Ouvrir le menu principal

Épée (escrime)

type d'arme blanche en escrime

L’épée est l'une des trois armes de l’escrime (les autres étant le fleuret et le sabre).

Une épée à poignée droite

CaractéristiquesModifier

L’épée est une arme d'estoc. Elle mesure 110 centimètres de long pour 770 grammes maximum. La longueur de la lame est de 90 centimètres maximum, sa section est triangulaire. Elle doit être la plus droite possible, une courbure est tolérée si elle n'excède pas 1 centimètre. Deux fils électriques partent du bouton et parcourent la lame à l'intérieur d'une rainure. Ils sont reliés à une prise, où l'on branchera le fil de corps. Le bouton fonctionne sur le principe d’un interrupteur. Il faut y exercer une pression supérieure à 750 grammes pour permettre le passage du courant électrique dans le circuit de l’épée[1].

La coquille de l’épée est circulaire. Elle protège la main qui porte l’épée. Son diamètre ne doit pas dépasser 13,5 cm. Elle est isolée électriquement pour ne pas être comptabilisée comme une surface valable.

La poignée ne doit pas mesurer plus de 20 centimètres. Il en existe plusieurs types: droite ou orthopédique (aussi appelée crosse).

RèglesModifier

 
En rouge, aire de touche à l'épée

Elles sont plus simples qu'au fleuret ou au sabre, car il n'y a pas de priorité. Cela signifie que le premier tireur à toucher son adversaire remporte le point. Si les deux tireurs se touchent en même temps, il y a donc double touche et tous deux gagnent un point. La surface valable correspond à la totalité du corps du tireur. Les touches se portent avec la pointe uniquement. Seule l'épée est isolée et ne compte pas comme aurface valable. Contrairement au fleuret et au sabre, il n'y a pas de convention de priorité[2].

ConventionModifier

La convention de l’épée a été adoptée à Paris en juin 1914 par la commission d’épée de la Fédération Internationale d’Escrime. Elle reprend, précise et complète les règlements élaborés par les diverses commissions et académies depuis 1882.

Les règles régissant les épreuves d’épées tirées à l’appareil de contrôle électrique des touches ont été ajoutées en 1936.

Technique et maniement de l’épéeModifier

 
Finale de l’édition 2012 du Challenge Monal (tournoi de coupe du monde d’épée à Paris), opposant Diego Confalonieri (à gauche) à Fabian Kauter (à droite). Kauter touche en attaquant en flèche alors que Confalonieri touche en contre-attaque (arrêt).

À l’épée, il ne s'agit pas de jouer uniquement sur la souplesse et la technique (comme au fleuret) ou sur la vitesse et l'explosion (comme au sabre), mais d'allier ces différents facteurs au sein d'une stratégie mouvante et vivante qui permettra de prendre le tireur adverse au piège. L’épée est avant tout l’arme de l’attente, de l’observation, de la préparation. Quand la faille adverse est enfin découverte et percée à jour, il s’agit de s’y engouffrer avec force, rapidité et finesse.

On observe généralement deux types d’épéistes : le premier, opportuniste, attend l’erreur de son adversaire pour ensuite fondre sur lui quand l’occasion espérée se présente ; l’autre, bretteur, provoque l’erreur de son adversaire en l’attaquant de front. Ces deux attitudes varient souvent au gré et en cours de combat, selon la personnalité du tireur adverse, l’ambiance du moment, l’état de corps et d’esprit de l’escrimeur à cet instant.

CompétitionsModifier

L'épée homme individuelle est présente aux Jeux Olympiques depuis 1900 et ne les a plus quittés depuis. Huit ans plus tard, apparaît la compétition par équipe. Il faut attendre 1996 pour que les femmes puissent participer à l'épée, en équipe ou individuellement[3].

Les premiers championnats du monde d'escrime ont lieu en 1921, et chaque année depuis. La première compétition par équipe en épée hommes a eu lieu en 1931. La compétition femme est créée en 1929, mais elles n'ont accès à la l'épée que depuis 1988.

Épéistes célèbresModifier

Notes et référencesModifier

  1. FIE, « Règlements : le contrôle des armes et du matériel » [PDF], sur http://fie.org/fr, (consulté le 25 décembre 2015), p. 5
  2. « Règlement technique », sur escrimeenligne.free.fr, édition novembre 2002, modifié décembre 2003 (consulté le 19 janvier 2016)
  3. « Escrime - Sport Olympique d'Eté », sur International Olympic Committee, (consulté le 24 février 2019)

BibliographieModifier