Ouvrir le menu principal

California Chrome
Image illustrative de l’article California Chrome
California Chrome dans les Preakness Stakes.

Race Pur-sang
Père Lucky Pulpit
Mère Love the Chase
Père de mère Not For Love
Sexe mâle
Robe Alezan
Naissance
Pays de naissance Drapeau des États-Unis États-Unis
Pays d'entraînement Drapeau des États-Unis États-Unis
Éleveur Perry Martin & Steve Coburn
Propriétaire Perry Martin & Steve Coburn
Entraîneur Art Sherman
Jockey Victor Espinoza
Rating Timeform 138[1]
FIAH 133[2]
Nombre de courses 27
Nombre de victoires 16 (5 places)
Gains en courses $ 14 752 650
Distinction Cheval de l'année aux États-Unis (2014, 2016)
Meilleur 3 ans de l'année (2014)
Principales victoires Kentucky Derby
Preakness Stakes
Dubaï World Cup
Hollywood Derby
Santa Anita Derby
Pacific Classic Stakes
Awesome Again Stakes

California Chrome (né le ) est un cheval de course Pur-sang américain qui a notamment gagné le Kentucky Derby, les Preakness Stakes et la Dubaï World Cup. Il a été élu cheval de l'année en 2014 et 2016 aux États-Unis.

Carrière de coursesModifier

Élevé en Californie, California Chrome fait ses premiers pas en compétition sur l'hippodrome de Hollywood Park en avril 2013, terminant deuxième. Lauréat de son maiden trois semaines plus tard, il s'impose à nouveau durant l'été et se présente en septembre au départ de sa première course de groupe, le Del Mar Futurity, où il ne peut faire mieux que sixième. Décevant à nouveau à l'entrée de l'hiver, il se reprend en décembre à la faveur d'un changement de monte : c'est désormais Victor Espinoza qui devient son jockey attitré, et le cheval change de dimension. California Chrome aligne les victoires, remporte son premier groupe en mars de ses 3 ans, les San Felipe Stakes (Gr.2), puis se place parmi les favori du prochain Kentucky Derby grâce à sa victoire impressionnante dans le Santa Anita Derby, avant lequel ses propriétaires avaient refusé une offre de 6 millions de dollars pour 51 % du cheval, offre supposant un changement d'entraîneur[3]. Après la course, une nouvelle offre est rejetée, elle s'élevait cette fois à 10 millions de dollars.

 
California Chrome lors du Kentucky Derby 2014

Jouissant d'une étonnante et forte popularité, incarnant le plus sérieux candidat de la Côte Ouest, California Chrome s'élance dans le Derby dans la peau du favori. Une victoire serait historique : depuis la création de la course en 1875, seuls trois poulains élevés en Californie l'ont emporté, le dernier en 1962. C'est avec une grande facilité que California Chrome devient le quatrième : il rallie le poteau au ralenti, avec deux longueurs d'avance sur ses poursuivants. Logiquement, il s'aligne ensuite au départ des Preakness Stakes, deuxième étape de la Triple Couronne américaine, et s'acquitte tout aussi facilement de sa tâche, devenant pour le coup le premier poulain californien à réussir le doublé Derby/Preakness. Le public et les nombreux admirateurs du champion attendent alors de lui qu'il devienne le premier cheval depuis Affirmed en 1978 à s'adjuger la Triple Couronne grâce à une victoire dans les Belmont Stakes à New York, une course au cours de laquelle il devra prouver sa tenue sur les 2400 mètres du parcours. Ultra favori de la course, il échoue toutefois dans sa quête, terminant quatrième ex-æquo après un parcours difficile, qui lui vaudra une légère blessure à la jambe.

Après sa campagne classique, Califiornia Chrome retourne sur ses terres californiennes, où il est soigné et mis au repos. Son retour à la compétition a lieu en septembre et se solde par un échec dans un groupe 2, où il connait encore un parcours malheureux. Néanmoins, son engagement dans le Breeders' Cup Classic à Santa Anita est maintenu, et l'attend un match avec un hongre de 3 ans invaincu, Shared Belief, qui n'a pu participer aux classiques du printemps pour cause de blessure et qui se retrouve bombardé favori. Mais ni l'un ni l'autre ne pourront s'imposer : à l'issue d'une formidable lutte à trois, c'est l'outsider Bayern, lointain neuvième des Preakness Stakes, qui l'emporte devant Toast of New York et California Chrome, vaincu d'un souffle ; Shared Belief termine lointain quatrième. Un mois plus tard, il retrouve cependant le goût de la victoire en s'adjugeant les Hollywood Derby Stakes, un groupe 1, et termine tout de même l'année, malgré quelques désillusions, avec le double titre de meilleur 3 ans et de cheval de l'année.

En 2015, après une course de rentrée qui s'est soldée par une deuxième place, California Chrome, chose rare pour un Derby-winner, se lance dans une campagne internationale début 2015. Il rejoint d'abord Dubaï et la Dubaï World Cup, où il doit s'avouer vaincu pour la victoire par Prince Bishop. Sa sortie suivante est programmée en juin dans les Prince of Wales's Stakes lors du meeting de Royal Ascot, où il est très attendu[4]. Las, un abcès au pied contraint son entourage à déclarer le cheval non partant la veille de l'épreuve. Puis, en juillet, il doit renoncer à l'Arlington Million pour une blessure qui met en péril sa carrière[5]. Néanmoins, il fait un retour gagnant en compétition en janvier 2016, après dix mois d'absence, à Dubaï, dans une course préparatoire à une nouvelle tentative dans la Dubaï World Cup. Cette fois, il ne trouve aucun concurrent pour lui barrer la route, et s'impose très brillamment (malgré un problème de selle durant le parcours), devenant le cheval le plus riche de l'histoire[6], avec plus de douze millions de dollars de gains. Sa victoire en août dans les Pacific Classic Stakes (devant la championne et triple lauréate de Breeders' Cup Beholder), considérée comme la meilleure valeur de sa carrière, lui vaut d'accentuer son leadership mondial, avec un rating FIAH de 133, tandis que Timeform lui décerne un excellent 135. Il continue sa route vers la Breeders' Cup Classic avec une nouvelle victoires dans les Awesome Again Stakes, ce qui lui permet de rester invaincu en six sorties en 2016. Dans le Classic, se dresse sur sa route Arrogate, son dauphin au classement mondial[7], un 3 ans tardif qui n'a pas participé aux classiques du printemps mais vient d'en ridiculiser deux des principaux protagonistes, Exxagerator et Creator (lauréats des Preakness Stakes et des Belmont Stakes), dans les Travers Stakes, remporté par 13 longueurs. La course se résume à un duel entre les deux chevaux (le troisième terminant à 10 longueurs), California Chrome mène la danse mais son jockey semble hésitant et, tardant à s'équilibrer, il cède sous l'attaque d'Arrogate, échouant une deuxième fois dans le Classic. Cette performance lui vaut un rating FIAH de 133, soit une livre de moins que son vainqueur du jour, mais les deux champions terminent premier et deuxième des bilans mondiaux en 2016[8]. Surtout, elle lui permet malgré cette défaite de se voir sacré pour la seconde fois Cheval de l'année aux États-Unis, par 202 voix contre 40 à Arrogate[9].

Avant de rejoindre le haras, California Chrome doit faire ses adieux à la compétition dans une épreuve nouvellement créée, la Pegasus World Cup, qui a la particularité d'être l'épreuve la plus richement dotée au monde (12 millions de dollars), et dont les engagements ont été réglés un an à l'avance par les propriétaires, pour la modique somme d'un million de dollars la place au départ. California Chrome y retrouve son tombeur, Arrogate, mais le sort ne l'a pas épargné : le tirage des places à la corde lui octroie le 12, tout à l'extérieur, une place rédhibitoire sur les 1 800 mètres de Gulfstream Park, en Floride. California Chrome ne se sortira pas de ce piège, laissant Arrogate montrer qu'il est bien le meilleur cheval des États-Unis (et peut-être du monde), tandis qu'il termine lointain neuvième. Mais cette défaite n'entamera pas la popularité du champion, qui fut brièvement le cheval le plus riche de l'histoire (près de 15 millions de dollars de gains) avant d'être supplanté par Arrogate.

PalmarèsModifier

Au harasModifier

California Chrome début sa carrière de reproducteur à Taylor Made Farm à $ 40 000 la saillie[10], un tarif revu à la baisse en 2019 ($ 30 000). Fin 2019, il est vendu au Japon pour y poursuivre sa carrière.[11]

OriginesModifier

 
California Chrome à Taylor Made Farm

L'exceptionnelle popularité de California Chrome tient pour une bonne part à ses propriétaires, qui ne sont pas issus du sérail, à son état civil californien, loin de la place forte du Kentucky d'où sont issus la plupart des meilleurs chevaux américains, et à ses origines relativement modestes. Relativement, car si son père, Lucky Pulpit, auquel il ressemble beaucoup, ne figura pas tout à fait dans l'élite de sa génération (son meilleur résultat demeurant une deuxième place dans un groupe 2 californien), et ne se révéla comme étalon qu'à la faveur des exploits de son fils (voyant son prix de saillie passer de $ 2 500 à $ 10 000), il se recommande de son géniteur, Pulpit, reproducteur confirmé, père notamment de Tapit, l'un des étalons les plus chers du parc américain ($ 300 000 la saillie).

Côté maternel, California Chrome est le fils de Love the Chase, une jument acquise pour $ 30 000 dollars à 2 ans, mais qui se révéla peu apte à la compétition, malgré une ascendance correcte, issue d'une des plus vieilles familles de l'élevage américain. Après la victoire de California Chrome, ses propriétaires refusèrent une offre de 1,2 million de dollars. Elle a, depuis, donné naissance à deux propres sœurs de California Chrome.

Origines de California Chrome, mâle alezan né en 2011
Père
Lucky Pulpit

2001

Pulpit
1994
A.P. Indy Seattle Slew
Weekend Surprise
Preach Mr Prospector
Narrate
Lucky Soph
1992
Cozzene Caro
Ride The Trails
Lucky Spell Lucky Mel
Incantation
Mère
Love the Chase
2006
Not For Love
1993
Mr Prospector Raise A Native
Gold Digger
Dance Number Northern Dancer
Numbered Account
Chase It Down
1992
Polish Numbers Danzig
Numbered Account
Chase The Dream Sir Ivor
La Belle Fleur

Notes et référencesModifier

  1. https://www.timeform.com/horse-racing/features/global-rankings/timeform-global-horseracing-rankings-2016-832016
  2. (en) « The Longines world's best racehorse rankings », sur horseracingintfed.com, (consulté le 30 septembre 2016)
  3. (en) Tim Layden, « History Walks By: The story of California Chrome », Sports Illustrated,‎ (lire en ligne, consulté le 15 février 2017)
  4. Allison Nicolleau, « Après Ascot, California Chrome visera l'Arlington Million ! », Eurosport, (consulté le 4 mai 2015)
  5. « California Chrome blessé ! », sur Paris Turf (consulté le 13 juillet 2015)
  6. Paris-Turf, « Dubaï World Cup (Groupe I) : Monumental California Chrome », sur Paris Turf - PMU, Quinté, Tiercé... Résultats et pronostics des courses (consulté le 26 mars 2016)
  7. (en) « World's Best Racehorse Rankings - october 10th », sur horseracingintfed.com
  8. (en) « International Federation of Horseracing Authorities », sur www.horseracingintfed.com (consulté le 18 février 2017)
  9. « Eclipse Awards : California Chrome surpasse Arrogate », Eurosport,‎ (lire en ligne, consulté le 18 février 2017)
  10. « California Chrome - Taylor Made Stallions », sur Taylor Made Stallions (consulté le 15 février 2017)
  11. « California Chrome vendu au Japon », sur www.jourdegalop.com (consulté le 20 novembre 2019)