Ouvrir le menu principal

Pierre Billard (journaliste)

journaliste français, critique et historien du cinéma
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre Billard.
Pierre Billard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Pierre Billard, né le à Dieppe et mort le à Paris[1], est un journaliste français, critique et historien du cinéma.

Sommaire

ParcoursModifier

Né à Dieppe, Pierre Billard s'inscrit en classe de philosophie sous l'Occupation, suivant notamment les cours du philosophe et résistant Valentin Feldman, ils deviendront proches et l'enseignement de Feldman le marque durablement. Il part ensuite étudier à la Sorbonne, avant de se spécialiser dans le cinéma.

Il fait partie de la Résistance[2].

Président de la Fédération française des ciné-clubs à partir de 1952, il crée en 1954 la revue Cinéma, dont il est le rédacteur en chef de Cinéma 54 à Cinéma 67. Après avoir travaillé comme journaliste et critique de cinéma aux Nouvelles littéraires, à Candide et à L'Express il est l'un des cofondateurs de l'hebdomadaire Le Point dont il dirige les pages culturelles jusqu'en 1987. Au début des années 1980, il a également été rédacteur en chef de l'hebdomadaire professionnel Le Film français.

Il a enseigné l'histoire du cinéma à l'Institut d'études politiques de Paris[3] et publié plusieurs livres notamment Louis Malle, le rebelle solitaire. Il est le père du journaliste et historien de cinéma, Jean-Michel Frodon[4].

En 1995, il publie son livre, L’Âge classique du cinéma français, conjointement avec celui de son fils Jean-Michel, L'Âge moderne du cinéma français[4]. Cet ouvrage qui aborde le cinéma français à partir de 1928, soit l'avènement du cinéma parlant, jusqu'en 1959, peut être considéré comme un « outil de référence » sur cette période. Il y fait œuvre « d'historien », cherchant à montrer avec neutralité et sans aborder le point de vue critique, les influences de l'économie, de la politique ou de la culture sur le cinéma français[4]. Les Inrockuptibles jugent « passionnante » la partie qui touche aux premiers films parlants, notant que l'auteur est plus réservé sur ce qui concerne le cinéma français des années 1950[4]. Il traite particulièrement de René Clair et de Jean Renoir[4].

La Bibliothèque du film dispose d'un fonds d'archives Pierre et Ginette Billard, constitué par les documents ayant été utilisés dans le cadre de la rédaction de la biographie Louis Malle, le rebelle solitaire. Il s'agit de dossiers par film, 48 dossiers dans 8 boîtes.

PublicationsModifier

  • Vamps, L'Art du Siècle, 1958
  • Jean Grémillon, Anthologie du cinéma, 1966
  • L'Âge classique du cinéma français, Flammarion, 1995 ; Prix René-Clair 1995
  • D'or et de palmes, le Festival de Cannes, coll. « Découvertes Gallimard / Arts » (no 314), Gallimard, 1997
  • Le Mystère René Clair, Plon, 1998
  • Astérix & Obélix contre César, l'histoire d'un film, Paris, Plon, 1999
  • Louis Malle, le rebelle solitaire, Plon, 2003 ; Prix Goncourt de la biographie 2003
  • André Gide et Marc Allégret, le roman secret, Plon, 2006

Notes et référencesModifier

  1. Jacques Mandelbaum, « Pierre Billard, critique et historien du cinéma, est mort », sur Le Monde, 11 novembre 2016.
  2. Voir, Jacques Mandelbaum. Pierre Billard, critique et historien du cinéma est mort. Le Monde, 11 novembre 2016.
  3. Pierre Billard et Louis Chevalier, Cinéma et civilisation, éditions Les Cours de droit, 1968
  4. a b c d et e Serge Kaganski, « L'Âge classique du cinéma français », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier