Ouvrir le menu principal

Abbaye Saint-Paul de Verdun

abbaye située dans la Meuse, en France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abbaye Saint-Paul.
Abbaye Saint-Paul de Verdun
Abbaye st paul Verdun.JPG
Présentation
Type
Destination initiale
Destination actuelle
Architecte
Construction
Propriétaire
Département
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
1 place Saint-Paul
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

(Voir situation sur carte : Grand Est)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Meuse

(Voir situation sur carte : Meuse)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Verdun

(Voir situation sur carte : Verdun)
Point carte.svg

L'abbaye Saint-Paul de Verdun, connue aussi sous le nom d'abbaye des Prémontrés de Verdun, est une ancienne abbaye du XVIIe siècle située à Verdun, dans le département de la Meuse en région Grand Est.

Fondée en 973 par les moines bénédictins, elle passe aux mains des prémontrés en 1135. Elle est plusieurs fois détruite et reconstruite à différents emplacements. Après la Révolution de 1789, l'abbatiale en construction et l'église du XVIe siècle sont détruites. Seuls les bâtiments conventuels du XVIIe siècle sont conservés, et abrite depuis le palais de justice de Verdun ainsi que la sous-préfecture de la Meuse.

L'ancienne abbaye est inscrite aux monuments historiques depuis le et une partie des intérieurs depuis le .

Sommaire

HistoireModifier

Une abbaye bénédictineModifier

L'abbaye Saint-Paul est fondée en 973 par les moines bénédictins, en dehors des murs de la ville. Elle porte le nom de Paul de Verdun, évêque de 630 à 648.

Une abbaye de chanoines réguliers de PrémontréModifier

Elle passe aux mains des prémontrés en 1135[1],[2],[3]. L'abbaye reçoit plusieurs confirmations pontificales en 1137, 1141, 1178 et 1181[4].

Destructions et reconstructionsModifier

Détruite une première fois, l'abbaye est reconstruite, et une église gothique édifiée de 1249 à 1330 environ lui est ajoutée[5]. Cette dernière, magnifique, est comparable à la cathédrale Saint-Étienne de Metz[1].

En 1552, l'abbaye est détruite pour des raisons militaires sur ordre du roi de France Henri II[2],[3], au grand dam de Nicolas Psaume, évêque de Verdun et ancien prémontré. Henri II est alors en train de faire le siège de Metz dans le cadre du « Voyage d'Allemagne »[1]. Une nouvelle église est construite intra-muros à partir du . Elle est bénie le [5].

Pendant un siècle, l'abbaye ne connait pas de travaux à cause des troubles que connait la Lorraine et du refus des abbés commendataires[5]. Finalement, des bâtiments abbatiaux sont construits de 1686 à 1698 par l'architecte lorrain Thomas Mordillac dans un style sobre et classique[2],[3].

À la fin du XVIIIe siècle, le prieur Jean-Baptiste Martin décide de remplacer l'église du XVIe par une grande abbatiale de style néo-classique qui s'inspire de la cathédrale Saint-Paul de Londres. L'architecte lorrain Claude Mique dessine plusieurs projets[5] et les travaux débutent en 1785.

Disparition de l'abbayeModifier

Mais la Révolution de 1789 stoppe le chantier. En 1790, l'abbaye est supprimée et les moines doivent s'exiler[1]. L'abbatiale inachevée et l'ancienne église sont détruites, seuls les bâtiments conventuels sont conservés pour être utilisés par les services publics[5].

Reconversion des bâtiments conventuelsModifier

Les bâtiments conventuels sont d'abord mis à disposition de l'armée, puis du ministère des Finances à partir de 1803[5]. Finalement, la sous-préfecture de la Meuse et le palais de justice de Verdun s'y installent[2],[3].

Lors de la Première Guerre mondiale, l'ancienne abbaye est gravement endommagée par les bombardements[1]. Elle est restaurée après la Seconde Guerre mondiale[5].

L'ancienne abbaye est inscrite aux monuments historiques depuis le . L'escalier avec une rampe en fer forgé et le cabinet du sous-préfet avec ses boiseries du XVIIe siècle sont inscrites depuis le [6].

ArchitectureModifier

Les bâtiments abbatiaux actuels ont été construits de 1686 à 1698 par Thomas Mordillac dans un style classique et sobre, associant pierres blanches, briques rouges et ardoises[3].

Les bâtiments conservent des traces de leur passé d'abbaye. La cheminée dans la loge du concierge est gravée de sculptures figurant le sacrifice d'Abraham. La salle des archives, le réfectoire des moines et le cabinet du sous-préfet, avec ses voûtes austères, sont caractéristiques du style Renaissance[1].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f « Historique de la Sous-Préfecture de Verdun », sur le site de la préfecture de la Meuse, (consulté le 21 mars 2016).
  2. a b c et d Jean-Luc Flohic (direction) et al., Les patrimoines des communes de la Meuse, t. 2, Paris, Flohic Éditions, coll. « Les patrimoines des communes de France », , 608 p. (ISBN 2-84234-0744, notice BnF no FRBNF37193403), « Verdun », p. 1125
  3. a b c d et e Alain Girardot (dir.) et al., Histoire de Verdun, Metz, Éditions Serpenoise, , 205 p. (ISBN 2-87692-263-0, notice BnF no FRBNF36200908), p. 154.
  4. « Abbaye Saint-Paul de Verdun », sur Data.bnf.fr (consulté le 21 mars 2016).
  5. a b c d e f et g Philippe Bonnet, Les Constructions de l'Ordre de Prémontré en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Arts et métiers graphiques, coll. « Bibliothèque de la Société française d'archéologie » (no 15), , 279 p. (notice BnF no FRBNF34778897, lire en ligne), p. 214.
  6. « Ancienne abbaye Saint-Paul, sous-préfecture et palais de justice », notice no PA00106655, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Philippe Bonnet, Les Constructions de l'Ordre de Prémontré en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Arts et métiers graphiques, coll. « Bibliothèque de la Société française d'archéologie » (no 15), , 279 p. (notice BnF no FRBNF34778897, lire en ligne).
  • Bernard Ardura (préf. René Taveneaux), Abbayes, prieurés et monastères de l'ordre de Prémontré en France des origines à nos jours : dictionnaire historique et bibliographique, Nancy, Presses universitaires de Nancy, , 734 p. (notice BnF no FRBNF35570188).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier