Palais du Gouverneur militaire de Strasbourg

hôtel particulier à Strasbourg (Bas-Rhin)

Le Palais du Gouverneur militaire de Strasbourg est un bâtiment construit en 1754 à Strasbourg, classé en partie en 1931.

Palais du Gouverneur militaire de Strasbourg
Palais Gayot - de Deux Ponts
Hôtel du Gouverneur militaire
Strasbourg hotZweibrucken16.jpg
Palais du Gouverneur
Présentation
Type
Destination initiale
Palais Du Prêteur Royal de Strasbourg
Style
Architecte
Construction
1754
Patrimonialité
Logo monument historique Classé MH (1921, façades, clôture, parterre à la française, vestibule avec escaliers)
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de Strasbourg
voir sur la carte de Strasbourg
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

HistoriqueModifier

L'Hôtel du Gouverneur est le dernier des grands hôtels princiers construits à Strasbourg au XVIIIe siècle dans le style Régence. Il a son entrée rue Brûlée et son jardin à la française donne sur la place Broglie. Ses promoteurs sont les deux frères Gayot dont l'aîné, François-Marie, occupe la charge de Préteur royal c'est-à-dire représentant du roi à Strasbourg. L'hôtel est construit en 1754-1755 par le maître-maçon Georges Muller, sur les plans de l'architecte Joseph Massol[1]. L'hôtel est dédié à Minerve déesse de la sagesse.

En 1770, François-Marie Gayot, nommé intendant général des armées du roi, quitte Strasbourg et rejoint la cour à Versailles. Il vend son hôtel au duc Christian IV de Deux-Ponts, qui l'achète et le léguera en 1780 à son neveu Maximilien-Joseph. Le prince Maximilien-Joseph de Deux-Ponts, comte palatin, est colonel-propriétaire du régiment d'Alsace, au service de la France. En 1780, il a l'entière propriété de l'hôtel de la rue Brûlée, qu'il fait magnifiquement décorer. Le caractère aimable et jovial du "prince Max" ainsi que sa connaissance approfondie du dialecte alsacien lui valent une grande popularité parmi les Strasbourgeois et les soldats. Il quitte la France à la Révolution en emportant avec lui son mobilier et ses œuvres d'art. Il sera nommé roi de Bavière en 1806 par Napoléon Ier. Son fils aîné, Louis Ier Charles, grand-père du célèbre Louis II de Bavière et d'Elisabeth d'Autriche (Sissi), est né dans cet hôtel en 1786 ; il succèdera à Maximilien-Joseph sur le trône en 1825. Après l'émigration de la famille de Deux-Ponts, le séquestre est mis sur l'hôtel en 1792.

En 1793, général de Beauharnais, nommé commandant en chef de l'armée du Rhin, y séjourne.

Puis l'hôtel connaît des utilisations plus ou moins heureuses : en 1794, il reçoit le nom officiel de Maison de l'Égalité et abrite un estaminet (débit de boisson). Sous le Directoire (1795-1799), un cirque, un théâtre d'automates et des baraques foraines auraient été dressés dans la cour.

Ce n'est qu'en 1823 que l'hôtel est cédé par la ville au département de la guerre. D'abord occupé par l'état-major de la 5e division militaire, l'hôtel devient la résidence du gouverneur militaire de Strasbourg à partir de 1811 et ne cessera de l'être jusqu'à nos jours, excepté durant les périodes d'annexion allemande.

À chaque libération de la ville, le gouvernement français a nommé un gouverneur militaire lié à un commandement opérationnel. Hautement symbolique en Alsace, le gouverneur militaire représente les armées dans la vie publique de Strasbourg. Actuellement, le palais du gouverneur appartient toujours au ministère des armées. Le gouverneur militaire outre ses nombreuses fonctions a toujours été le protecteur et défenseur de la ville de Strasbourg.

Classé en partie depuis 1931, l'hôtel du Gouverneur représente un lieu de prestige bien utile à l'armée au sein de la capitale européenne que constitue Strasbourg. Il est situé au 13, rue Brûlée, idéalement placé au centre ville entre la préfecture et l'hôtel de ville et fait face, côté place Broglie, au cercle mess de la garnison de Strasbourg. Ce n'est pas un hasard si le monument du maréchal Leclerc où est inscrit le serment de Koufra se dresse place Broglie à proximité du Palais du gouverneur militaire de Strasbourg.

Gouverneurs militaire de StrasbourgModifier

Gouverneurs de StrasbourgModifier

Lieutenant de roi faisant fonctions de gouverneurModifier

  • De 1789 à 1791 : Maréchal de camp Baron de Klinglin.

Généraux commandant la 5e division militaireModifier

Général commandant de la ville et citadelle de StrasbourgModifier

  • De 1793 à 1794 : Général Dieche.

Généraux commandant la 5e division militaireModifier

Général commandant supérieur de la ville de StrasbourgModifier

Gouverneurs de la 5e division militaireModifier

Général commandant supérieur de la 5e division militaireModifier

Gouverneurs de la 5e division militaireModifier

Généraux commandant la 5e division militaireModifier

Généraux commandant la 4e division militaireModifier

Généraux commandant la 6e division militaireModifier

Général de division commandant la 4e ArméeModifier

Généraux de division gouverneurs militaires de StrasbourgModifier

Généraux gouverneurs militaires de StrasbourgModifier

  • De 1979 à 1980 : général Vanbremeersch.
  • De 1980 à 1983 : général de Barry.
  • De 1983 à 1987 : général de Llamby.
  • De 1987 à 1990 : général Fennebresque.
  • De 1990 à 1990 : général Cot.
  • De 1990 à 1991 : général Fietier.
  • De 1991 à 1992 : général de Germay.
  • De 1992 à 1994 : général Therenty.
  • De 1994 à 1996 : général Alefsen de Boisredon d'Assier.
  • De 1996 à 1998 : général Keller.
  • De 1998 à 1999 : général Kolb.
  • De 1999 à 2001 : général Richard.
  • De 2001 à 2003 : général Chinouilh.
  • De 2003 à 2005 : général Dorange.
  • De 2005 à 2007 : général Daehn.
  • De 2007 à 2009 : général Dexter.
  • De 2009 à 2010 : général Huguet.
  • De 2010 à 2012 : général Martin Klotz.
  • De 2012 à 2014 : général Éric Hautecloque-Raysz.
  • De 2014 à 2016 : général Jean-François Lafont-Rapnouil[2].
  • De 2016 à 2018 : général Nicolas Casanova.
  • au  : général Marc Ollier.
  • Depuis le  : général Vincent Giraud[3].

Vues du palaisModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Le style et l'écriture des plans et élévations conservées aux Archives de Munich, permettent d'attribuer ces dessins à J. Massol », Jean-Daniel Ludmann, « L'architecture à Strasbourg sous Louis XV », Cahier alsaciens d'Archéologie, d'Art et d'Histoire, Strasbourg, Société pour la conservation des monuments historiques d'Alsace, Tome XXIV, 1981
  2. « Mesures diverses d'ordre individuel du mercredi 14 mai 2014 », sur defense.gouv.fr (consulté le 27 janvier 2015)
  3. Décret du 15 juin 2020 portant affectations d'officiers généraux.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :