Ouvrir le menu principal

Marmolada

montagne des Dolomites

Marmolada
La Marmolada.
La Marmolada.
Géographie
Altitude 3 342 m, Punta Penia
Massif Dolomites (Alpes)
Coordonnées 46° 26′ 13″ nord, 11° 51′ 54″ est
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région
Région à statut spécial
Vénétie
Trentin-Haut-Adige
Province
Province autonome
Belluno
Trente
Ascension
Première par Paul Grohmann, Pellegrino Pellegrini, Angelo Dimai et Fulgenzio Dimai
Voie la plus facile versant Nord

Géolocalisation sur la carte : Vénétie

(Voir situation sur carte : Vénétie)
Marmolada

Géolocalisation sur la carte : Trentin-Haut-Adige

(Voir situation sur carte : Trentin-Haut-Adige)
Marmolada

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Marmolada

La Marmolada (ladin : Marmoleda, allemand : Marmolata) est le plus haut sommet des Dolomites. Culminant à 3 342 mètres, la Marmolada est également appelée la « reine des Dolomites »[1],[2].

ToponymieModifier

Le nom de Marmolada pourrait provenir du mot latin marmor, signifiant « marbre » ou « pierre » au sens plus général[3], ou bien d'une racine indo-européenne attestée par le grec marmar, signifiant « briller »[4].

GéographieModifier

SituationModifier

La Marmolada est située entre le val di Fassa et le Cordevole, à la frontière entre les provinces de Belluno et de Trente, au nord-est de l'Italie.

TopographieModifier

Son sommet est constitué de plusieurs pics, dont Punta Penia (3 342 m, point culminant), Punta Rocca (3 309 m), Punta Ombretta (3 230 m), Monte Serauta (3 069 m), et Pizzo Serauta (3 035 m). Le glacier homonyme est le plus étendu des Dolomites. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, la frontière austro-italienne passe alors le long de la Marmolada, qui devient le théâtre de combats, comme le confirment les positions encore visibles sur le versant nord.

Cimes principalesModifier

  • Punta Penia - 3 343 m
  • Punta Rocca - 3 309 m
  • Punta Ombretta - 3 230 m
  • Gran Vernel - 3 210 m
  • Piccolo Vernel - 3 098 m
  • Sasso Vernale - 3 058 m
  • Piz Serauta - 3 035 m
  • Piz de Guda - 2 134 m
  • Punta Cornates - 3 029 m
  • Cima Ombretta - 3 011 m
  • Cima dell'Uomo - 3 010 m
  • Sasso di Valfredda - 3 009 m
  • Cima Ombrettòla - 2 931 m
  • Monte Fop - 2 892 m
  • Monte La Banca - 2 875 m
  • Il Colac - 2 715 m
  • Punta della Vallaccia - 2 637 m
  • Cima d'Auta orientale - 2 624 m
  • Cima d'Auta occidentale - 2 602 m
  • Cima Barbacin - 2 524 m
  • l'Auta - 2 545 m
  • Padon - 2 512 m
  • Iigogn - 2 389 m
  • Sas Bianch - 2 407 m

HistoireModifier

Pendant la Première Guerre mondiale, la Marmolada marquait une partie du front italo-autrichien et la montagne était le théâtre d'affrontements, comme en témoignent les positions encore visibles sur les faces est et nord[5]. Pour se défendre, les Autrichiens ont même creusé dans le glacier un labyrinthe de tunnels surnommé « la ville de glace » (aujourd'hui disparu à cause des mouvements naturels).

Le , à la demande de la municipalité de Canazei, la frontière entre les régions de Vénétie et du Trentin-Haut-Adige a été déplacée sur la ligne de partage des eaux (donc sur la crête du sommet), assignant ainsi la quasi-totalité du glacier au Trentin et laissant la face vertigineuse sud de la montagne à la province de Belluno[6],[7].

AlpinismeModifier

 
Versant nord de la Marmolada et glacier.
  • 1802 - Première tentative par don Giuseppe Terza, chapelain de Pieve di Livinallongo, qui disparaît dans une crevasse le .
  • 1856 - Pellegrino Pellegrini, premier guide des Dolomites, conduit Gian Antonio de Manzoni, Antonio Marmolada, Pietro Mugna et don Lorenzo Nicolai au Pizzo Serauta, le .
  • 1860 - Conquête de la Punta Rocca par John Ball et Victor Tairraz.
  • 1864 - Première ascension de la Punta Penia par Paul Grohmann, Pellegrino Pellegrini, Angelo Dimai et Fulgenzio Dimai, par le versant nord, le 28 septembre.
  • 1878 - Versant ouest par Alberto de Falkner et Cesare Tomé.
  • 1884 - Première traversée de la Marmolada, de la Punta Rocca à la Punta Penia, par Emil Zsigmondy, Otto Zsigmondy et Ludwig Purtscheller.
  • 1901 - Face sud par Michele Bettaga et Bortolo Zagonel.
  • 1929 - Pilier sud de la Punta Penia par Demeter Christomannos, Luigi Micheluzzi et Roberto Peratoner.
  • 1936 - Face sud-est de la Punta Penia par Gino Soldà et Umberto Conforto, du 29 au et en trente-six heures d'escalade.
  • 1936 - Face sud de la Punta Rocca par Giovanni Battista Vinatzer et Ettore Castiglioni.
  • 1964 - Ouverture de la voie de l'Idéal à la Punta Ombretta par Armando Aste et Franco Solina en cinquante-quatre heures et avec cinq bivouacs.
  • 1969 - Variante de la voie Vinatzer en sortie directe par Reinhold Messner en solo.

ActivitésModifier

Aujourd'hui, la montagne est la destination de skieurs et d'alpinistes, et les localités voisines comme Canazei et Malga Ciapela sont des centres touristiques renommés, actifs toute l'année. Jusqu'en 2003, les conditions du glacier permettaient la pratique du ski d'été sur deux ou trois pistes auxquelles l'accès s'effectuait par un téléphérique et par deux remontées mécaniques, commençant à 2 850 m d'altitude et atteignant les 3 000 m.

ItinérairesModifier

La Via ferrata della Marmolada est un itinéraire classique qui permet, en été, de rejoindre le sommet sans trop de difficultés. Il est facilement accessible tout autant par le versant sud (départ de la valle del Contrin) que par le versant nord (départ du lac de Fedaia). Il démarre de la Forcella Marmolada et permet d'atteindre les 3 342 m du sommet en h environ.

CoursesModifier

Jusqu'en 2006, la course du Super Gigantissimo della Marmolada était proposée dans le cadre du Dolomiti Stars Ski Challenge, trois courses de fin de saison pour les champions et les passionnés de ski.

Notes et référencesModifier

  1. (it) « Sistema 2 Marmolada - Dolomiti UNESCO », sur Dolomiti Patrimonio Mondiale UNESCO (consulté le 14 novembre 2019)
  2. (it) « Articoli, curiosità e approfondimenti sulle Dolomiti del Trentino Alto Adige, Bellunese e Friuli », sur www.dolomiti.it (consulté le 14 novembre 2019)
  3. Frédéric Montandon, « Étude de toponymie alpine. De l'origine indo-européenne des noms de montagnes », Le Globe. Revue genevoise de géographie, vol. 68, no 1,‎ , p. 108 (DOI 10.3406/globe.1929.2520, lire en ligne, consulté le 14 novembre 2019)
  4. (it) « Primo Piano Val di Fassa », sur www.fassa.com (consulté le 14 novembre 2019)
  5. (it) Viazzi, Luciano., Con gli alpini sulla Marmolada : 1915-1917, Mursia, (ISBN 8842508683 et 9788842508687, OCLC 797815677, lire en ligne)
  6. (it) « La Marmolada è al 100% del Trentino (e non più anche del Veneto) », sur SiViaggia, (consulté le 14 novembre 2019)
  7. (it) « La Marmolada passa dal Veneto al Trentino: il governatore Luca Zaia promette battaglia », sur Fanpage (consulté le 14 novembre 2019)

Sur les autres projets Wikimedia :