Ouvrir le menu principal
Pièces foliaires du vulpin dont la gaine foliaire

La gaine foliaire désigne la pièce foliaire correspondant à la partie proximale d'une feuille qui embrasse la tige d'une plante. La base foliaire est l'association gaine foliaire/ligule.

Sommaire

OrigineModifier

Origine étymologiqueModifier

Le terme gaine apparaît au XIIIe siècle, il est issu du latin classique vagina (« fourreau d’une arme, étui »), prononcé wagina en latin populaire puis gwavina et gavina (influence germanique)[1]. Sa signification de fourreau se retrouve dans le verbe dégainer ou les différents sens de gaine, notamment son sens botanique repéré en 1704 dans le dictionnaire de Trévoux (la gaine constitue un fourreau pour la tige). L'origine latine du mot se retrouve aussi dans les pousses stériles « intra et extra vaginales » des graminées.

Origine évolutiveModifier

La gaine a deux origines évolutives[2] :

  • pétiole dont la base se dilate et se prolonge de manière à entourer la tige
  • stipules se soudant de manière à embrasser la tige

Elle a pour fonction notamment de protéger des agressions (pluie, broutage) les bourgeons axillaires ou la pousse (gaine coriace des bambous).tghgg

CaractéristiquesModifier

La gaine foliaire peut être glabre ou pileuse. Lorsqu'elle embrasse complètement la circonférence de la tige, elle est dite amplexicaule, lorsqu'elle n'entoure que la moitié de la circonférence, elle est dite semi-amplexicaule.

 
Bulbe d'oignon formé de gaines tuniquées.
 
Gaine foliaire très développée de Bupleurum rotundifolium.
 
Ochréa sur une tige de renouée persicaire.

Différentes formes de gaines foliairesModifier

Chez les monocotylédones, une surévolution simplificatrice réduit la feuille en un pétiole aplati (faux limbe avec par conséquent une nervation paralléninerve)[3] tandis que la gaine suit différentes voies évolutives :

  • gaine formant un étui ouvert, fendu longitudinalement (Poaceae chez qui l'apex de la gaine se différencie souvent en une ligule, expansion membraneuse qui peut se réduire à un bourrelet ou une frange de poils).
  • gaine formant un tube fermé embrassant une partie de l'entre-nœud, sans ligule (poireau, Cyperaceae)
  • gaines s'emboîtant les unes dans les autres et formant chacune un anneau sur les bulbes tuniqués[4] (exemple : Amaryllidaceae, Alliaceae, Hyacinthaceae, Liliaceae)
  • hypertrophie de la gaine qui simule un faux pétiole, parallèlement le pétiole devient galbé et simule une fausse feuille (spathe des Arums, des palmiers ou du Narcissus ).
  • développement de longues fibres longitudinales et de tissus fortement turgescents dans les gaines (stipe du bananier constitué de ce type de gaines, gaines coriaces à la pubescence soyeuse des bambous).
  • gaines transitoires pointues protégeant la première pousse et la première racine lors de la germination des monocotylédones : respectivement le coléoptile et coléorhize (l'étymologie grecque coleos, fourreau, rappelle celle du latin vagina)

Chez les dicotylédones, la gaine peut être :

Notes et référencesModifier

  1. Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, 3 vol., 3e éd. enrichie, Le Robert, 2006
  2. Bernard 2 Avis Boullard, Dictionnaire : Plantes et Champignons, Estem, , 875 p. (lire en ligne), p. 355
  3. Frédéric Dupont, Jean-Louis Guignard, Botanique : systématique moléculaire, Elsevier Masson, , 285 p. (lire en ligne), p. 89
  4. Ces bulbes se différencient des bulbes écailleux, l'insertion des écailles sur le plateau de ce type de bulbe se limite à un croissant et pas une couronne.

Voir aussiModifier