On est là ! (chant populaire)

chant populaire et militant

On est là ! est un chant populaire français entonné dans les mouvements sociaux et popularisé en 2018 lors du Mouvement des Gilets jaunes. À l'origine un hymne de supporters sportifs, il devient ensuite un air de révolte opposé à la politique du président de la République Emmanuel Macron. Il est régulièrement chanté dans les manifestations avec des paroles pouvant se décliner selon les revendications[1].

ParolesModifier

Les paroles de la chanson ont évolué au fil du temps. Il n'en existe pas de version universelle, les revendications pouvant évoluer selon les mouvements et offrant une grande diversité de paroles possibles. La version la plus courante est cependant celle-ci :

« On est là ! (bis) Même si Macron le veut pas, nous on est là ! Pour l’honneur des travailleurs et pour un monde meilleur, même si Macron le veut pas, nous on est là[2] ! »

HistoireModifier

Vidéo militante de la marche des Gilets jaunes du à Marseille, On est là ! est interprété à divers moments.

Le chant, avec des paroles différentes (« Pour l'amour du maillot, que vous portez sur le dos, même si vous l'méritez pas, nous on est là ! »), semble être à l'origine un chant de supporters de football, notamment ceux du Standard de Liège, du Racing Club de Lens et de l'Olympique de Marseille[3],[2].

En , une nouvelle version est interprétée lors d'une manifestation contre la loi travail à Lille, puis en par des manifestants opposés à la réforme ferroviaire, à la gare de Lyon Part-Dieu (« Pour l’honneur des cheminots et l’avenir de nos marmots, nous on est là ! »)[3]. Monique Pinçon-Charlot évoque le fait que Clément Dagorne (CGT Cheminots Lyon part dieu) serait l'« inventeur » de cette chanson[4]. À l'automne 2018, à l'initiative du collectif Intergare, le chant est repris dans les cortèges de gilets jaunes, avec des paroles appelant à « l’honneur des travailleurs et [à] un monde meilleur »[2]. Cette version se perpétue ensuite, aussi bien dans les rassemblements de gilets jaunes que dans les manifestations contre la réforme des retraites[5],[6].

Durant la crise de la Covid-19 et le premier confinement sanitaire de mars à mai 2020, plusieurs nouvelles variantes circulent notamment parmi les soignants en révolte contre la gestion de la crise par le gouvernement et le manque de moyens dont souffre l'hôpital public (« On est là, on est là, confinés et révoltés on n'oublie pas ! »). Cette variante est reprise par Jean-Luc Mélenchon lors d'un meeting virtuel le 17 avril 2020.[réf. nécessaire]

SignificationModifier

Dans Libération en [7], l'historienne Clyde Marlo-Plumauzille, chargée de recherche au CNRS, compare On est là ! à d'autres chants populaires célèbres de l'histoire, comme Ah ! ça ira, Le Temps des cerises, Le Chant des partisans ou l'Hymne des femmes.

Selon elle, ce chant permet de « se regrouper et d'affirmer une identité collective, quelque chose de plus grand que soi ». Elle relève aussi le « caractère enjoué » et la « tonalité positive » de la chanson, liés à son origine sportive, festive et populaire, qui « déjoue l'étiquette de « grogne sociale » souvent apposée par bien des cadrages médiatiques aux mobilisations populaires ». On est là ! serait donc l'expression d'une « lutte pour la reconnaissance de toutes celles et ceux qui sont tenus à l'écart et en deçà du jeu politique dominant et d'une aspiration ouverte à un « monde meilleur » pour réenchanter l'horizon des possibles »[7].

Anasse Kazib, militant du collectif Intergare, interrogé par un journaliste de Libération en , souligne que la référence à l'honneur des travailleurs dans la version Gilets jaunes permet de « montrer qu'il y avait une masse d'ouvriers chez les gilets jaunes qui ne sont pas d'extrême droite. Tu verras jamais l'extrême droite chanter « pour l'honneur des travailleurs » »[2].

RéférencesModifier

  1. «"On est là! On est là": d'où vient cet hymne entonné dans toutes les manifestations», BFM TV, 24 janvier 2020
  2. a b c et d «D’où vient «On est là», le chant des gilets jaunes ?», Vincent Coquaz, Libération, 13 décembre 2019
  3. a et b François Ruffin, « « On est là ! », la genèse », Fakir, no 92,‎ (lire en ligne)
  4. « Débat autour du film "A demain mon amour" - 10 mars 2022 », sur Youtube.com (consulté le )
  5. «Sur les Champs-Élysées, des ballons jaunes et des sifflets pour Macron», Le Point, 14 juillet 2019
  6. «"Même si Macron ne le veut pas, nous on est là!"», Le Matin, 6 février 2020
  7. a et b «"Même si Macron ne le veut pas, nous, on est là !"», Clyde Marlo-Plumauzille , Libération, 18 décembre 2019

BibliographieModifier

Liens externesModifier