles, Belgique
Président Chems Mabrouk[1]
Secrétaire général Manon Sperati[1]
Trésorier François Fazari[1]
Affiliation européenne Union des étudiants d’Europe
Méthode Information publique
Actions d'élus
Syndicalisme
Financement Subventions publiques
Subventions des conseils étudiants affiliés
Membres Près de 160 000 étudiants
Slogan "Vers un enseignement démocratique et émancipateur!"
Site web www.fef.be

a Fédération des étudiants francophones[2], parfois orthographiée Fédération des étudiant·e·s francophones[3] (FEF) est depuis 2019 la seule organisation de représentation étudiante de la Communauté française de Belgique[4].

Fondée en 1973 pour défendre les étudiants, la FEF représente actuellement près de 160 000 étudiants dans plus de trente établissements d'enseignement supérieur en Communauté française. La FEF représente tant des étudiants d'Universités que de Hautes écoles (HE), ou d'Écoles supérieures des arts (ESA).

Depuis 2003, la FEF est reconnue formellement par le gouvernement comme « Organisation Représentative Communautaire » des étudiants en Communauté française.http://www.servicejeunesse.cfwb.be/index.php?id=11303[réf. souhaitée] À noter enfin qu'elle est affiliée au niveau supranational à l'Union des étudiants d'Europe (ESU).

HistoriqueModifier

Critiques et réformes passéesModifier

[5]Depuis 2011, des critiques se firent connaitre dans la presse à propos du fonctionnement de la Fédération. Il est notamment reproché la trop grande présence d'une jeunesse communiste, un problème de fonctionnement (transparence du bureau) et le passage d'un mode de décision bottom-up par un mode top-down (cela est notamment marqué par le fonctionnement des sections régionales). Ces critiques auront pour conséquence la désaffiliation de membres (UCL, FUNDP, UMONS, notamment).[réf. nécessaire]

La Fédération réagit à ces critiques à partir de septembre 2011 par la création d'un groupe de travail sur le fonctionnement interne de l'organisation, puis par une transformation importante de son mode de fonctionnement. Lors de conseils fédéraux extraordinaires, des modifications satutaires sont votées : sont ainsi successivement approuvés l'interdiction de cumuler [6]responsabilités à la FEF et dans un parti politique[7], l'interdiction pour un représentant de la FEF de se présenter à des élections, une ouverture du bureau de la FEF au pluralisme (les élections suivantes obligeront la mise en place d'une coalition en cas de présence de plusieurs listes concurrentes), et la possibilité de convoquer des conseils fédéraux (organe législatif) extraordinaires pour mieux contrôler l'action du bureau.

Le départ de l'AGL (représentant les étudiants de l'UCL) coïncide avec une unification des conseillers fédéraux restants[8], approuvant à 80 % une note d'orientation présentée par le bureau élargi[9].

Pour parachever les réformes successives et la reconvergence des visions communautaires de différentes associations (notamment entérinées par l'organisation d'états généraux de la représentation étudiante), le Bureau de la FEF démissionne collectivement le 30 mars 2012 et deux jours après, un Bureau d'Union de Transition, paritaire entre membres de l'ancienne équipe et membres issus des conseils étudiants critiques de l'ancien fonctionnement, est élu. Après 3 mois, des élections régulières mettront en place un nouveau bureau entièrement renouvelé[10], parachevant l'apaisement des tensions.

Conseils étudiants affiliésModifier

La FEF compte 35 conseils étudiants affiliés[11].

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c [1]
  2. Forme utilisée notamment par Sudinfo, Lalibre ou la RTBF.
  3. Forme désormais utilisée par l’organisation dans une partie de sa communication, par exemple sur son site officiel
  4. « Unécof met la clé sous la porte, la Fef devient le seul syndicat étudiant », sur BX1, (consulté le 3 décembre 2019)
  5. « Namur et l’UMons quittent la FEF », sur Le Soir Plus (consulté le 23 septembre 2020)
  6. « Le mouvement étudiant exige plus de démocratie et de participation », sur Le Soir Plus (consulté le 23 septembre 2020)
  7. « Michaël Verbauwhede : "La voix des étudiants va être affaiblie" », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne, consulté le 28 septembre 2020).
  8. « La Fédé reste unie à la Fef », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne, consulté le 28 septembre 2020).
  9. « La FEF analyse la situation et continue d’avancer », sur fef.be (consulté le 28 septembre 2020).
  10. http://www.fef.be/2012/04/election-d%E2%80%99un-bureau-d%E2%80%99unite-de-transition-a-la-fef/
  11. Membres