Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hébrard.
Paul Hébrard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
ToulonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinction

L'amiral Paul Louis Hébrard, né le à Toulouse et mort le à Toulon[1], est un aviateur français, amiral de la Marine française et ancien président-directeur général de la compagnie aérienne intérieure Air Inter.

BiographieModifier

 
Le Latécoère 300 Croix du Sud. Le 7 décembre 1937, il disparait dans un accident avec Jean Mermoz à ses commandes.

Paul Hébrard entre à l'École navale en 1918 puis se spécialise dans l'aéronautique navale en 1923. Sa carrière l'amène à devenir pilote de ballons libres, de dirigeables, d'avions et d'hydravions [2], il devient, entre autres, professeur puis directeur de l’École de pilotage d’Istres.

En 1934 et 1935, il effectue les premières traversées postales régulières de l'Atlantique Sud sans escale entre Biscarrosse et Dakar[3]. Le 23 juin 1935, accompagné de Dailleres, Rouchon, Cassellari, du radio Emont et de Lavidalie, Paul Hébrard bat le record du monde de distance pour hydravion (de 4 338 km et un record de distance en ligne brisée de 4 449 km en 31 heures de vol) à bord du Latécoère 300 Croix du Sud[3],[2] en volant de Cherbourg à Ziguinchor (Sénégal), l'objectif étant à l'origine Conakry, battant un précédent record italien[4] de 4 131 km établi lors d'un vol du 18 au 19 octobre 1934 par un CANT Z.501 qui le reprendra le 16 juillet 1935 avec un vol de 4 930 km[5].

En 1940, il participe aux bombardements en Allemagne effectués par l'aéronavale française, notamment au bombardement de Berlin par le Farman F.222 Jules-Verne sous le commandement du capitaine de corvette Henri Dailliére[6].

Durant l’occupation de la France, alors capitaine de frégate, il est en position « hors cadre » comme directeur de la compagnie Air-France à Paris. Il constituent avec 15 autres officiers de marine un mouvement de Résistance à partir de janvier 1944. Pendant les combats de la Libération de Paris, Paul Hébrard reprend à l'occupant le ministère de la Marine le 25 août 1944 avec un groupe de 7 hommes[7]. En janvier 1945, il est nommé directeur d'exploitation de la Compagnie Nationale Air France avant de devenir représentant général de la compagnie pour l'Extrême-Orient et le Pacifique en 1947. Il est rappelé dans les cadres de la Marine Nationale en 1952 pour un commandement en Extrême-Orient durant la guerre d'Indochine[2].

Il est promu contre-amiral le et quitte le service actif en février 1959. Il est nommé président-directeur général d'Air Inter, le 3 juin 1960, alors que celle-ci reçoit le monopole du transport aérien en France métropolitaine le 23 février 1960 ; il quitte ce poste le 23 juin 1970[8] après avoir fortement développé cette alors très modeste entreprise[9] comprenant à son arrivée seize personnes et n'ayant pas d'avions en propre[10]. À son départ, Air Inter avait 200 vols quotidiens, 40 avions et 2,4 millions de passagers annuels[11].

Après 1970, il est nommé président-directeur général du nouveau groupe Técalémit-Gelbon. Il négociera, un peu plus tard, la cession de l'usine de production de Paray-Vieille-Poste à Air Inter qui transformera le bâtiment principal en siège social d'Air Inter.

En 1963, il totalise plus de 10 000 heures de vol.

DistinctionsModifier

PromotionsModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Acte d'état civil », sur Archives municipales de Toulouse
  2. a b c et d « Développement d'Air Inter », Air et Cosmos,‎ , p. 7 (ISSN 1240-3113)
  3. a et b Albert van Hoorebeeck, La Conquête de l'air, t. 1, Marabout Université,
  4. « Record de distance », L'Ouest-Éclair,‎ .
  5. (it) « CANT-Z. 501 GABBIANO Idrovolante da ricognizione e bombardamento: posto di pilotaggio », Museo della Cantierista (consulté le 20 septembre 2014).
  6. « Hébrard Paul Louis », sur bertrand.auschitzky.free.fr (consulté le 18 septembre 2014).
  7. Philippe De Gaulle, Mémoires accessoires : 1921-1946, vol. 1, Plon, , 428 p. (ISBN 978-2259185868).
  8. a et b « Officiers et anciens élèves - Paul Louis Hébrard (1901 - 1980) », sur ecole.nav.traditions.free.fr
  9. Alexandra Schwartzbrod, « Entre les deux compagnies, un fossé - Petite et soudée, Air Inter a toujours cultivé l'esprit maison », Libération,‎ (lire en ligne).
  10. « Les présidents d'Air Inter de 1954 à 1995 », sur Sanciensairinter.com (consulté le 25 septembre 2014).
  11. Denis Fainsilber, « L'adieu à Air Inter. Une saga qui résume trente-sept ans d'histoire de France », sur Les Échos, (consulté le 25 septembre 2014).
  12. « Prix Icare », Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace (consulté le 18 septembre 2014)