Ouvrir le menu principal

Le bouchon ferroviaire de Bordeaux est un ensemble de voies ferrées et d'infrastructures ferroviaires au nord de la gare de Bordeaux-Saint-Jean, reliant cette dernière à la bifurcation de Cenon et représentant un goulet d'étranglement pour le trafic ferroviaire, qui représente environ 250 trains par jour[1]. Il inclut notamment la passerelle Eiffel, et plusieurs passages à niveau.

Des travaux sont réalisés de 2006 à 2016 pour le faire disparaitre, avec notamment la mise à 4 voies entre la gare Saint-Jean et la bifurcation de Cenon[2]. Les travaux comprennent également le remplacement de la gare de Bordeaux-Benauge (sur la rive droite de la Garonne) par le pôle multimodal de Cenon permettant la connexion entre le réseau TER Nouvelle-Aquitaine et la Ligne A du tramway de Bordeaux (réseau TBM). Ce pôle multimodal est mis en service en septembre 2007.

Les travaux sont achevés en mai 2016[3], soit un an avant l'ouverture de la LGV Sud Europe Atlantique et l'augmentation du trafic.

Sommaire

HistoriqueModifier

  • 2006 : Début des travaux visant à doubler les 2 voies de l'actuelle Passerelle Eiffel (XIXe siècle) par un nouveau pont.
  • Mai 2008 : Le nouveau pont doublant la passerelle Eiffel est terminé.
  • 13-16 mai 2010 : Raccordements des 4 voies du nouveau pont ferroviaire à la Gare Saint-Jean. Fermeture et déclassement de l'ancien pont à double voies existant.
  • Du 16 mai à septembre 2010 : Réouverture à la circulation du nouveau pont à 4 voies avec travaux de raccordements électrique pour la signalisation et les aiguillages.
  • 28 septembre 2010 : Inauguration du nouveau pont à 4 voies par Jean-Louis Borloo alors Ministre de l'écologie.
  • L'ancienne passerelle Eiffel sera réhabilitée et servira aux piétons pour traverser le fleuve à l'horizon 2020.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier