Ouvrir le menu principal

62e armée (Union soviétique)

62e armée soviétique
Création juillet 1942
Dissolution avril 1943
Pays Drapeau de l'URSS Union soviétique
Allégeance Red Army flag.svg Armée rouge
Type Armée de terre
Guerres Grande Guerre patriotique
Batailles Bataille de Stalingrad
Commandant historique Vassili Tchouïkov

La 62e armée était une unité de l'armée rouge durant la Grande Guerre patriotique.

HistoriqueModifier

Créée le à partir de la 7e Armée de réserve, elle fait partie du front de Stalingrad chargé d'empêcher la VIe armée allemande d'atteindre Stalingrad. D'abord commandée par Kolpaktchi puis Lopatine, elle supporte le gros de l'offensive allemande et elle est régulièrement battue pendant l'été avant de se trouver enfermée dans Stalingrad au début du mois de septembre. Elle s'illustrera dans la défense de la ville sous le commandement de Vassili Tchouïkov et sera promue au titre de 8e armée de la garde le .

Ordre de batailleModifier

Bataille de la boucle du DonModifier

  • 33e Division d'infanterie de la Garde (colonel F.A. Afanassiev puis colonel A. Utvenko à partir du ) retirée de l'ordre de bataille le .
  • 147e Division d'infanterie (major général Volchin) retirée de l'ordre de bataille le .
  • 181e Division d'infanterie (major général Novikov) retirée de l'ordre de bataille le .
  • 184e Division d'infanterie (colonel Samuil Koyda - ou Koida -) retirée de l'ordre de bataille le .
  • 192e Division d'infanterie (colonel Zakharchenko, puis lieutenant colonel Talanchev puis colonel Zhuravlev) retirée de l'ordre de bataille le .
  • 196e Division d'infanterie (lieutenant-colonel Averin puis colonel Ivanov) retirée de l'ordre de bataille le .
  • 98e division d'infanterie (général Barinov)[1]
  • 13e corps blindé[2]
    • 644e Bataillon blindé indépendant
    • 645e Bataillon blindé indépendant
    • 648e Bataillon blindé indépendant
    • 649e Bataillon blindé indépendant
    • 650e Bataillon blindé indépendant
    • 651e Bataillon blindé indépendant
  • 40e brigade de blindée.


  • 121e Brigade blindée
  • 10 régiments d'artillerie & 1 régiment de katiouchas
    • 508e régiment d'artillerie légère
    • 555e régiment d'artillerie légère
    • 614e régiment d'artillerie légère
    • 652e régiment d'artillerie légère
    • 881e régiment d'artillerie
    • 1103e régiment d'artillerie
    • 1105e régiment d'artillerie
    • 1158e régiment d'artillerie
    • 1183e régiment d'artillerie
    • 1185e régiment d'artillerie
    • 1186e régiment d'artillerie


  • 4 régiments de l’école des cadets
    • 84e régiment d'infanterie de la Garde
    • 88e régiment d'infanterie de la Garde
    • 783e régiment d'infanterie
    • 804e régiment d'infanterie

Défense de StalingradModifier

Ordre de bataille le [3].Modifier

  • 23e corps blindé (major général A.F. Popov puis colonel V.V. Kochelev à partir du ).
    • 6e brigade blindée de la garde (colonel M.K. Skouba[9] ou colonel Kritchman).
    • 189e brigade blindée (lieutenant colonel F.I. Bystrik) réorganisée en 189e régiment blindé à partir du .
    • 27e brigade blindée (major P.G. Popov puis P.F. Luchikov à partir du septembre) réorganisée en 18e régiment blindé à partir du .
    • 9e brigade d'infanterie motorisée.
  • 2e corps blindé major général A.G. Kravtchenko puis colonel V.V. Koshelev à partir du [10]
    • 99e brigade blindée (Lieutenant colonel P.S.Zhitnev puis major M.I.Gorodetski à partir du ).
    • 135e brigade blindée.
    • 137e brigade blindée.
    • 155e brigade blindée.
    • 169e brigade blindée (colonel A.P. Kodenets).
    • 254e brigade blindée.


En reformation

RenfortsModifier

Pour tenir face à la VIe armée allemande, la 62e armée est régulièrement renforcée par des passages de troupes de nuit à travers la Volga (la date donnée correspond au matin de l'arrivée). Les pertes subies dans Stalingrad sont énormes ; ces unités ne compteront pas plus de quelques centaines de survivants à la fin de la bataille.

Notes et référencesModifier

  1. Jean Lopez pp. 165-166, cette division tente de s'opposer au passage du Don par les Allemands fin août, mais ne figure pas sur l'ordre de bataille de la 62e armée début août donné par David Glantz dans To the gates of Stalingrad p. 276 elle est probablement arrivée en renfort entre-temps.
  2. David Glantz To the gates of Stalingrad p. 276 les 6 bataillons blindés indépendant figurent dans l'ordre de bataille de la 62e armée mais ne sont pas subordonnés au 13e corps blindé, peut-être s'agit-il d'une réorganisation ultérieure au 1er août.
  3. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, pp. 103-105.
  4. Officiellement la division du NKVD chargée de la défense de Stalingrad ne fait pas partie de la 62e armée ; elle suivra cependant les ordres de Tchouïkov pendant la durée du siège.
  5. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, pp. 63 & 85.
  6. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, les 200 derniers hommes de la 87e division seront versés dans la 6e brigade blindée de la Garde.
  7. Sologub, premier commandant de la 112e division, à laquelle on associe souvent son nom, a été tué le lors de la bataille de la boucle du Don.
  8. selon le wikipedia russe la 10e brigade combattant à Stalingrad est en fait la 160e brigade, une autre 10e brigade combattant dans le secteur de Touapse, dans le Caucase, au même moment
  9. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, p. 105.
  10. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, p. 76 ramené sans ses chars sur la rive orientale de la Volga, dont il assure la défense à partir du 11 septembre
  11. selon wikipedia russe, le personnel de la division, très amoindrie par les combats de la boucle du Don à la mi-août 1942, a été transféré à la 244e division. La 229e division fait cependant partie de l'ordre de bataille de la 64e puis de la 62e armée, appartenant toutes deux au Front de Stalingrad, avant d'être reformée avec des effectifs entièrement nouveaux dans la région de Moscou en octobre 1942
  12. Jean Lopez p. 212.
  13. a b c d et e David Glantz, Armageddon in Stalingrad, p. 136.
  14. Jean Lopez p. 218
  15. Jean Lopez p. 221
  16. Jean Lopez p. 224
  17. a et b Jean Lopez p. 227
  18. David Glantz, Armagedon in Stalingrad, p. 285
  19. Jean Lopez p. 261
  20. Jean Lopez p. 228

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Jean Lopez, Stalingrad : la bataille au bord du gouffre, éditions Economica, coll. « Campagnes & stratégies », , 1re éd., 460 p., broché (ISBN 978-2717856385)

Article connexeModifier