Ouvrir le menu principal

Philippe-Emmanuel de Gondi

militaire français
Philippe-Emmanuel de Gondi
Philippe-Emmanuel de Gondi.jpg
Portrait de Philippe-Emmanuel de Gondi, par Claude Duflos
Biographie
Naissance
Décès
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Ordre religieux
Distinctions

Philippe-Emmanuel de Gondi, né en 1580 et mort le , comte de Joigny (comté acquis par son oncle l'évêque Pierre en 1603), marquis de Belle-Île et des îles d'Or, baron de Montmirel, seigneur de Dampierre et de Villepreux, général des Galères de France, est le fils d'Albert de Gondi (le « maréchal de Retz »), duc de Retz, et de Claude Catherine de Clermont.

BiographieModifier

Il succéda à son père Albert de Gondi en tant que général des galères en 1598.

Il se distingua dans une expédition contre les pirates barbaresques en 1613 et participa à un combat naval contre les Rochellais en 1622.

Il a été le protecteur de Saint Vincent de Paul qui demeura chez lui de 1613 à 1617[1].

Après la mort de sa femme Françoise Marguerite de Silly (1584-1625), dame de Commercy, il entra dans la congrégation de l'Oratoire.

Famille et descendanceModifier

 
Marguerite de Silly, son épouse.

Philippe-Emmanuel de Gondi épousa le Françoise Marguerite de Silly (1584-1625), dame de Commercy, fille d'Antoine de Silly (1552-1609), comte de La Rochepot, et de Marie de Lannoy. Il eut d'elle trois fils :

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Armoiries de Philippe-Emmanuel de GondiModifier

  Blasonnement :
 
Blason avec ornements extérieurs.
Écartelé : 1 et 4 : d'or à deux masses d'armes de sable passées en sautoir et liées de gueules (qui est de Gondi) ; 2 et 3 : d'hermine, au chef de gueules, chargé de deux clés d'argent, passées en sautoir et surmontées d'une tiare papale d'or (qui est de Clermont-Tallart).

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier