Pentathlon moderne

épreuve sportive constituée de cinq disciplines
Pentathlon moderne
Description de l'image Modern pentathlon pictogram.svg.
Fédération internationale UIPM (fondée en 1948)
Sport olympique depuis 1912
Autres appellations Pentathlon
Description de cette image, également commentée ci-après
Arrivée du pentathlon moderne des Jeux olympiques d'été de 2004 à Athènes.

Le pentathlon moderne est une épreuve sportive constituée de cinq disciplines d’où le nom de pentathlon. Ces épreuves sont l’escrime, la natation, l'équitation, le tir au pistolet et la course à pied. Il faut le distinguer du pentathlon antique : aucune des épreuves du pentathlon moderne ne faisait partie des premiers Jeux olympiques.

Le pentathlon a toujours fait partie du programme olympique depuis 1912. Une épreuve par équipe a été ajoutée aux Jeux olympiques en 1952 et interrompue en 1992. Une épreuve féminine a été ajoutée en 2000. Lors des années non olympiques, un championnat du monde a lieu, depuis 1949. À l'origine la compétition durait quatre ou cinq jours ; mais en 1996 l'épreuve a été raccourcie à une journée pour améliorer son image commerciale. En dépit de l'appartenance très forte de l'épreuve aux Jeux olympiques modernes et de son statut d'événement créé spécifiquement pour les Jeux olympiques, son manque de popularité hors de l'Europe de l’Est a conduit à des demandes de suppression des Jeux olympiques au cours des dernières années[1],[2].

Ce sport est régi par l'Union internationale de pentathlon moderne (UIPM).

HistoireModifier

FondationModifier

Le pentathlon sous sa forme moderne fut inventé par le baron Pierre de Coubertin, fondateur des Jeux olympiques modernes. Comme les épreuves du pentathlon antique étaient choisies suivant les compétences du soldat idéal de cette époque, Coubertin créa l'épreuve pour désigner l'athlète idéal. L'idée répandue que le pentathlon moderne est conçu comme le test du soldat moderne idéal tient au choix d'épreuves à connotation martiale, qui attirèrent initialement de nombreux officiers, mais l'objectif primordial était de concevoir une discipline pédagogique dénuée de visées bellicistes[3] :

« Une autre nouveauté fut la création du « Pentathlon moderne ». (...) Cette fois, la grâce de l’Esprit-Saint sportif éclaira mes collègues et ils acceptèrent une épreuve à laquelle j’attachais une grande valeur : véritable sacrement de l’athlète complet, le Pentathlon moderne devait comprendre : une course à pied, une course à cheval, une course de natation, un assaut d’épée et finalement une épreuve de tir à laquelle j’aurais préféré substituer une course à l’aviron, mais cela eût compliqué grandement l’organisation déjà passablement difficile. Le Pentathlon moderne a, depuis lors, obtenu un succès croissant sans qu’aient jamais été réalisées mes intentions véritables : parcours inconnus du concurrent, épreuves se succédant presque sans intervalle, chevaux fournis par le pays organisateur et tirés au sort au dernier moment, voilà ce qui devait, à mon sens, donner à l’ensemble un caractère pédagogique de premier ordre. Une opposition de caste s’est perpétuellement dressée à l’encontre de cette manière de voir et elle a fini par amener les organisateurs actuels à l’oubli total du respect des principes posés par le créateur du Pentathlon. »

— Pierre de Coubertin, Mémoires olympiques[4].

L'épreuve a été disputée pour la première fois aux Jeux olympiques d'été de 1912 et remportée par un Suédois nommé Gösta Lilliehöök. Le futur général américain de la Seconde Guerre mondiale, George Patton a terminé cinquième. En 1912, les concurrents sont autorisés à monter un cheval connu, mais à partir de 1920 le souhait du baron de Coubertin en la matière se réalise et chaque candidat se voit remettre un cheval tiré au sort[5].

Évolution et modernitéModifier

Seconde moitié du XXe siècle : structuration et premières réformesModifier

Le sport tente de se démocratiser après la Seconde Guerre mondiale. L'Union internationale de pentathlon moderne est fondée en 1948, la première édition des championnats du monde en 1949. Pour la première fois aux Jeux olympiques d'Helsinki en 1952, un civil gagne la médaille d'or : le Suédois Lars Hall.

Les premières modifications du règlement sportif voient l'adoption en 1952 d'un premier système de points. Les suivantes se concentrent sur l'aménagement de l'épreuve hippique. Il s'agit originellement d'un cross-country de 5 000 mètres, ramené à 2 500 mètres en 1962, puis transformé en un parcours de saut d'obstacles de 800 mètres en 1969. La distance sera de nouveau réduite en 1980 (600 mètres) puis en 1993 (de 350 à 400 mètres)[6]. L'autre sujet récurrent est la durée du pentathlon. D'abord disputé sur 5 jours, il est ramené à 4 en 1981, de nouveau à 5 en 1985, puis à nouveau à 4 en 1989, avec le tir disputé non plus le premier jour mais le second, en compagnie de la natation[6]. Enfin, la Coupe du monde de pentathlon moderne est créée en 1990[6].

En dépit de ces efforts de structuration, l'attractivité de la discipline restant basse et la figure tutélaire de Pierre de Coubertin suffisant de moins en moins à assurer au pentathlon moderne une place aux Jeux olympiques, il est confronté à une pression grandissante pour se réformer et par conséquent les changements apportés à la discipline se multiplient et s'accélèrent. Un premier pas avait été franchi en 1984, année durant laquelle le format est modifié de façon que les athlètes partent, lors de l'ultime épreuve de course à pied, dans l'ordre de leur classement après les quatre premières épreuves, l'écart de points les séparant étant convertis en secondes d'avance au début de l'épreuve, et le premier à franchir la ligne d'arrivée étant déclaré vainqueur du pentathlon, améliorant la lisibilité de l'épreuve[7]. Dans une recherche d'un plus grand dynamisme, le programme des épreuves est condensé en une seule journée à partir de 1996[8]. En 1997, la distance de la course de natation est ramenée de 300 à 200 mètres[6]. En 2000, une épreuve féminine fait son apparition aux Jeux olympiques de Sydney[8].

Ces premières modifications améliorent encore insuffisamment la visibilité du sport, dont les épreuves cumulées en une journée dépassent une durée de douze heures aux Jeux olympiques de Pékin en 2008, rendant difficile le suivi des épreuves et leur compréhension par un public non-initié[8]. Des progrès sont notables concernant l'internationalisation de la discipline, mais le pentathlon moderne demeure un sport confidentiel (en France par exemple, il représente en 2018 0,02% du total des sportifs licenciés à une fédération sportive agréée et reste, avec 2020 pratiquants, la plus petite des 36 fédérations de sports olympiques du pays en nombre de licenciés[9]), à la médiatisation pratiquement inexistante en dehors des Jeux olympiques. Il souffre d'un déficit d'image notable, perçu comme élitiste et vieillot et son qualificatif de «moderne» lui-même est parfois tourné en dérision[10],[7].

XXIe siècle : la survie du pentathlon moderne en questionModifier

Ainsi, au début du XXIe siècle, c'est la question de la «survie» même de la discipline au programme olympique qui est évoquée et l'UIPM adopte en quelques années des innovations pour améliorer l'image et le dynamisme de la discipline auprès du public. La plus importante, et la plus controversée de ces innovations est la fusion des épreuves de tir et de course à pied au sein d'une épreuve combinée calquée sur le modèle de la poursuite de biathlon nordique, qui soulève des questions allant de la pertinence de conserver l'appellation de «pentathlon» ou de renommer l'épreuve en «tétrathlon» pour s'accorder à la discipline passant de 5 à 4 épreuves, comme le fit le pentathlon féminin d'athlétisme qui devint heptathlon en 1981 avec l'ajout de deux épreuves[8], à la dévalorisation du tir ou de la course par rapport aux autres disciplines. Malgré la controverse et l'opposition de certaines fédérations d'Europe de l'est et centrale[10], cette décision reçoit l'aval des deux tiers du congrès de l'UIPM, fin 2008 (32 délégués favorables sur 48)[8] et est appliquée à partir du . En 2010, le pistolet à plombs traditionnel est remplacé par un pistolet muni d'un laser, qui confère au combiné son autre nom, le laser-run[11].

Les épreuves de pentathlon moderne aux Jeux de Londres 2012 remportent un succès mitigé, les pentathloniens et pentathloniennes débutant leur épreuve tôt le matin par une longue épreuve d'escrime de trois heures devant une salle à moitié vide, avant de rencontrer leur public pendant la natation et surtout les épreuves d'équitation et les premiers combinés olympiques devant plusieurs milliers de spectateurs[12]. En 2013, ces réformes paient : bien que lourdement menacé, le pentathlon moderne évite de justesse le couperet du Comité international olympique qui s'abat finalement sur la lutte, sport originel des Jeux olympiques, proposée à l'exclusion du programme des Jeux olympiques d'été de 2020[13]. Par la suite, l'UIPM poursuit ses efforts pour tenter de s'approcher des critères d'attractivité télévisuelle prépondérants pour sa sauvegarde future.

Outre une légère modification du parcours de combiné, qui évolue d'un parcours de 3x1 000 mètres avec 3 passages au tir à un parcours de 4x800 mètres avec 4 passages au tir en 2013, une nouvelle grande innovation est l'addition d'un tableau, système ladder, à la compétition d'escrime en 2015[14]. Cette addition allonge la durée des compétitions, qui doivent se dérouler sur deux jours : la poule unique d'escrime difficile à suivre pour le spectateur est disputée la veille du reste du pentathlon, tandis que le tableau ouvre la seconde journée sur un format court, simple et une piste d'escrime unique. En plus d'un gain en lisibilité, cette modification sert un projet plus grand : la conception de stades dédiés spécifiquement à la pratique du pentathlon moderne, permettant la tenue de toutes les épreuves sur un site unique[14]. Le premier complexe du genre a ouvert en 2018 à Mexico en prévision des championnats du monde 2018[15].

En FranceModifier

Le but principal du Pôle Pentathlon moderne est de préparer les jeunes  à des compétitions internationales (championnats d’Europe et Monde de chaque catégorie) sur un temps plus ou moins long. Les personnes qui sont recrutés vont de 15 à 18 ans, filles et garçons.

Les pentathloniens sont acceptés en fonction de leurs résultats sur les compétitions du circuit national tous âges confondus La décision d’intégration est prise par le responsable du Pôle, en accord avec le Directeur Technique National de la Fédération, sous réserve de l’admission par la commission CREPS.

Peuvent prétendre à l’entrée au pôle, les meilleurs de chaque catégorie.

Il existe également une fois par an, une journée de détection où des jeunes de 14 à 15ans viennent pour espérer intégrer le Pôle. Cette journée est faite pour des sportifs ayant un fort potentiel en course à pied et natation et qui n’ont jamais pratiqué le pentathlon. La plupart du temps, cette journée se passe au mois de mai avant les inscriptions pour l’année précédente.

Disciplines du pentathlonModifier

         
  • Escrime : la discipline d'escrime utilise l'épée. La compétition est une poule où tous les participants se rencontrent. Chaque assaut dure une minute, en une seule touche gagnante. Si au bout de la minute il n'y a pas de touche, il y a double défaite mais en cas de touche double, c'est-à-dire si les deux concurrents touchent en même temps, l'assaut reprend jusqu'à ce qu'il n'y ait qu'un seul vainqueur. Les points attribués au cours de cette épreuve sont calculés sur la base d'un pourcentage de victoires : quel que soit le nombre de concurrents, un total de 70 % de victoires vaut 250 points. Dans le cas des compétitions internationales, disputées entre 36 pentathloniens, il faut 25 victoires pour obtenir ce score. Chaque assaut vaut six points. Dans le cas des compétitions internationales, il est impossible de descendre en dessous de 100 points, chaque victoire s'ajoute donc à ce minimum. En plus de ce tour de poule, un tournoi bonus peut être organisé. Basé sur le système ladder, il voit s'affronter les deux moins bien classés du tour de poule entre eux. Le vainqueur affronte ensuite le suivant dans la hiérarchie du premier tour, et ainsi de suite jusqu'au vainqueur du premier tour. Chaque victoire dans ce tournoi apporte un point supplémentaire.
  • Natation : L'épreuve de natation est un 200 mètres nage libre. Les concurrents sont classés selon leur meilleur temps sur la distance. La grille de points est la même pour les hommes et pour les femmes. Un temps hypothétique de min 30 s 0 rapporte 250 points. Il faut déduire ou ajouter un point de ce total pour chaque demi-seconde de plus ou de moins. Un temps de min 0 s 0 vaut donc 310 points, un temps de min 40 s 0 vaut 350 points, etc. Le temps est arrondi à la tranche supérieure : pour un temps de min 53 s 18, par exemple, les points attribués sont les mêmes que pour un temps de min 53 s 50 (323 points). La natation est l'épreuve la moins aléatoire du pentathlon moderne : les conditions de course sont toujours les mêmes et les candidats sont confrontés à un contre-la-montre plutôt qu'une épreuve d'affrontement.
  • Équitation : La discipline d'équitation consiste en un saut d'obstacles sur une course de 400 à 450 mètres avec 12 obstacles dont au minimum une combinaison d'un double et d'un triple et 5 obstacles minimum doivent être placés à la hauteur maximale précisée par le règlement selon la catégorie de compétition. Un temps limite est établi en fonction de la longueur de la course et de la taille de la piste, qu'elle soit supérieure ou inférieure à 2 500 m². Les concurrents sont associés par tirage au sort à un cheval 20 minutes avant le début de l'épreuve. Un parcours dans le temps et sans fautes donne 300 points maximum. Chaque obstacle tombé occasionne une déduction de sept points, chaque seconde de dépassement de temps provoque une déduction d'un point. De plus, une série de fautes peut provoquer l'élimination, qui se traduit par un zéro en termes de points marqués dans l'épreuve. Il est donc possible de perdre toutes ses chances durant l'épreuve d'équitation. Cette épreuve peut être la plus difficile à appréhender pour un pentathlonien, même spécialiste de l'équitation, qui doit savoir appréhender le caractère d'un cheval qui lui est attribué par tirage au sort et qu'il ne connaît donc pas et mettre sa monture en confiance. En cas de blessure ou de parcours catastrophique, un cheval peut être remplacé par un cheval de réserve.
  • Combiné Course/Tir ou Laser-run : Il s'agit de la modification la plus récente du règlement du pentathlon moderne, destinée à le rendre plus spectaculaire : le tir et la course à pied, auparavant disputés en deux épreuves distinctes, fusionnent en une épreuve combinée inspirée de la poursuite de biathlon, qui connaît, lors de la création de ce format, un engouement médiatique certain[réf. nécessaire]. L'épreuve de combiné consiste en un cross-country de 3 200 mètres sur un parcours de 800 mètres ponctué de quatre arrêts à un stand de tir où les concurrents utilisent un pistolet à tir laser et visent une cible située à 10 mètres. Le 1er tir a lieu 100 m après le départ, le second après une première boucle de 800 mètres de course, le troisième à 1 600 mètres et le dernier à 2 400 mètres. À chaque fois, le pentathlonien doit toucher 5 cibles en un temps maximum de 50 s, avant de repartir sur la course. L'écart de points entre les concurrents établi lors des trois premières épreuves détermine l'ordre de départ et l'intervalle entre chaque départ. Le leader du classement s'élance en premier, son avantage de points étant traduit en secondes sur ses poursuivants : si le second est à dix points du premier, il s'élance dix secondes après, s'il est à 22 points, il part avec 22 secondes de retard, etc. Cette épreuve attribue également des points qui servent essentiellement à évaluer la performance, mais comme pour la poursuite de biathlon, c'est le premier à franchir la ligne d'arrivée qui remporte le pentathlon.

Les principales compétitionsModifier

Les Jeux olympiquesModifier

Tableau des cinq premiers classés pour le pentathlon après les JOs de Rio
Rang Pays       Total
1   Hongrie 9 8 5 22
2   Suède 9 5 7 21
3   Union soviétique 5 5 5 15
4   Russie 4 1 0 5
5   Pologne 3 0 1 4
Les pentathloniens les plus médaillés aux Jeux olympiques
Rang Athlète Pays       Total
1 Pavel Lednev   Union soviétique 2 2 3 7
2 András Balczó   Hongrie 3 2 0 5
3 Carlo Massullo   Italie 1 2 2 5
4 Igor Novikov   Union soviétique 2 2 0 4
5 Daniele Masala   Italie 2 1 0 3
Lars Hall   Suède 2 1 0 3

Championnats du mondeModifier

Tableau des cinq meilleures nations aux championnats du monde (après 2019)
Rang Pays       Total
1   Hongrie 54 47 32 133
2   Pologne 34 16 21 71
3   Union soviétique 32 25 14 71
4   Russie 20 29 21 70
5   Grande-Bretagne 18 21 15 54

Pentathlètes notablesModifier

  • Nathalie Hugenschmitt : plusieurs fois médaillée de bronze et championne du monde par équipe en 1986.
  • Sébastien Deleigne : sélectionné aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992, médaille d’argent par équipe aux championnats d’Europe en 1993, médaille d’argent par équipe aux championnats du monde en 1993, médaille de bronze individuelle au championnat du monde 1993, champion du monde par équipe en 1994, champion d’Europe sénior en 1995, vice-champion du monde par équipe en 1996, sélectionné aux Jeux olympiques d’Atlanta, champion du monde en 1997 et 1998, 4e aux Jeux olympiques de Sydney. Qualifié au JO d’Athènes en 2004.
  • Olivier Clergeau : médaille de bronze par équipe junior en 1988 et 1989, sélectionné aux JO de Barcelone en 1992, médaille d’argent par équipe aux championnat d’Europe en 1993, médaille d’argent par équipe au championnat du monde en 1993 et de bronze en 1998.
  • Raphaël Astier: médaille de bronze par équipe au championnat du monde jeune A (moins de 18ans) en 1994, médaille de bronze au championnat du monde et d’Europe en . Qualifier au JO d’Athènes.
  • Fabrice Duran : vice-champion du monde junior en 1995.
  • Axelle Guiguet : vice-championne d’Europe en 1997, championne du monde par équipe en 1997, 3e finale coupe du monde 2000.
  • Caroline Schattens : médaille de bronze aux championnats d’Europe Jeunes A en 1997, médaille de bronze aux championnats du monde Jeunes A 1997, 4e aux championnats du monde.
  • Blandine Lachèze : Médaille de bronze par équipe aux championnats du monde A, Championne d’Europe jeunes A en 1999. Qualifiée au JO d’Athènes en 2004.
  • Mélanie Mirailles : Médaille de bronze par équipe aux championnats du monde jeunes A en 1998.
  • Elodie Clouvel : Vice-championne olympique au JO de Rio 2016

Records actuelsModifier

L'Union internationale de pentathlon moderne reconnaît les performances suivantes comme records du monde officiels sur le format sportif actuel[16] :

  • Escrime : Poule unique de 36 et tableau (système ladder). (Format adopté en 2015)
  • Natation : 200 mètres nage libre en bassin de 25 ou 50 mètres. (Format adopté en 2000)
  • Combiné : 4 tours de circuit de 800 mètres et 4 séances de tir. (Format adopté en 2013)

Ainsi que sur le format de points actuel, adopté en 2014. Certaines performances réalisées sous l'ancien barème de points, comme le record d'escrime de Zhang Xiaonan ou le record de natation en bassin de 25m de James Cooke, ont été traduits en points selon le barème actuel et demeurent des records absolus dans l'histoire du pentathlon moderne. L'épreuve d'équitation, le saut d'obstacles fonctionnant par déductions de points, le record ne peut excéder 300 points, performance atteinte à de très nombreuses reprises. De plus, les variables aléatoires (difficulté et longueur du parcours, qualité des chevaux) de l'épreuve empêchent de désigner formellement un détenteur unique du record.

Records féminins
Discipline Athlète Pays Performance Lieu Date Événement
Total Laura Asadauskaitė   Lituanie 1 417 pts
256 + 278 + 300 + 583
Rome Coupe du monde 2016 #3
Escrime Zhang Xiaonan   Chine 280 pts 30 V, 5D Palm Springs Coupe du monde 2013 #1
Lena Schöneborn   Allemagne Berlin Finales de la Coupe du monde 2015
Natation (25m) Samantha Murray   Grande-Bretagne 329 pts min 3 s 84 Varsovie Championnats du monde 2014
Natation (50m) Élodie Clouvel   France 321 pts min 6 s 59 Moscou Championnats du monde 2016
Combiné Anastasiya Prokopenko   Biélorussie 617 pts 11 min 23 s 01 Rome Coupe du monde 2015 #3 (qualif.)
Records masculins
Discipline Athlète Pays Performance Lieu Date Événement
Total Aleksander Lesun   Russie 1 543 pts
262 + 343 + 300 + 629
Varsovie Championnats du monde 2014
Escrime Aleksander Lesun   Russie 286 pts 31 V, 4D Székesfehérvár Championnats d'Europe 2014
Natation (25m) James Cooke   Grande-Bretagne 372 pts min 49 s 59 Medway Championnats d'Europe 2011
Natation (50m) Logan Storie   États-Unis 361 pts min 53 s 08 Berlin Championnats du monde 2015 (qualif.)
Combiné Andres Garza   Mexique 704 pts min 56 s 02 Rome Coupe du monde 2015 #3 (qualif.)

VariantesModifier

De nombreux sports combinés sont dérivés du pentathlon et sont gérés par l'UIPM.

BiathléModifier

Le biathlé ou biathlon moderne est un sport issu du monde du pentathlon moderne développé dans le but de s’entraîner aux épreuves de course à pied et de natation du pentathlon en conditions réelles de compétition. Il est également considéré comme un sport à part entière, son premier championnat du monde a été organisé en 1999 à Monaco. Il présente d'étroites similitudes avec l'aquathlon qui provient du triathlon et qui comporte lui aussi ces deux épreuves à enchaîner sans interruption, mais dans le cas du biathlé les distances habituellement plus courtes sont enchaînées dans une combinaison course à pied/natation/course à pied, contre un enchaînement natation/course à pied pour l'aquathlon.

Le biathlé ne doit pas être confondu avec le biathlon. Dans le biathlé, le principe fondamental est l'enchaînement course/natation/course. Même si ce sport est un sport à part entière, de classe internationale, il n’est pas olympique. Ce « petit frère » du pentathlon moderne a son propre circuit d'épreuves coupe du monde et son championnat du monde, mais il n'est pas développé en France. En 2013 un 1er championnat d'Europe se déroule à Setubal au Portugal. Les distances à parcourir varient selon la catégorie d'âge. Par exemple, chez les séniors (22 à 39 ans) hommes ou femmes, elles sont de 1600 m course à pied / 200 m natation / 1600 m course à pied.

Laser RunModifier

Le laser run est un sport dérivé du pentathlon moderne sur le modèle du biathlon. Il a été initié pour la saison sportive 2014/2015 dans le but de rendre le pentathlon moderne plus attrayant. Il s'agit d'un combiné tir au pistolet laser et course à pied. Selon les catégories d'âge, les distances à parcourir varient. À partir de la catégorie des cadets, les athlètes doivent courir 3200 mètres (découpés en 4 x 800 mètres) et passer quatre fois au stand de tir pour abattre 5 cibles.

Le premier championnat du Monde de Laser Run a eu lieu les 26 et à Perpignan. Plus de 200 athlètes y ont participé.

TriathléModifier

Le triathlé est un sport combinant course à pied, natation et tir au pistolet laser. Une course de distance standard se déroule sous la forme d'un circuit répété 4 fois : l'athlète doit toucher 5 cibles, puis courir 800m et nager 50m.

TétrathlonModifier

Le tétrathlon est une variante du pentathlon créée principalement pour les jeunes. Ce sport se déroule de la même manière que le pentathlon, mais sans l'épreuve d'équitation. Il suit le même modèle pour le calcul des points et la désignation du vainqueur.

Combin'EquiModifier

Handi-PentaModifier

Le pentathlon moderne dans la cultureModifier

Notes et référencesModifier

  1. « La lutte retirée du programme olympique pour 2020 », sur Francetv Sport,
  2. « Jeux olympiques: le pentathlon reste moderne », sur Slate,
  3. « Pentathlon moderne : histoire », sur espritbleu.franceolympique.org (consulté le 15 février 2020)
  4. Pierre de Coubertin, Mémoires olympiques, éd. Bureau International de Pédagogie Sportive, 1931, p. 111-112.
  5. (en) Campbell Robertson & Sarah Lyall, « For Pentathletes, All Business on the First Date », sur nytimes.com, (consulté le 15 février 2020)
  6. a b c et d « Évolutions du Pentathlon moderne depuis son introduction aux Jeux de 1912 », sur ffpentathlon.fr (consulté le 15 février 2020)
  7. a et b (en) Mary Pilon & Victor Mather, « To Survive I.O.C. Cut, Pentathlon Changed », sur nytimes.com, (consulté le 14 février 2020)
  8. a b c d et e (en) John Branch, « Modern Pentathlon Gets a Little Less Penta », (consulté le 14 février 2020)
  9. « Données détaillées 2018 », sur sports.gouv.fr (consulté le 14 février 2020)
  10. a et b Pierre Jaxel-Truer, « Le pentathlon moderne n'a plus que quatre épreuves », sur lemonde.fr, (consulté le 15 février 2020)
  11. « Pentathlon moderne : équipement et histoire », sur olympic.org (consulté le 15 février 2020)
  12. (en) Mary Pilon, « In Modern Pentathlon, a Day of Madness », sur nytimes.com,
  13. « Le CIO met la lutte hors Jeux », sur lemonde.fr, (consulté le 15 février 2020)
  14. a et b (en) Duncan Mackay, « Modern pentathlon proposes holding all five events in same stadium at Rio 2016 », sur insidethegames.biz, (consulté le 15 février 2020)
  15. « Pentathlon Stadium Dream Becomes Reality in Mexico City », (consulté le 15 février 2020)
  16. (en) « World records », sur uipmworld.org (consulté le 6 février 2020)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Y. Cochennec, « Amélie Cazé : l'interview », Air le mag, n° 31, , p.  50

Liens externesModifier