Jean-Claude Rameau

botaniste français

Jean-Claude Rameau est un botaniste français né le à Chaumont (Haute-Marne) et décédé le (à 62 ans) dans le massif du Mercantour-Argentera. Ses travaux portent principalement sur la phytosociologie et les écosystèmes forestiers.

Jean-Claude Rameau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Jeunesse et formationModifier

Jean-Claude Rameau est le fils de Marie Rameau, employée de cuisine, et de père inconnu. Même si sa mère n'accepta jamais de parler à son fils de son père, le jeune Jean-Claude souffrit d'être railler en tant que « fils de boche ». Il passe son enfance et son adolescence dans sa ville natale. Il est principalement élevé par ses grands-parents maternels. Son grand-père, conducteur de locomotive affecté au dépôt de Chaumont, étant membre d'une société horticole, lui fait découvrir la nature et les plantes. Sa mère devenue vendeuse dans une papeterie, ne peut lui payer des études pour devenir pharmacien comme il l'aurait souhaité. Il passe le concours de l’École normale d'instituteurs de Chaumont qui lui garantie le financement de ses études. Il commence très tôt à fréquenter Françoise, préparatrice en pharmacie qui deviendra sa future femme[1].

CarrièreModifier

Diplômé à 19 ans, il commence sa carrière professionnelle comme instituteur dans le département de la Haute-Marne, que quelques jours, bénéficiant tout de suite d'une autorisation de poursuivre ses études à la faculté de Dijon, tout en étant professeur de sciences naturelles et d'allemand au collège de Bourmont (Haute-Marne) de 1962 à 1965. Puis il est nommé au collège à Chaumont de 1965 à 1969 et engage en parallèle à cette date une démarche de chercheur[2]. Il collabore au laboratoire de taxonomie expérimentale et de phytosociologie de la faculté de Besançon et soutient sa thèse de troisième cycle en 1973 : « Étude phytosociologique des groupements forestiers des plateaux calcaires du sud-est du Bassin parisien et de la Bourgogne[3] ».

Convaincu de l'importance d'une pédagogie des sciences de l'environnement[4], il commence par produire des documents destinés à l'enseignement primaire et secondaire[5] et finit par intervenir dans de grandes écoles comme Polytechnique[6].

Professeur de botanique forestière à l'École nationale du génie rural, des eaux et des forêts de Nancy à partir de 1983, il obtient en 1987 à Besançon le titre de Docteur en biologie et physiologie végétales pour sa thèse d'État « Contribution phytoécologique et dynamique à l'étude des écosystèmes forestiers : applications aux forêts du nord-est de la France »[7].

Jean-Claude Rameau n'a de cesse de rapprocher l’approche scientifique de la phytoécologie forestière, la conservation des espèces et des habitats et la gestion forestière[8],[9].

 
Écogramme de Rameau

Pour caractériser la notion de bioindicateurs, il vulgarise en France l'usage des écogrammes, diagrammes représentant les plages d’acidité et d’humidité du sol acceptées par une plante.

Il dirige l'adaptation pour la France de la typologie Corine Biotopes.

Il est l'auteur avec Dominique Mansion et Gérard Dume de la Flore forestière française, ouvrage en trois volumes qui paraissent en 1989 (Plaines et collines), 1993 (Montagnes) et 2008 (Région méditerranéenne).

Après les tempêtes de décembre 1999 qui renversent une grande partie de la forêt française, il appelle pour la reconstitution de celle-ci à saisir l'opportunité de mieux prendre en compte les dynamiques naturelles pour une forêt plus diverse et plus résiliente[10].

Il co-signe en 2001 le « Prodrome des végétations de France » qui recense et classifie l'ensemble des unités de végétation du territoire français européen. Son nom y est associé en tant qu'auteur à de nombreuses alliances et sous-alliances[11].

Son œuvre pour la connaissance des dynamiques forestières et pour l'intégration de la biodiversité dans la gestion forestière contribue à inspirer la création en novembre 2019 du Parc national de forêts, entre Bourgogne et Champagne[12],[13],[14].

Ouvrages publiésModifier

Notes et référencesModifier

  1. Christian Barthod, « Biographie de Jean-Claude Rameau », sur histoire-environnement.org, (consulté le )
  2. Jean-Marie Royer, « Un phytosociologue hors du commun », Revue forestière française, vol. LVIII, no 2,‎ , p. 100-103 (lire en ligne)
  3. Alain Chiffaut, « Jean-Claude Rameau (1943-2005) Enseignant et phyto-écologue », Revue scientifique Bourgogne-Nature, no 3,‎ (lire en ligne)
  4. Frédéric Mortier, « Infatigable Jean-Claude Rameau », Revue forestière française, vol. LVIII, no 2,‎ , p. 115-118 (lire en ligne)
  5. Centre départemental de documentation pédagogique de la Haute-Marne, « Bibliographie - Département de la Haute-Marne » (consulté le )
  6. Jean-Claude Rameau, « Dynamique des écosystèmes terrestres », La jaune et la rouge, Association des anciens élèves et diplômés de l'École polytechnique,‎ (lire en ligne)
  7. Jean-Claude Rameau (Thèse de Doctorat d’État ès sciences naturelles), Contribution phytoécologique et dynamique à l'étude des écosystèmes forestiers : applications aux forêts du Nord-Est de la France, (présentation en ligne)
  8. Damien Marage et Jean-Claude Gégout (avant-propos), « La phytosociologie face aux défis de la connaissance et de la gestion durable des espaces naturels : hommage au Professeur Jean-Claude Rameau », Revue forestière française, no LXII,‎ , p. 213-216 (ISSN 1951-6827 et 0035-2829, DOI 10.4267/2042/38934, lire en ligne, consulté le )
  9. Gérard Dumé, « La passion de transmettre la géobotanique », Revue forestière française, vol. LVIII, no 2,‎ , p. 104-106 (lire en ligne)
  10. Pierre Bonnaire, « La tempête dans le vert forestier », Mémoires de l'Académie d'Orléans : agriculture, sciences, belles-lettres et arts, sixième, t. 11,‎ , p. 57-79 (lire en ligne)
  11. Jacques Bardat, Frédéric Bioret, Vincent Boullet, Michel Botineau, René Delpech, J.-M. Géhu, Jacques Haury, Alain Lacoste, Jean-Claude Rameau, Georges Roux, J.-M. Royer et Jean Touffet, Prodrome des végétations de France, coll. « Patrimoines Naturels » (no 61), (lire en ligne)
  12. Pascal Barrand (photogr. Michel Joly), « De la forêt et des hommes : Quel parc pour demain ? », Voyages, patrimoines, art de vivre en Bourgogne (Bourgogne Magazine), Fontaine-lès-Dijon, Studio.Mag, no 49,‎ , p. 38-41 (lire en ligne, consulté le )
  13. Parc national de forêts, Charte du Parc national de forêts Livret 1 : Ambitions et défis du Parc national des forêts, , 45 p. (lire en ligne), chap. 1 (« Les ambitions du Parc national »), p. 8
  14. GIP du futur parc national des forêts de Champagne et Bourgogne, Rapport de présentation indiquant l'objet et les motifs de la création du Parc national, , 41 p. (lire en ligne), p. 20

Liens externesModifier