Ouvrir le menu principal

Pentathlon moderne

épreuve sportive constituée de cinq disciplines
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pentathlon.
Pentathlon moderne
Description de l'image Modern pentathlon pictogram.svg.
Fédération internationale UIPM (fondée en 1948)
Sport olympique depuis 1912
Autres appellations Pentathlon
Description de cette image, également commentée ci-après
Arrivée du pentathlon moderne des Jeux olympiques d'été de 2004 à Athènes.

Le pentathlon moderne est une épreuve sportive constituée de cinq disciplines d’où le nom de pentathlon. Ces épreuves sont l’escrime, la natation, l'équitation, le tir au pistolet et la course à pied. Il faut le distinguer du pentathlon antique : aucune des épreuves du pentathlon moderne ne faisait partie des premiers Jeux olympiques.

Le pentathlon a toujours fait partie du programme olympique depuis 1912. Une épreuve par équipe a été ajoutée aux Jeux olympiques en 1952 et interrompue en 1992. Une épreuve féminine a été ajoutée en 2000. Lors des années non olympiques, un championnat du monde a lieu, depuis 1949. À l'origine la compétition durait quatre ou cinq jours ; mais en 1996 l'épreuve a été raccourcie à une journée pour améliorer son image commerciale. En dépit de l'appartenance très forte de l'épreuve aux Jeux olympiques modernes et de son statut d'événement créé spécifiquement pour les Jeux olympiques, son manque de popularité hors de l'Europe de l’Est a conduit à des demandes de suppression des Jeux olympiques au cours des dernières années[1],[2].

Ce sport est régi par l'Union internationale de pentathlon moderne (UIPM).

Sommaire

HistoireModifier

Le pentathlon sous sa forme moderne fut inventé par le baron Pierre de Coubertin, fondateur des Jeux olympiques modernes. Comme les épreuves de l'ancien pentathlon étaient choisies suivant les compétences du soldat idéal de cette époque, Coubertin créa l'épreuve pour imiter les épreuves d’un soldat de cavalerie du XIXe siècle derrière les lignes ennemies : il doit monter un cheval inconnu, combattre avec un pistolet et une épée, nager et courir.

« Une autre nouveauté fut la création du « Pentathlon moderne ». (...) Cette fois, la grâce de l’Esprit-Saint sportif éclaira mes collègues et ils acceptèrent une épreuve à laquelle j’attachais une grande valeur : véritable sacrement de l’athlète complet, le Pentathlon moderne devait comprendre : une course à pied, une course à cheval, une course de natation, un assaut d’épée et finalement une épreuve de tir à laquelle j’aurais préféré substituer une course à l’aviron, mais cela eût compliqué grandement l’organisation déjà passablement difficile. Le Pentathlon moderne a, depuis lors, obtenu un succès croissant sans qu’aient jamais été réalisées mes intentions véritables : parcours inconnus du concurrent, épreuves se succédant presque sans intervalle, chevaux fournis par le pays organisateur et tirés au sort au dernier moment, voilà ce qui devait, à mon sens, donner à l’ensemble un caractère pédagogique de premier ordre. Une opposition de caste s’est perpétuellement dressée à l’encontre de cette manière de voir et elle a fini par amener les organisateurs actuels à l’oubli total du respect des principes posés par le créateur du Pentathlon. »

— Pierre de Coubertin, Mémoires olympiques[3].

L'épreuve a été disputée pour la première fois aux Jeux olympiques d'été de 1912 et remportée par un Suédois nommé Gösta Lilliehöök. Le futur général américain de la Seconde Guerre mondiale, George Patton a terminé cinquième.

Disciplines du pentathlonModifier

  • Escrime : la discipline d'escrime utilise l'épée. La compétition est une poule où tous les participants se rencontrent. Chaque assaut dure une minute, en une seule touche gagnante. Si au bout de la minute il n'y a pas de touche, il y a double défaite mais en cas de touche double, c'est à dire si les deux concurrents touchent en même temps, l'assaut reprend jusqu'à ce qu'il n'y ait qu'un seul vainqueur. Les points attribués au cours de cette épreuve sont calculés sur la base d'un pourcentage de victoires : quel que soit le nombre de concurrents, un total de 70 % de victoires vaut 250 points. Dans le cas des compétitions internationales, disputées entre 36 pentathloniens, il faut 25 victoires pour obtenir ce score. Chaque assaut vaut six points. Dans le cas des compétitions internationales, il est impossible de descendre en dessous de 100 points, chaque victoire s'ajoute donc à ce minimum. En plus de ce tour de poule, un tournoi bonus peut être organisé. Basé sur le système ladder, il voit s'affronter les deux moins bien classés du tour de poule entre eux. Le vainqueur affronte ensuite le suivant dans la hiérarchie du premier tour, et ainsi de suite jusqu'au vainqueur du premier tour. Chaque victoire dans ce tournoi apporte un point supplémentaire.
  • Natation : L'épreuve de natation est un 200 mètres nage libre. Les concurrents sont classés selon leur meilleur temps sur la distance. La grille de points est la même pour les hommes et pour les femmes. Un temps hypothétique de min 30 s 0 rapporte 250 points. Il faut déduire ou ajouter un point de ce total pour chaque demi-seconde de plus ou de moins. Un temps de min 0 s 0 vaut donc 310 points, un temps de min 40 s 0 vaut 350 points, etc. Le temps est arrondi à la tranche supérieure : pour un temps de min 53 s 18, par exemple, les points attribués sont les mêmes que pour un temps de min 53 s 50 (323 points). La natation est l'épreuve la moins aléatoire du pentathlon moderne : les conditions de course sont toujours les mêmes et les candidats sont confrontés à un contre-la-montre plutôt qu'une épreuve d'affrontement.
  • Équitation : La discipline d'équitation consiste en un saut d'obstacles sur une course de 400 à 450 mètres avec 12 obstacles dont au minimum une combinaison d'un double et d'un triple et 5 obstacles minimum doivent être placés à la hauteur maximale précisée par le règlement selon la catégorie de compétition. Un temps limite est établi en fonction de la longueur de la course et de la taille de la piste, qu'elle soit supérieure ou inférieure à 2 500 m². Les concurrents sont associés par tirage au sort à un cheval 20 minutes avant le début de l'épreuve. Un parcours dans le temps et sans fautes donne 300 points maximum. Chaque obstacle tombé occasionne une déduction de sept points, chaque seconde de dépassement de temps provoque une déduction d'un point. De plus, une série de fautes peut provoquer l'élimination, qui se traduit par un zéro en termes de points marqués dans l'épreuve. Il est donc possible de perdre toutes ses chances durant l'épreuve d'équitation. Cette épreuve peut être la plus difficile à appréhender pour un pentathlonien, même spécialiste de l'équitation, qui doit savoir appréhender le caractère d'un cheval qui lui est attribué par tirage au sort et qu'il ne connaît donc pas et mettre sa monture en confiance. En cas de blessure ou de parcours catastrophique, un cheval peut être remplacé par un cheval de réserve.
  • Combiné Course/Tir ou Laser-run : Il s'agit de la modification la plus récente du règlement du pentathlon moderne, destinée à le rendre plus spectaculaire : le tir et la course à pied, auparavant disputés en deux épreuves distinctes, fusionnent en une épreuve combinée inspirée de la poursuite de biathlon, qui connaît, lors de la création de ce format, un engouement médiatique certain. L'épreuve de combiné consiste en un cross-country de 3 200 mètres sur un parcours de 800 mètres ponctué de quatre arrêts à un stand de tir où les concurrents utilisent un pistolet à tir laser et visent une cible située à 10 mètres. Le 1er tir a lieu 100 m après le départ, le second après une première boucle de 800 mètres de course, le troisième à 1 600 mètres et le dernier à 2 400 mètres. À chaque fois, le pentathlonien doit toucher 5 cibles en un temps maximum de 50 s, avant de repartir sur la course. L'écart de points entre les concurrents établi lors des trois premières épreuves détermine l'ordre de départ et l'intervalle entre chaque départ. Le leader du classement s'élance en premier, son avantage de points étant traduit en secondes sur ses poursuivants : si le second est à dix points du premier, il s'élance dix secondes après, s'il est à 22 points, il part avec 22 secondes de retard, etc. Cette épreuve attribue également des points qui servent essentiellement à évaluer la performance, mais comme pour la poursuite de biathlon, c'est le premier à franchir la ligne d'arrivée qui remporte le pentathlon.

Les principales compétitionsModifier

Les Jeux olympiquesModifier

Tableau des cinq premiers classés pour le pentathlon après les JOs de Rio
Rang Pays       Total
1   Hongrie 9 8 5 22
2   Suède 9 5 7 21
3   Union soviétique 5 5 5 15
4   Russie 4 1 0 5
5   Pologne 3 0 1 4
Les pentathloniens les plus médaillés aux Jeux olympiques
Rang Athlète Pays       Total
1 Pavel Lednev   Union soviétique 2 2 3 7
2 András Balczó   Hongrie 3 2 0 5
3 Carlo Massullo   Italie 1 2 2 5
4 Igor Novikov   Union soviétique 2 2 0 4
5 Daniele Masala   Italie 2 1 0 3
Lars Hall   Suède 2 1 0 3

Championnats du mondeModifier

Tableau des cinq premiers classés pour l'escrime
Rang Pays       Total
1   Hongrie 51 41 32 124
2   Pologne 33 16 18 67
3   Union soviétique 32 25 14 71
4   Royaume-Uni 19 17 13 49
5   Russie 18 22 18 49

VariantesModifier

De nombreux sports combinés sont dérivés du pentathlon et sont gérés par l'UIPM.

BiathléModifier

Le biathlé ou biathlon moderne est un sport issu du monde du pentathlon moderne développé dans le but de s’entraîner aux épreuves de course à pied et de natation du pentathlon en conditions réelles de compétition. Il est également considéré comme un sport à part entière, son premier championnat du monde a été organisé en 1999 à Monaco. Il présente d'étroites similitudes avec l'aquathlon qui provient du triathlon et qui comporte lui aussi ces deux épreuves à enchaîner sans interruption, mais dans le cas du biathlé les distances habituellement plus courtes sont enchaînées dans une combinaison course à pied/natation/course à pied, contre un enchaînement natation/course à pied pour l'aquathlon.

Le biathlé ne doit pas être confondu avec le biathlon. Dans le biathlé, le principe fondamental est l'enchaînement course/natation/course. Même si ce sport est un sport à part entière, de classe internationale, il n’est pas olympique. Ce « petit frère » du pentathlon moderne a son propre circuit d'épreuves coupe du monde et son championnat du monde, mais il n'est pas développé en France. En 2013 un 1er championnat d'Europe se déroule à Setubal au Portugal. Les distances à parcourir varient selon la catégorie d'âge. Par exemple, chez les séniors (22 à 39 ans) hommes ou femmes, elles sont de 1600 m course à pied / 200 m natation / 1600 m course à pied.

Laser RunModifier

Le laser run est un sport dérivé du pentathlon moderne sur le modèle du biathlon. Il a été initié pour la saison sportive 2014/2015 dans le but de rendre le pentathlon moderne plus attrayant. Il s'agit d'un combiné tir au pistolet laser et course à pied. Selon les catégories d'âge, les distances à parcourir varient. À partir de la catégorie des cadets, les athlètes doivent courir 3200 mètres (découpés en 4 x 800 mètres) et passer quatre fois au stand de tir pour abattre 5 cibles.

Le premier championnat du Monde de Laser Run a eu lieu les 26 et 27 septembre 2015 à Perpignan. Plus de 200 athlètes y ont participé.

TriathléModifier

Le triathlé est un sport combinant course à pied, natation et tir au pistolet laser. Une course de distance standard se déroule sous la forme d'un circuit répété 4 fois : l'athlète doit toucher 5 cibles, puis courir 800m et nager 50m.

TétrathlonModifier

Le tétrathlon est une variante du pentathlon créée principalement pour les jeunes. Ce sport se déroule de la même manière que le pentathlon, mais sans l'épreuve d'équitation. Il suit le même modèle pour le calcul des points et la désignation du vainqueur.

Combin'EquiModifier

Handi-PentaModifier

Notes et référencesModifier

  1. « La lutte retirée du programme olympique pour 2020 », sur Francetv Sport,
  2. « Jeux olympiques: le pentathlon reste moderne », sur Slate,
  3. Pierre de Coubertin, Mémoires olympiques, éd. Bureau International de Pédagogie Sportive, 1931, p. 111-112.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Y. Cochennec, « Amélie Cazé : l'interview », Air le mag, n° 31, juillet 2012, p.  50

Liens externesModifier