Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eiffel.

Passerelle Eiffel
Passerelle Eiffel en 2009
Passerelle Eiffel en 2009
Géographie
Pays France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Commune Bordeaux
Coordonnées géographiques 44° 49′ 55″ N, 0° 33′ 07″ O
Fonction
Franchit Garonne
Caractéristiques techniques
Type Ancien pont métallique ferroviaire
Longueur 509,69 m
Construction
Construction 1858-1860
Inauguration
Mise en service
Fin du service
Concepteur Stanislas de la Laroche-Tolay
Ingénieur(s) Paul Régnauld (ingénieur en chef)
Gustave Eiffel (jeune collaborateur)
Historique
Protection Logo monument historique Classé MH (2010)

Géolocalisation sur la carte : Gironde

(Voir situation sur carte : Gironde)
Passerelle Eiffel

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

(Voir situation sur carte : Aquitaine)
Passerelle Eiffel

Géolocalisation sur la carte : Bordeaux

(Voir situation sur carte : Bordeaux)
Passerelle Eiffel

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Passerelle Eiffel

La passerelle Eiffel ou passerelle Saint-Jean est un ancien pont métallique ferroviaire situé sur la Garonne à Bordeaux.

Elle est construite de 1858 à 1860. Conçue par Stanislas de la Laroche-Tolay avec Paul Régnauld comme ingénieur en chef et son jeune collaborateur Gustave Eiffel qui assure la conduite des travaux[1].

Dans le cadre du projet Euratlantique, la passerelle est affectée à un usage piétonnier.

Sommaire

HistoireModifier

La passerelle a permis de relier les réseaux de deux compagnies ferroviaires : la Compagnie des Chemins de fer du Midi et la Compagnie du Chemin de fer de Paris à Orléans. Initialement les voyageurs devaient descendre à la gare d'Orléans située sur la rive droite de la Garonne et devaient rejoindre la gare Saint-Jean, située sur la rive gauche, par le pont de pierre ou en bateau.

La passerelle a été conçue en 1858 par Stanislas de la Laroche-Tolay ingénieur des Ponts et Chaussées[2] avec Paul Régnauld comme ingénieur en chef de la Compagnie des Chemins de fer du Midi et Gustave Eiffel, alors jeune ingénieur âgé de 26 ans, qui assura la direction du chantier[3]. Gustave va s'occuper en particulier des fondations de l'ouvrage en proposant son idée avec la technique de fondation à l'air comprimé lors de l'exécution des piles tubulaires (Procédé Triger). Or Gustave Eiffel est l'auteur d'une étude : Le fonçage par pression hydraulique des piles concernant cette nouvelle technique[4]. Cette réussite vaudra à Eiffel une première reconnaissance dans le milieu de la construction métallique. Gustave Eiffel réutilisera cette technique en particulier en 1887 pour la construction de la tour Eiffel. En effet côté Seine, les fondations de celle-ci étaient situées dans un ancien bras de la Seine comblé. Afin que les ouvriers puissent travailler dans de bonnes conditions, quatre caissons métalliques étanches à l'air comprimé furent utilisés.

 
La passerelle en 1900.
 
Autre vue de la même époque.

La passerelle métallique est de type pont droit en tôle de fer puddlé assemblées et rivetées avec de longues poutres horizontales raidies par des croix de saint André. La passerelle présente une longueur de 509,69 mètres avec un tablier de 8,60 mètres de large. Elle repose sur 6 piles en maçonnerie et 2 culées pour l'accès de l'ouvrage.

Les travaux furent dirigés par Mr Charles Nepveu fils, représentant de l'entreprise à Bordeaux, par Mr Gustave Eiffel, chef de service de l'entreprise du pont, et par Mr Haussen conducteur des travaux. Commencés le 15 septembre 1858, les travaux furent achevés courant août 1860. La passerelle fut ouverte à l'exploitation le 1er septembre 1860 après les épreuves de charge du 13 Août[5]. Elle avait été inaugurée le . Le Monde illustré du 25 août 1860 reconnait l'esthétique de la passerelle Saint-Jean, remercie M. Stanislas de la Laroche-Tolay et M. Régnault et cite : « Monsieur Gustave Eiffel, chef de service de l'entreprise, dont le talent précoce laisse concevoir de brillantes espérances ».

 
La passerelle vue depuis la flèche Saint-Michel.

En 1862 une passerelle piétonne est ajoutée du côté aval de l'ouvrage. Celle-ci, devenue dangereuse, a été démontée en 1981.

La passerelle Eiffel, comportait seulement deux voies avec une vitesse limitée à 30 km/h pendant les deux dernières années, ce qui créait un goulet d'étranglement responsable de la saturation du trafic à destination ou en provenance du Nord de la France. Dans le cadre de la suppression du bouchon ferroviaire de Bordeaux, un deuxième pont à 4 voies a été réalisé par Réseau ferré de France. Il a été ouvert à la circulation ferroviaire le après que la dernière circulation sur la passerelle eut lieu le [6]. La mise en service complète des 4 voies a été réalisée en 2010.

IncidentModifier

Gustave Eiffel, qui travaillait sur la passerelle, sauva la vie d'un ouvrier tombé dans la Garonne en plongeant dans le fleuve pour le sortir de l'eau avant qu'il se noie.

Devenir de la passerelleModifier

Après la réalisation du nouveau viaduc adapté au passage des TGV, il a été envisagé de détruire la passerelle Eiffel devenue obsolète[7]. Toutefois l'intervention du directeur du Centre du Patrimoine Mondial de l'UNESCO, Francesco Bandarin, a permis d'interrompre le projet de démolition prévu pendant l'été 2008 et d'engager une réflexion quant aux solutions permettant de conserver l'ouvrage[8]. Ainsi la ministre de la Culture et de la Communication Christine Albanel en liaison avec le maire de Bordeaux Alain Juppé a décidé de placer la passerelle sous le régime de l’instance de classement au titre des monuments historiques[9].

Au printemps 2009, le préfet Francis Idrac a présidé la commission régionale du patrimoine et des sites. Cette commission s'est prononcée pour une inscription de la passerelle Eiffel au titre des Monuments historiques. Ainsi la passerelle devrait être conservée et transformée en espace ludique[10].

La passerelle a finalement été classée au titre des monuments historiques par arrêté du [11],[12]. L'architecte Jean de Giacinto a conçu, en collaboration avec le plasticien David Durand, une mise en lumière de l'ouvrage[13].

Dans le cadre du projet Euratlantique, la passerelle deviendra un franchissement piéton à l'horizon 2020[14].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Bordeaux : un tour de ville en 101 monuments Édition Le Festin Juillet 2008.
  • Traité de la construction des Ponts et Viaduc métalliques par M. REGNAULD (Paris Dunod 1870) Étude du grand pont métallique sur la Garonne à Bordeaux p 181 à 282.
  • Marie-Noëlle Maynard, Les gares de Bordeaux, thèse de 3ème cycle d'histoire de l'art, université de Bordeaux III, 1983, dactyl. (BIB D 1 13 et BIB D 1 14 aux Archives Municipales de Bordeaux).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier