Ouvrir le menu principal

Paul de Verdun

évêque de Verdun
Saint Paul
Paùla Kruco.JPG
Détail de l'Autel de la Paul-Croix : saint Paul distribuant trois petits pains, par Dante Donzelli.
Fonction
Évêque de Verdun
-
Godon (d)
Gisloald (d)
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Étape de canonisation
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paul Verdun.

Paul de Verdun (né en 576, mort en 649) est le treizième évêque du diocèse de Verdun en Lorraine.

BiographieModifier

Il a été moine à l'abbaye de Tholey, en Sarre. Il fut ensuite évêque de Verdun entre 626 et 648.

Après sa canonisation, notamment à la suite d'un miracle qu'il aurait accompli alors qu'il était encore moine à Tholey en multipliant des petits pains, il est devenu le saint patron des boulangers et pâtissiers de Verdun. C'est ainsi qu'à l'occasion de sa fête, le 8 février, on a distribué, pendant des siècles, le « pain de Saint-Paul » dans les rues de Verdun ou des alentours.

Monuments en rapport avec Saint-PaulModifier

L’abbaye Saint-Paul de Verdun porte son nom.

À quelques kilomètres de Verdun, au lieu dit « Le Rozelier », a été érigée la Paul-Croix : l'évêque canonisé y a été représenté en pierre, reconnaissable à ses petits pains.

Sur le panneau explicatif de la Paul-Croix, on peut lire (en lettres capitales) :

« Les moines de Tholey emportèrent dans leur abbaye sarroise le corps de saint Paul, évêque de Verdun, ancien moine de Tholey (fin de IXe siècle), afin de le soustraire à l'invasion normande. Ici ils furent arrêtés par une force mystérieuse. Une croix fut élevée en ce lieu, dit dès lors Pale Croix ou Paul Croix. L'abbaye Saint-Vanne de Verdun y établit un prieuré au XIIe siècle. La croix actuelle et l'autel, qui renferme une relique de saint Paul, ont été bénis par Mgr Petit, évêque de Verdun, le 14 août 1963. »

Dans l'église du village de la zone rouge « Les Éparges », reconstruite après la Première Guerre mondiale, le troisième vitrail de la nef (sur la droite en entrant) représente également le vénérable barbu tenant de sa main gauche trois petits pains posés sur un livre qu'on imagine être un évangéliaire, un lectionnaire ou autre missel.

Article connexeModifier