Nombre remarquable

En mathématiques, certains nombres se distinguent des autres, jouent un rôle clef, ou apparaissent curieusement dans beaucoup de formules. Ces nombres, considérés comme importants, sont appelés nombres remarquables et portent un nom, qui est parfois celui d'un mathématicien, d'une figure géométrique... Certains les appellent des constantes mathématiques, bien que constante ne corresponde pas en mathématiques à une quantité ou un nombre, mais à une fonction constante. Il faut donc interpréter une constante mathématique comme un nombre particulier.

Beaucoup de nombres en mathématiques ont une signification particulière et apparaissent dans différents contextes. Par exemple, dans le théorème suivant : il existe une unique fonction holomorphe telle que

Le nombre est alors e le nombre exponentiel de un. De plus est une fonction périodique, de période , un autre nombre remarquable.

Les nombres remarquables sont typiquement des éléments du corps des nombres réels ou des complexes. En tous cas, ces nombres particuliers sont toujours définissables, et ceux existant actuellement ont une (ou plusieurs) définition rigoureuse. D'autre part, ils sont presque toujours calculables. Mais il existe des nombres remarquables pour lesquels seules des valeurs approchées grossières sont connues. Certains nombres réels remarquables, peuvent être classés en fonction de leur représentation sous forme de fraction continue.

Entiers remarquablesModifier

  • 0 : élément neutre du groupe additif Z, remarquable pour son histoire ;
  • 1 : élément neutre du monoïde multiplicatif Z, première quantité identifiée ;
  • 2 : le seul nombre premier pair ;
  • les nombres premiers ;
  • en 2019, le plus grand nombre premier connu était un nombre premier de Mersenne, 282 589 933 – 1 ;
  • le plus grand couple de nombres premiers jumeaux connu (fin 2019) est 2 996 863 034 895 × 21 290 000 ± 1 ; ils possèdent 388 342 chiffres en écriture décimale ;
  • les nombres parfaits, qui sont égaux à la somme de leurs diviseurs entiers naturels sauf eux-mêmes. On en connaît 48, dont huit inférieurs à 1021 :
    • 6 ;
    • 28 ;
    • 496 ;
    • 8 128 ;
    • 33 550 336 ;
    • 8 589 869 056 ;
    • 137 438 691 328 ;
    • 2 305 843 008 139 952 128 ;
  • le gogol, 10100 est supérieur au nombre d'atomes dans l'Univers ;
  • le nombre de Shannon, 10120, est une estimation de la complexité du jeu d'échecs ;
  • le nombre de Graham est connu pour avoir été longtemps le plus grand entier apparaissant dans une démonstration mathématique. Ses dix derniers chiffres sont 2 464 195 387.

Nombres rationnels remarquablesModifier

Nombres algébriques remarquablesModifier

  • La racine carrée de deux, est un nombre irrationnel, solution de l'équation  . C'est peut-être le premier irrationnel à avoir été mis en évidence par les Grecs ; il est égal à la longueur de la diagonale d'un carré de côté un ; il intervient dans les formules donnant les volumes du tétraèdre et de l'octaèdre ;
  •   appelé nombre i, solution de l'équation  ; à la base de la droite des imaginaires et de la définition des nombres complexes ;
  • le nombre d'or, souvent noté φ, égal à   ;
  •   fait partie des nombres irrationnels qui possèdent un développement en fraction continue périodique pur.

Nombres algébriques non constructiblesModifier

Nombres transcendantsModifier

Nombres transcendants non calculablesModifier

Nombres normauxModifier

  • Le nombre de Champernowne
0,1234567891011121314151617...

qui contient dans son développement décimal la concaténation de tous les nombres naturels, est normal en base 10 mais il ne l'est pas dans certaines autres bases.

0,2357111317192329313741...

obtenue en concaténant les nombres premiers est connue comme étant un nombre normal en base 10.

On ne sait pas si √2, π, ln(2) ou e sont normaux.

Nombres complexes remarquablesModifier

  • Selon l'hypothèse de Riemann, les zéros non triviaux de la fonction zêta de Riemann ont tous pour partie réelle 1/2. Cette conjecture constitue l'un des problèmes non résolus les plus importants des mathématiques actuelles.

Nombres réels au statut indéterminéModifier

Notes et référencesModifier

  1. Les nombres   et   sont des racines de l'équation  . Si   et   étaient algébriques, on en déduirait que   et   le sont aussi. En fait, on s'attend à ce que   et   soient tous deux transcendants mais on ne sait pas le montrer.

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier