Ouvrir le menu principal
Opération Koltso

Informations générales
Date 10 janvier - 2 février 1943
Lieu Stalingrad, URSS
Issue Victoire soviétique
Belligérants
Drapeau de l'URSS Union soviétiqueDrapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Drapeau de la Roumanie Royaume de Roumanie
Commandants
Drapeau de l'URSSConstantin RokossovskiDrapeau de l'Allemagne Friedrich Paulus

Seconde Guerre mondiale

Batailles

Front de l’Est
Prémices :

Guerre Germano-soviétique :

  • 1941 : L'invasion de l'URSS

Front Nord :

Front Central :

Front Sud :

  • 1941-1942 : La contre-offensive soviétique

Front Nord :

Front Central :

Front Sud :

  • 1942-1943 : De Fall Blau à 3e Kharkov

Front Nord :

Front Central :

Front Sud :

  • 1943-1944 : Libération de l'Ukraine et de la Biélorussie

Front Central :

Front Sud :

  • 1944-45 : Campagnes d'Europe centrale et d'Allemagne

Allemagne :

Front Nord et Finlande :

Europe orientale :


Front d’Europe de l’Ouest


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l’Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

L'opération Koltso (en russe : Операция Кольцо, opération anneau) est une opération militaire soviétique durant la Seconde Guerre mondiale qui eut lieu du 10 janvier au 2 février 1943. Il s'agit de la dernière phase de la bataille de Stalingrad, qui voit la reconquête de Stalingrad par les troupes soviétiques du front du Don du général Rokossovki et qui aboutit le 31 janvier 1943 à la capitulation de la 6e Armée du maréchal Paulus qui y était assiégée depuis le 23 novembre 1942 (les dernière unités allemandes déposeront les armes le 2 février 1943).

ContexteModifier

Fin Novembre 1942, après d'âpres combats qui leur ont permis de conquérir 90 % de Stalingrad, les forces de l'Axe sont encerclées dans une poche entre le Don et la Volga par une offensive soviétique : l'Opération Uranus. Une tentative de dégagement est montée en décembre 1942 : l'Opération Wintergewitter mais celle-ci échoue à une cinquantaine de kilomètres de l'objectif. Hitler et l'état major allemand décident de garder les 250 000 hommes de la 6e Armée dans la ville, tant pour des raisons psychologiques que stratégiques car cette poche fixe un grand nombre d'unités soviétiques qui pourraient être utilisées pour couper la retraite des troupes allemandes engagées dans le Caucase qui cherchent à rejoindre Rostov.

Le 10 janvier 1943, le front du Don est chargé de supprimer la poche de Stalingrad, c'est l'opération Koltso.

DéroulementModifier

L'offensive commence le 10 janvier 1943, après qu'une offre de reddition ait été refusée le 8 janvier. Durant les 3 premiers jours de l'opération, les Soviétiques perdent 26 000 hommes (tués, blessés ou disparus) et la moité de leurs chars.

Le 16, l'aérodrome de Pitomik, principale voie d'approvisionnement allemande, est pris.

Le 17, la moitié ouest de la poche est conquise et les Russes font une pause de quelques jours pour redéployer leurs forces en vue de la prochaine phase de l'offensive.

Les combats reprennent le 20 et le 21 janvier et les Russes atteignent Stalingrad.

Le 22, ils prennent l'aérodrome de Gumrak, puis l'école d'aviation le 23 mettant définitivement fin au ravitaillement aérien et à l'évacuation des blessés. Paulus demande à Hitler l'autorisation de se rendre mais ne reçoit aucune réponse.

Le 26, les troupes soviétiques prennent le Kourgane Mamaïev, point dominant de la ville, où ils font leur jonction avec la 62e armée qui était isolée dans la ville par les Allemands depuis le mois de septembre.

Les Allemands isolés dans 2 poches résisteront encore une semaine.

Dans la poche sud les combats continuent jusqu'au 31 janvier, jour de la capture du général Paulus dans son QG du magasin Univermag, il avait été fait maréchal la veille par Hitler pour l'inciter au suicide plutôt qu'à la reddition.

La poche nord, centrée sur l'usine de tracteurs Djerzinski, résistera jusqu'au 2 février, jour de la reddition du général Strecker.

Ceci marque la fin de l'opération Koltso et de la bataille de Stalingrad, bien que quelques actes de résistance isolés soient encore enregistrés jusqu'au 5 mars 1943.

RéférencesModifier

Articles connexesModifier