Ouvrir le menu principal

Nouvelle naissance (christianisme)

(Redirigé depuis Nouvelle naissance)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Born Again.

Le terme nouvelle naissance (ou born again, littéralement « né de nouveau » en anglais) ou encore « régénéré » est une expression chrétienne. Il désigne un individu qui affirme avoir vécu une régénération spirituelle par le Saint-Esprit après s'être repenti de ses péchés et donc s'être réconcilié avec Dieu. Après la renaissance de son esprit, il est appelé « enfant de Dieu ». Cette expérience de conversion est un élément fondamental du christianisme évangélique.

Sommaire

UsageModifier

Son emploi le plus courant est : «un chrétien né de nouveau» [1].

OrigineModifier

L'expression fait notamment référence à un passage de la Bible, l'entretien de Jésus avec Nicodème, où Jésus explique que pour rentrer dans le Royaume de Dieu, l'homme doit renaître de l'Esprit[2].

Outre ce texte, il y a dans la Bible de nombreuses références directes ou indirectes à "la nouvelle naissance" :

La rencontre de Paul sur le chemin de Damas avec Jésus ressuscité est aussi un exemple de « nouvelle naissance »[3].

HistoireModifier

Aux XVIIIe et XIXe siècles, l'expression et le concept sont devenus une composante essentielle du christianisme évangélique[4].

PositionsModifier

CatholicismeModifier

Le terme de nouvelle naissance n'est pas employé par le catholicisme, qui identifie la régénération avec le sacrement du baptême d'eau et parle plutôt de « baptisé » [5].

AnglicanismeModifier

Dans l'anglicanisme, la nouvelle naissance a lieu avec le sacrement du baptême d'eau[6].

LuthéranismeModifier

Dans le luthéranisme, la nouvelle naissance est vue comme une expérience par laquelle le Saint-Esprit renouvelle la foi d'une personne, lors du baptême d'eau[7].

Eglises réforméesModifier

Le théologien réformé Élian Cuvillier présente la nouvelle naissance comme « une redéfinition, une réorientation de mon existence. »[8].

Christianisme évangéliqueModifier

Les chrétiens évangéliques font de la nouvelle naissance un élément fondamental de leur spiritualité et un caractère distinctif par rapport aux autres chrétiens[9],[10]. En pratique, ce terme fait référence à une conversion au christianisme lors de laquelle le croyant prend la décision de suivre Jésus[11],[12],[13]. Pour les chrétiens évangéliques, la nouvelle naissance survient donc avant le baptême d'eau[14]. Dans certains courants, notamment baptiste, il est synonyme du baptême du Saint-Esprit [15]. Dans les courants du pentecôtisme, du Mouvement charismatique évangélique et du Mouvement néo-charismatique, il s'agit d'une expérience distincte du baptême du Saint-Esprit[16],[17].

Beaucoup de chrétiens évangéliques racontent de manière émue une expérience « surnaturelle » qui les aurait profondément marqués, libérés de dépendances, et qui aurait effacé leurs péchés[18],[19].

CritiqueModifier

Certains auteurs sont restés sceptiques face à l'interprétation de la nouvelle naissance. En effet ce concept est surtout développé dans l'évangile de Jean, alors que les autres évangiles sont discrets sur le sujet[20], ce qui limite sa centralité dans la théologie chrétienne.

Notes et référencesModifier

  1. Article « born-again » anglais-français sur WordReference.com.
  2. Jn 3,3–8.
  3. Ac 9,1–28.
  4. Brian Stiller, Evangelicals Around the World: A Global Handbook for the 21st Century, Éditions Thomas Nelson, États-Unis, 2015, p. 34.
  5. John F. McHugh, The International Critical Commentary, T&T Clark, États-Unis, 2009, p. 227.
  6. Paul F. M. Zahl, The Protestant Face of Anglicanism, Wm. B. Eerdmans Publishing, États-Unis, 1998, p. 98.
  7. Carl Ferdinand Wilhelm Walther, Sermons and prayers for Reformation and Luther commemorations, Joel Baseley, États-Unis, 2008, p. 27.
  8. Élian Cuvillier, Étranges témoins de la Passion, Lyon, Olivétan, (ISBN 9782354790318), cité par Christophe Paya, Repères de théologie pratique – 3, ThEv vol. 10, n°1, 2011, pp.85-94.[1]
  9. Randall Herbert Balmer, Encyclopedia of Evangelicalism, Westminster John Knox Press, États-Unis, 2002, p. 236 .
  10. Orlando O. Espín, James B. Nickoloff, An Introductory Dictionary of Theology and Religious Studies, Liturgical Press, États-Unis, 2007, p. 425.
  11. Edward E. Hindson, Daniel R. Mitchell, The Popular Encyclopedia of Church History: The People, Places, and Events That Shaped Christianity, Harvest House Publishers, États-Unis, 2013, p. 142.
  12. Wesley Peach, Itinéraires de conversion, Les Editions Fides, Canada, 2001, p.s 56-57.
  13. Stephen J. Hamilton, “Born Again”: A Portrait and Analysis of the Doctrine of Regeneration within Evangelical Protestantism, Vandenhoeck & Ruprecht, Germany, 2017, p. 55
  14. Michael J. Meiring, Preserving Evangelical Unity: Welcoming Diversity in Non-Essentials, Wipf and Stock Publishers , États-Unis, 2009, p. 117.
  15. Walter A. Elwell, Evangelical Dictionary of Theology, Baker Academic, États-Unis, 2001, p. 138.
  16. Allan Anderson, An Introduction to Pentecostalism: Global Charismatic Christianity, Cambridge University Press, UK, 2013, p. 184 .
  17. Veli-Matti Karkkainen, The Spirit in the World: Emerging Pentecostal Theologies in Global Contexts, Wm. B. Eerdmans Publishing, États-Unis, 2009, p. 39.
  18. Patrice de Plunkett, Les évangéliques à la conquête du monde, Éditions Perrin, France, 2009, p. 134 .
  19. Sylvie St-Jacques , Journal lapresse.ca, Les évangéliques sont parmi nous, Canada, 7 décembre 2012; Haby Niakate, Magazine jeuneafrique.com, France : l’ascension des églises évangéliques, France, 27 janvier 2014 ; Farid Alilat, Magazine jeuneafrique.com, Jésus-Christ en terre d’Algérie, France, 16 mai 2005.
  20. CF. LeFevre, Williamson, ID., The Gospel anchor. Troy, États-Unis, 1832, p. 66.