Pegasus World Cup

La Pegasus World Cup est une course hippique dont la première édition s’est tenue le sur l’hippodrome de Gulfstream Park à Hallandale Beach, Floride, aux États-Unis. Avec ses 12 millions de dollars d’allocation en 2017[1], portée à 16 millions par la suite, elle est alors la course hippique la mieux dotée au monde jusqu'en 2020 et la création de la Saudi Cup.

CaractéristiquesModifier

C’est une course réservée aux chevaux de 4 ans et plus, disputée sur la distance de 1 800 mètres. Labellisée groupe 1, elle a pris dans le calendrier la place du Donn Handicap. La course doit son nom à la statue du cheval mythique Pégase, située à l’entrée de l’hippodrome de Gulfstream Park.

La particularité de la Pegasus World Cup tient à son système d’engagement : plusieurs mois avant l’épreuve, douze places sont mis en vente au prix d’un million de dollars chacune[2]. Les écuries et les propriétaires peuvent acquérir une place sans pour autant engager un cheval précis, et sont libres par la suite d’engager un partant, ou de vendre, louer ou échanger leur place. Les 12 millions de dollars ainsi amassés sont répartis comme suit : 7 millions au vainqueur, 1,75 million au deuxième, 1 million au troisième, puis 250 000 dollars du quatrième au douzième. C’est l’homme d’affaires et propriétaire de chevaux canadien Frank Stronach qui est à l’initiative de cette course, dont il a proposé le principe en .

La première édition a été le cadre d'un affrontement en forme de revanche entre Arrogate et California Chrome, numéros 1 et 2 aux bilans mondiaux de 2016. Ils s'étaient affrontés dans la Breeders' Cup Classic 2016 où Arrogate avait devancé son aîné. Désavantagé par le pire numéro à la corde, le 12, California Chrome, le cheval le plus riche de l'histoire, ne pourra rien contre le triomphe d'Arrogate (qui lui ravit donc, et provisoirement, le titre de cheval le plus riche de la planète), et fera ainsi ses adieux à la compétition[3].

À partir de 2019, l'épreuve se dédouble avec la création d'une Pegasus World Cup Turf, courue sur 1 900 mètres puis 1 800 mètres, qui remplace le Gulfstream Park Turf Handicap. L'allocation s'en trouve naturellement divisée, avec 9 millions de dollars pour l'épreuve sur le dirt, et 7 millions pour celle se disputant sur le gazon puis est encore revue à la baisse par la suite, s'établissant respectivement à 3 millions et 1 million.

Palmarès de la Pegasus World CupModifier

Année Vainqueur S/A Pays Père Jockey Entraîneur Propriétaire Deuxième Troisième Temps
2022 Life is Good M.4   États-Unis Into Mischief Irad Ortiz, Jr. Todd Pletcher CHC Inc & WinStar Farm LLC Knicks Go Stillleto Boy 1'48"91
2021 Knicks Go M.5   États-Unis Paynter Joel Rosario Brad H. Cox Korea Racing Authorithy Jesus' Team Independence Hall 1'47"89
2020 Mucho Gusto M.4   États-Unis Mucho Macho Man Irad Ortiz, Jr. Bob Baffert F. bin Khalid bin Abdulaziz Al Saud Mr Freeze War Story 1'48"85
2019 City of Light M.5   États-Unis Quality Road Javier Castellano W.M. McCarthy W. & S. Warren, Jr. Seeking The Soul Accelerate 1'47"71
2018 Gun Runner M.5   États-Unis Candy Ride Florent Géroux Steve Asmussen Winchell T'Breds LLC & Co West Coast Gunnevera 1'47"41
2017 Arrogate M.4   États-Unis Unbridled's Song Mike E. Smith Bob Baffert Juddmonte Farms Shaman Ghost Neolithic 1'46"90

Palmarès de la Pegasus World Cup TurfModifier

Année Vainqueur S/A Pays Père Jockey Entraîneur Propriétaire Deuxième Troisième Temps
2022 Colonel Liam M.5   États-Unis Liam's Map Irad Ortiz, Jr. Todd Pletcher Robert E. & Lawana L. Low Never Surprised Space Traveller 1'49"95
2021 Colonel Liam M.4   États-Unis Liam's Map Irad Ortiz, Jr. Todd Pletcher Robert E. & Lawana L. Low Largent Cross Border 1'53"09
2020 Zulu Alpha H.6   Irlande Street Cry Tyler Gaffalione Michael J. Maker Michael Hui Magic Wand Instilled Regard 1'51"60
2019 Bricks and Mortar M.5   États-Unis Giant's Causeway Irad Ortiz, Jr. Chad Brown Klaravic Stables & W.H. Lawrence Magic Wand Delta Prince 1'54"59

RéférencesModifier

  1. « Philippe Bengala - L'actualité avec Le Parisien.fr », sur actualites.leparisien.fr (consulté le )
  2. « Le pegasus world cup complet : le pari de franck stronach est réussi », Jour de Galop,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « USA : la Pegasus World Cup, Adieux de California Chrome ? », Eurosport,‎ (lire en ligne, consulté le )