Oris-en-Rattier

commune française du département de l'Isère

Oris-en-Rattier
Oris-en-Rattier
Oris-en-Rattier.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Intercommunalité Communauté de communes de la Matheysine
Maire
Mandat
Alain Luc
2020-2026
Code postal 38350
Code commune 38283
Démographie
Gentilé Orichons
Population
municipale
112 hab. (2018 en diminution de 1,75 % par rapport à 2013)
Densité 5,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 55′ 19″ nord, 5° 52′ 14″ est
Altitude Min. 768 m
Max. 2 606 m
Superficie 18,83 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Matheysine-Trièves
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Oris-en-Rattier
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Oris-en-Rattier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Oris-en-Rattier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Oris-en-Rattier

Oris-en-Rattier est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

ToponymieModifier

« ORIS-EN-RATTIER: «AURIES» au XIe siècle, «AURIAS» et «AURHS» au XIVe siècle, «AURIS- EN-RATIER» au XVIIe siècle. La racine «AUR» ou «OR», d'origine pré-indo-européenne, évoque «un lieu retiré, écarté, solitaire sauvage». Mais «ORIS» ou «AURIS» peut également être relié au patois «AURIOU» qui signifie «à l'abri du vent et du froid». La commune est en effet exposée à «AURIOU» (flanc de montagne exposé au couchant et protégé des vents du nord). L'étymologie peut également évoquer un filon aurifère dont l'exploitation aurait été tentée par les Romains. »

— André Plank, L'origine des noms des communes du département de l'Isère, Artès, 1995, p.81

GéographieModifier

Oris-en-Rattier est située dans la vallée de la Roizonne (affluent rive droite de la Bonne) et sur le flanc ouest du massif du Coiro-Taillefer.

Le pays de la Roizonne, c'est avant tout un petit territoire d’une grande diversité de paysages entre les Alpes du Nord et les Alpes du Sud, entre La Mure et L’Alpe-du-Grand-Serre. Un dénivelé de 2 265 m sépare le sommet du Taillefer qui culmine à 2 857 m d'altitude, du point le plus bas, le confluent de la Nantette et de la Bonne à 592 m. Des altitudes et des expositions très contrastées, des zones arides et des zones humides créent une biodiversité d’une très grande richesse.

Les hameauxModifier

  • la Ville
  • les Pras
  • les Eyverras
  • la Rochette

Communes limitrophesModifier

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Oris-en-Rattier est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

HistoireModifier

Jusqu'en 1789, Oris fit partie du mandement et châtellenie de Ratier, fief des Alleman de Valbonnais.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
septembre 1980 mars 2001 Albert Moisand    
mars 2001 mars 2008 Rose-Aimée Vigne    
mars 2008 En cours Alain Luc   retraité
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7].

En 2018, la commune comptait 112 habitants[Note 2], en diminution de 1,75 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
292221403416302347336325331
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
312342319295308281295275265
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
261291207178162160155135105
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
79644863748395111111
2018 - - - - - - - -
112--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monumentsModifier

 
L'église.

Monument aux mortsModifier

  • Brun
    • Jean Baptiste Théophile † 28/06/1916 Thiaumont (Meuse)
  • Clavel
    • Eugène Augustin † 06/02/1916 Fleury (Meuse)
    • François Séraphin † 17/09/1914 Haut-Jacques (Vosges)
  • Moisand
    • Aimé Pierre † 16/04/1917 Neuville (Aisne)
    • Émile Joseph † 22/08/1914 Ham (Belgique)
    • Paul Joseph † 25/08/1914 Étival (Vosges)
    • Alfred Augustin † 04/10/1914 Toul (Meurthe-et-Moselle)
  • Moutin
    • Auguste Némorin † 31/07/1918 Mont-sans-Nom (Meuse)
    • Cyrille Jules † 07/03/1918 Grenoble (Isère)
    • Emanuel Regis † 01/11/1914 Tête-du-Violu (Vosges)
    • Pierre Alphonse † 27/04/1915 (Haut-Rhin)
  • Petit
    • Antonin Auguste † 12/06/1916 Verdun (Meuse)

Aimé, Émile et Paul Moisand étaient frères. Seul le quatrième et plus jeune des frères, Justin, mobilisé en 1914, survécut à la Grande Guerre.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Pierre Clavel (1773 - 1843), général de la Grande Armée en 1813, commandeur de la Légion d'honneur en 1834.
  • Jean Pierre Augustin Petit (1882 - 1967), officier au 2e régiment de tirailleurs algériens (2e RTA) en 1914-18 (7 citations et 5 blessures), puis chef de bataillon au 31e régiment d'infanterie en 1928. Chevalier de la Légion d'honneur en 1916, commandeur de la Légion d'Honneur en 1960. Croix de guerre 1914-1918 avec 1 palme, 1 étoile de vermeil, 3 étoiles d'argent et 1 étoile de bronze. Une de ses citations en le décrit comme un « commandant de compagnie d'une bravoure et d'un sang froid exceptionnels »[11].
  • Étienne Grappe : né le à Oris-en-Rattier. Mobilisé en 1914 comme caporal au 105e régiment d'infanterie territorial il est nommé sous-lieutenant en au 103e régiment d'infanterie. Il est cité à l'ordre de la division en 1917. Ses Carnets de guerre 1914-1919 ont été publiés aux éditions L'Harmattan.
  • Georges Rizet (1914 - 2005), généticien, est l’un des fondateurs de l’enseignement universitaire de la génétique en France.

BibliographieModifier

  • Danièle Vuarchex, Roizonne, histoire illustrée de la vallée du mandatement de Rattier éd. auteur 2013

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  10. « Les labels patrimoine en Isère », sur isere-patrimoine.fr, Conseil Général de l'Isère (consulté le 4 août 2014).
  11. Biographie du commandant Jean Pierre Augustin_Petit