Ouvrir le menu principal

Alexandre François Bruneteau de Sainte Suzanne

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bruneteau et Sainte-Suzanne.
Alexandre François
Bruneteau de Sainte Suzanne
Naissance
Poivres
Décès
Laon, France
Profession
Conjoint
Marie Antoinette Joséphine Röttlin
( † - Paris)
Famille
Alexandrine Clémentine Joséphine

Alexandre François Bruneteau de Sainte Suzanne ( - Poivres) est un homme politique français du Premier Empire.

BiographieModifier

Carrière militaireModifier

Bruneteau entra en à l'École militaire de Brienne et en 1782 à celle de La Flèche.

Officier de santé au 2e d'artillerie légère le , chirurgien de 1re classe le 21 frimaire an IX, il fut nommé sous-préfet de Saint-Hippolyte (Doubs) le .

Carrière parlementaireModifier

Membre de la Légion d'honneur le 25 prairial an XII, il est élu le 29 thermidor suivant, par le Sénat conservateur, député du Doubs au Corps législatif.

Conseiller d'État en service extraordinaire, il fut chargé en cette qualité d'exposer devant le Corps législatif la situation de la France, et de défendre les titres XV et XVIII du 3e livre du projet de Code civil.

Il se démit de ses fonctions de sous-préfet le , sortit du Corps législatif en 1806, et fut nommé alors préfet de l'Ardèche (), puis préfet du département de la Sarre ().

L'Empereur le créa baron de l'Empire () et officier de la Légion d'honneur (1813).

Destitué à la première Restauration (), réintégré comme préfet du Tarn aux Cent-Jours, il fut de nouveau révoqué à la seconde Restauration, et demanda une pension de retraite. On lui objecta qu'il n'avait ni l'âge ni le temps d service requis pour y avoir droit ; il produisit alors des certificats d'infirmité « contractées pendant le service » et notamment se plaignit « d'hémorroïdes produites par sa vie sédentaire et une trop grande application au travail ». L'affaire était encore pendante lorsqu’il sollicita () ; cette demande fit écarter la pension de retraite, et on le lui accorda qu'un secours de 3 000 francs.

M. de Sainte-Suzanne ne rentra dans l'administration qu'après la révolution de Juillet comme préfet de l'Aisne () ; mais sa santé ne lui permit pas de continuer ses fonctions et il fut remplacé le 14 juillet suivant.

Le gouvernement de Louis-Philippe Ier lui accorda le titre de conseiller d'État honoraire et l'admit à la retraite comme préfet le .

Vie familialeModifier

Issu d'une famille de petite noblesse champenoise, il est le fils de Louis Gilles de Bruneteau de Sainte Suzanne et Françoise de La Mothe d'Haucourt. Sa fratrie se compose de :

Il se marie avec Marie Antoinette Joséphine Röttlin ( † - Paris). Ils eurent ensemble une fille, Alexandrine Clémentine Joséphine (née le ), qui se maria en 1822 avec Maurice de Boyer ( † - Strasbourg), Officier au corps d'État-major, Chevalier de la Légion d'honneur. Le petit-fils qu'ils lui donnèrent, Charles Victor Émile de Boyer[1] (né le ), Sous-préfet de Cambrai (1864), fut autorisé par décret[2] du [3] à changer son nom en « Boyer de Sainte-Suzanne », 2e baron de Sainte-Suzanne (il fut confirmé dans le titre de baron de son grand-père maternel par décret impérial du ). En secondes noces, Alexandrine épouse Jean Alexandre Romain Fortuné, baron de Bry, Préfet de la Côte d'Or (1851-1865), Officier de la Légion d'honneur (1854).

DécorationsModifier

TitresModifier

FonctionsModifier

Pensions, rentesModifier

  • On lui accorda « un secours de 3 000 francs pour ses infirmités contractées pendant le service ».

ArmoiriesModifier

Figure Blasonnement
Armes du baron Bruneteau de Sainte Suzanne et de l'Empire

Écartelé ; au premier et quatrième d'azur au lion d'or, flanqué de deux colonnes d'argent et surmonté au deuxième point d'une étoile du même ; au deuxième des Barons Préfets ; au troisième d'argent au loup ravissant, tenant dans ses pattes une palme ; le tout de sable ; pour livrées : les couleurs de l'écu.[4].

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Auteur de L'administration sous l'Ancien Régime, Paris, Librairie administrative de Paul Dupont, 1865, 611 pages, p. 535-537
  2. (Bull. 18 54)
  3. Source : Dictionnaire des Familles qui ont fait modifier leurs noms entre 1803 et 1865
  4. BB/29/968 page 427. Titre de baron, accordé par décret du 30 juin 1811, à Alexandre, François Bruneteau de Sainte-Suzanne. Les Tuileries ( 19 janvier 1812).