Pétiole

Élément d'une feuille
Schéma représentatif de l'anatomie d'une plante. 1. Appareil caulinaire (5 : limbe, 7 : bourgeon axillaire, 8 : pétiole). 2. Appareil racinaire.

En botanique, un pétiole (prononcé [pe.sjɔl] du latin petiolus, « petit pied », issu de pes, pedis « pied », l'agronome romain Columelle adoptant ce terme au Ier siècle pour désigner la « queue des fruits ou des feuilles », d'où il a été repris par les botanistes) désigne la pièce foliaire, reliant le limbe à la tige. Le pétiole qui a la même structure interne qu'une tige, est composé d'un faisceau de vaisseaux conducteurs. Équivalent du pédoncule pour le fruit, il a pour rôle de distribuer la sève brute dans les feuilles, usines photosynthétiques qui produisent la sève élaborée (acides aminés, sucres, glycogène stabilisateur) qui est redistribuée dans les autres parties de la plante par ce même conduit.

DescriptionModifier

Mode d'insertionModifier

Le mode d'insertion de la feuille sur la tige est très variable[1] :

ParticularitésModifier

 
Si l'on touche, même très légèrement, la feuille de Sensitive, la réaction thigmonastique se produit aussitôt : abaissement du pétiole principal et, par propagation rapide du stimulus, rapprochement et affaissement des pétiolules entraînant le relèvement des folioles. Il pourrait s'agir d'un camouflage destiné à tromper les herbivores[2].

La base du pétiole peut porter des appendices foliacés, expansions appelées stipules.

Chez une feuille composée, le pétiolule désigne l'axe portant le limbe de chaque foliole.

Lorsque le pétiole est élargi jusqu'à remplacer la feuille dans sa fonction, les botanistes parlent de phyllode.

Certains pétioles peuvent avoir une taille importante par rapport au limbe ; cette taille peut être encore amplifiée par culture lorsque le pétiole a un intérêt culinaire ou économique (bette, cardon, céleri, rhubarbe…). Dans ce cas, le pétiole prend souvent un nom spécifique d'usage (carde, branche, côte…).

Chez certaines plantes, le pétiole possède des fonctions spécifiques :

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Jean-Claude Rameau, Dominique Mansion, Gérard Dumé, Flore forestière française. Plaines et collines, Forêt privée française, , p. 231
  2. François Couplan, Les plantes. 70 clés pour comprendre, éditions Quæ, (lire en ligne), p. 145.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier