Partition des Alpes

La Partition des Alpes (en italien : Partizione delle Alpi) est une classification des massifs de l'arc alpin adoptée en 1924 à l'occasion du IXe congrès géographique italien et officialisée en 1926. Elle a été l'une des premières subdivisions européennes à prendre en considération l'ensemble du territoire alpin et pas seulement celui inclus au sein des frontières d'un seul État[1]. Malgré son ancienneté, la classification est encore utilisé dans de nombreux textes didactiques et études[2],[3].

Carte de la Partition des Alpes.

La Partition des Alpes est tripartite, séparant le massif alpin en 3 systèmes, les Alpes occidentales, les Alpes centrales et les Alpes orientales, qui sont à leurs tour divisés en un total de 26 sections et 112 sous-sections[4].

Alpes occidentalesModifier

Selon la Partition des Alpes, les Alpes occidentales s'étendent du col d'Altare au col Ferret et leur plus haut sommet est le mont Blanc à 4 809 m. Suivant les critères de la classification, les Alpes occidentales sont divisées en sections et groupes énumérés dans le tableau ci-dessous.

Numéro du système Nom Limites Groupes Altitude max. Photo du plus haut sommet
1 Alpes maritimes du col d'Altare
au col de Larche

1a : Alpes ligures
1b : Alpes du Var : Mercantour-Argentera, Pelat
1c : Préalpes de Nice

3 290 m (mont Argentera)  
2 Alpes cottiennes du col de Larche
au col du Mont-Cenis

2a : Alpes cottiennes méridionales : Chambeyron, Parpaillon
2b : Alpes cottiennes centrales : Queyras, Escreins
2c : Alpes cottiennes septentrionales : Mont-Cenis, Cerces

3 841 m (mont Viso)  
3 Alpes grées du col du Mont-Cenis
au col Ferret

3a : massif du Grand Paradis
3b : Alpes de la Tarentaise : Vanoise, Lauzière
3c : Groupe du mont Blanc : massif du Mont-Blanc, Beaufortain

4 809 m (mont Blanc)  
4 Alpes de Provence Du Verdon
au cours supérieur de la Durance

4a : groupe de l'Asse : Préalpes de Digne, Trois-Évêchés
4b : groupe de la Bléone : Préalpes de Digne, Trois-Évêchés

2 961 m (Tête de l'Estrop)  
5 Alpes du Dauphiné La Guisane, la Durance, lac de Serre-Ponçon, le Drac, l'Isère, l'Arc, la Valloirette

5a : groupe du Champsaur : Écrins
5b : groupe du mont Pelvoux : Écrins, Taillefer
5c : Alpes de Maurienne : Arves, Grandes Rousses et Belledonne

4 101 m (Barre des Écrins)  
6 Préalpes de Provence Entre la mer Méditerranée, le Var, le cours médian du Verdon et le cours inférieur de la Durance

6a : chaînes des Plans : Préalpes de Castellane
6b : montagne Sainte-Victoire
6c : massif de la Sainte-Baume
6d : massif des Maures
6e : massif de l'Esterel

1 996 m (Puy de Rent)  
7 Préalpes du Dauphiné Entre le Rhône, l'Isère, le cours médian de la Durance et le Drac

7a : massif du Luberon
7b : Préalpes du Vaucluse : monts du Vaucluse, Baronnies
7c : Préalpes du Devoluy : Devoluy, Bochaine
7d : Vercors : massif du Vercors, Diois

2 790 m (Grande Tête de l'Obiou)  
8 Préalpes de Savoie Entre le Trient, l'Arve, l'Arly, l'Isère, le Léman et la portion du Rhône comprise entre Martigny et le Léman

8a : Alpes du Chablais : Chablais, Giffre
8b : groupe du Reposoir : Bornes, Aravis
8c : massif des Bauges
8d : massif de la Chartreuse

3 258 m (Haute Cime)  

Alpes centralesModifier

Selon la partition des Alpes, les Alpes centrales s'étendent du col Ferret au col du Brenner et leur plus haut sommet est le Mont Rose (4 634 m). Suivant les critères de la classification, les Alpes centrales sont divisées en sections et groupes répertoriés dans le tableau ci-dessous.

Numéro du système Nom Limites Groupes Altitude max. Photo du plus haut sommet
9 Alpes pennines Du col Ferret
au col du Simplon
9a : Alpes valaisannes

9b : groupe de la Valsesia

4 634 m (Pointe Dufour)  
10 Alpes lépontines Du col du Simplon
au col du Splügen
10a : massif de Monte Leone

10b : Adula
10c : Alpes tessinoises : Saint-Gothard

3 552 m (Monte Leone)  
11 Alpes rhétiques Du col du Splügen
au col de Resia
11a : chaîne de l'Albula et Silvretta

11b : chaîne de Plessur
11c : Rätikon
11d : massif de Verwall
11e : chaîne de la Bernina
11f : groupe de l'Umbrail
11g : Alpes de l'Ötztal
11h : Alpes de Stubai
11i : Alpes sarentines
11j : Alpes d'Ortles : Ortles, Sobretta-Gavia
11k : massif de Non
11l : Adamello-Presanella
11m : massif de Brenta

4 049 m (Piz Bernina)  
12 Alpes bernoises Entre le Rhône et la Reuss, lac des Quatre-Cantons - lac de Brienz, lac de Thoune, la Simme et la Sarine 12a : groupe du Finsteraarhorn

12b : groupe du Wildhorn
12c : Alpes uranaises

4 274 m (Finsteraarhorn)  
13 Alpes glaronaises Entre la Reuss et le Rhin 13a : groupe du Tödi

13b: groupe du Sardona

3 613 m (Tödi)  
14 Préalpes lombardes Entre le lac Majeur, l'Adda, l'Adige et la vallée du Pô 14a : Préalpes luganoises

14b : Alpes bergamasques
14c : Préalpes bergamasques
14d : Préalpes de Brescia
14e : Préalpes des Judicaries ou de la vallée de Ledro
14f : groupe du Monte Baldo

3 052 m (Pizzo di Coca)  
15 Préalpes suisses Entre le Léman et le lac de Constance jusqu'au plateau suisse 15a : Préalpes du Simmental

15b : Préalpes de l'Emmental
15c : Préalpes de Schwyz ou de la Linth

2 969 m (Schilthorn)  
16 Préalpes bavaroises Entre le Rhin, le lac de Constance, l'Arlberg, l'Inn et le plateau bavarois 16a : Alpes d'Allgäu

16b : Alpes de Lechtal
16c : monts de l'Achensee

2 656 m (Grosser Krottenkopf)  

Alpes orientalesModifier

Selon la partition des Alpes, les Alpes orientales s'étendent du col du Brenner au col de Vrata et leur plus haut sommet est le Grossglockner (3 798 m). Suivant les critères de la classification, les Alpes orientales sont divisées en sections et groupes énumérés dans le tableau ci-dessous.

Numéro du système Nom Limites Groupes Altitude max. Photo du plus haut sommet
17 Alpes noriques Du col du Brenner
au col de Schober

17a : Alpes de Tux
17b : Alpes de Zillertal
17c : Hohe Tauern
17d : Niedere Tauern
17e : Alpes de Carinthie

3 798 m (Grossglockner)  
18 Dolomites Entre l'Adige, le Piave et la Rienza

18a : Alpes du val Gardena et du val di Fassa
18b : massif de la Marmolada
18c : Alpes d'Ampezzo et du Cadore
18d : Alpes de la Valsugana et de Primiero

3 343 m (Marmolada)  
19 Alpes carniques Du col du Monte Croce di Comelico
au col de Camporosso

19a : Alpes de Gailtal
19b : Alpes Tolmezzine

2 780 m (Monte Coglians)  
20 Alpes juliennes Du col de Camporosso
au col de Vrata

20a : Alpes juliennes septentrionales
20b : Plateau du Karst
20c : Kasrt Corniolino

2 864 m (Triglav)  
21 Préalpes Trivenete Entre l'Adige, la Brenta, le Piave, le Tagliamento et l'Isonzo

21a : monts Lessini
21b : haut plateau d'Asiago
21c : groupe du Monte Grappa
21d : Préalpes bellunoises
21e : Préalpes carniques
21f : Préalpes juliennes

2 703 m (Cima dei Preti)  
22 Plateau du Karst Entre l'Isonzo et la baie de Kvarner

22a : Petit Karst
22b : Karst istriote

1 401 m (Učka)  
23 Alpes salzbourgeoises

23a : Alpes de Kitzbühel
23b : Steinernes Meer
23c : Kaisergebirge
23d : Leoganger Steinberge
23e : massif de Tennen
23f : massif du Dachstein

2 995 m (Hoher Dachstein)  
24 Alpes autrichiennes Entre la Traun, la Salza, la Mürz et le Danube

24a : massif mort
24b : groupe du Grosser Pyhrgas
24c : Sengsengebirge
24d : Alpes d'Ennstal
24e : groupe du Hochschwab
24f : Raxalpe
24g : groupe du Schneeberg
24h : Préalpes de l'Ötscher
24i : Wienerwald

2 277 m (Hochschwab)  
25 Préalpes de Styrie Entre la Drave, le Lavant, la Mürz et la plaine du Danube

25a : Alpes de Stub
25b : Alpes de Glein
25c : Alpes de Hoch
25d : Koralpe
25e : Windichen Bühel
25f : monts Stiriani
25g : Bucklige Welt
25h : Rosalien-Gebirge

2 184 m (Ameringkogel)  
26 Caravanche Entre la Drave et la Save

26a : chaîne des Caravanche
26b : Pohorje

2 558 m (Grintovec)  

Comparaison avec la subdivision orographique internationale unifiée du système alpinModifier

La Partition des Alpes a été l'une des premières à considérer l'ensemble de la chaîne alpine et pour cette raison elle s'est répandue à l'international et est également la base de textes italiens et français récents consacrés au système alpin[2].

Cependant, selon l'auteur de la subdivision orographique internationale unifiée du système alpin, cette classification est centrée sur l'Italie, car elle ne partage pas la bipartition (identifiant trois « parties majeures » et non deux) généralement utilisée dans les classifications du système alpin dans d'autres États, comme l'Autriche. En outre, la Partition des Alpes repose sur des hypothèses erronées, car elle inclut des territoires de la chaîne alpine qui, selon certains chercheurs, n'en feraient pas partie.

La SOIUSA, en revanche, a également été critiquée ; par exemple Werner Bätzing considère cette classification alpine comme « un mélange de points de vue très différents, définis de manière pragmatique et non systématique », ce qui, selon le chercheur, conduit à un manque de clarté sur les critères retenus pour la subdivision[5].

Le tableau ci-dessous montre les principales différences qui distinguent la partition des Alpes de la subdivision orographique internationale unifiée du système alpin[5].

Élément de comparaison Partition des Alpes SOIUSA
Structure générale Trois « grandes parties » (Alpes occidentales, Alpes centrales, Alpes orientales). Deux « grandes parties » (Alpes occidentales et orientales).
Points extrêmes des Alpes Du col d'Altare au col de Vrata. Du col d'Altare au bassin de Vienne.
Alpes ligures et Alpes maritimes Les Alpes ligures forment un groupe de la section Alpes maritimes. Ce sont deux sections indépendantes.
Montagnes du sud de la Provence Inclus dans les Alpes. Exclus, suivant le critère du savant français Raoul Blanchard.
Alpes de Provence et Préalpes de Provence Ils constituent deux secteurs distincts. Réunis dans le secteur Alpes et Préalpes de Provence.
Montagnes de Vaucluse, de Lure et Luberon Inclus dans les Préalpes du Dauphiné. Inclus dans les Alpes et Préalpes de Provence, étant administrativement dans cette région.
Certaines zones du sud du plateau suisse Inclus dans les Préalpes suisses. Exclus des Alpes, selon le critère de la littérature géographique suisse qui les considère comme faisant partie du plateau suisse.
Préalpes lombardes Constituent une seule section des Alpes centrales. Divisé en trois sections, deux situées dans les Alpes orientales centrales (Préalpes luganèses et Alpes et Préalpes bergamasques), et une appartenant aux Préalpes orientales méridionales (Préalpes de Brescia et Gardesane). Ceci est une conséquence du choix de diviser les Alpes en seulement deux parties, à savoir « Alpes occidentales » et « Alpes orientales », selon le critère de la littérature géographique en allemand.
Alpes rhétiques Constituent une seule section des Alpes centrales. Divisé en trois sections, deux situées dans les Alpes orientales centrales (Alpes rhétiques occidentales et Alpes rhétiques orientales), et une appartenant aux Alpes Préalpes orientales méridionales (Alpes rhétiques du Sud). Ceci est une conséquence du choix de diviser les Alpes en seulement deux parties, à savoir « Alpes occidentales » et « Alpes orientales », selon le critère de la littérature géographique en allemand.
Dénomination « Alpes noriques » Dénomination du secteur des Alpes entre le col du Brenner et le col de Schober. Nom non utilisé, car absent de la littérature géographique autrichienne la plus récente, qui l'a abandonné car il comprend une zone jugée trop grande; la zone considérée comme « Alpes noriques » par la partition des Alpes est divisée en SOIUSA en Alpes du Tauern occidental (section 17), Niedere Tauern (section 18), Alpes styriennes et carinthiennes (section 19) et Alpes schisteuses tyroliennes (article 23).
Dénominations « Alpes bavaroises », « Alpes de Salzbourg » et « Alpes autrichiennes » Noms utilisés. Noms non utilisés, car absents de la littérature géographique moderne en allemand.
Alpes juliennes Étendues du col de Camporosso au col de Vrata. Étendues du col de Camporosso au col de Godovici, à l'exclusion d'un secteur considéré par la littérature géographique slovène et autrichienne n'appartenant pas aux Alpes, mais aux Alpes dinariques.
Plateau du Karst Inclus dans la classification alpine. Exclus du système alpin.
Dénomination « Préalpes slovènes » Non présent ; la zone correspondante est considérée comme faisant partie des Alpes juliennes (la partie ouest), ou ne faisant pas partie du système alpin (zone orientale). Dénomination utilisée pour indiquer une section alpine, selon le critère suivi dans la littérature géographique slovène.

L'inclusion ou l'exclusion du plateau du Karst dans le système alpin fait depuis longtemps l'objet de débats. L'inclusion a également été récemment soutenue par le spécialiste italien des phénomènes karstiques Fabio Forti[6] ; il a affirmé que, selon la littérature alpine, la région est bien une charnière entre le système alpin et le système dinarique, mais elle peut être attribuée au premier pour des raisons géographiques[7], géomorphologiques[8] et géologiques[9]. La SOIUSA, en revanche, exclut le plateau du Karst du système alpin, car selon la littérature géographique slovène, la zone karstique appartient aux Alpes dinariques, divisée comme suit : montagnes d'Istrie et du Karst (acronyme A1) ; groupe Selva di Tarnova (acronyme B1) ; groupe Monte Nevoso - Risnjak (acronyme B2) ; large plateau de la Carniole intérieure et de la Basse-Carniole (acronyme B3).

Notes et référencesModifier

  1. (it) Sergio Marazzi, « La “Suddivisione orografica internazionale unificata del Sistema Alpino” (SOIUSA) »,
  2. a et b (it) Sylvain Jouty, Cécile Geiger, Enrico Camanni et Club Alpino Italiano, Le Alpi, Priuli & Verlucca, (ISBN 978-88-8068-392-6, 88-8068-392-6 et 978-88-8068-363-6, OCLC 759639813, lire en ligne)
  3. Sylvain Jouty et Pascal Kober, Dictionnaire encyclopédique des Alpes., Glénat, (ISBN 2-7234-3527-X, 978-2-7234-3527-7 et 2-7234-5073-2, OCLC 717895793, lire en ligne)
  4. (it) Nomi e limiti delle grandi parti del sistema alpino,
  5. a et b « Subdivision Orographique Internationale Unifiée du Système Alpin-SOIUSA-Division des Alpes », sur www.homoalpinus.com (consulté le 29 avril 2021)
  6. (it) « La struttura geologica della regione Giulia e dell’Istria » (consulté le 29 avril 2021)
  7. (it) Vardabasso 1945: La questione del confine politico italo-jugoslavo dal punto di vista fisico. La Venezia Giulia Terra d'Italia. Soc. Istr. Archeol. Sto. Patria 1-24.
  8. (it) Piccoli 1975. Studio aerogeologico strutturale del Carso goriziano-triestino della Slovenia occidentale e dell'Istria. Mem Ist geol Mineral Univ Padova, 31:1-38.
  9. (it) Carulli, Carobene, 1980. Evoluzione strutturale Plio-quaternaria del Friuli e della Venezia Giulia. CNR 489-545.

Articles connexesModifier