Néville

commune française du département de la Seine-Maritime
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Neville.

Néville
Néville
Chapelle Saint-Jean-Baptiste de Pleine-Sevette.
Blason de Néville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Saint-Valery-en-Caux
Intercommunalité Côte d'Albâtre
Maire
Mandat
André-Pierre Bourdon
2014-2020
Code postal 76460
Code commune 76467
Démographie
Gentilé Névillais, Névillaises
Population
municipale
1 306 hab. (2017 en augmentation de 13,17 % par rapport à 2012)
Densité 141 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 49′ 25″ nord, 0° 42′ 28″ est
Altitude Min. 20 m
Max. 91 m
Superficie 9,23 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte administrative de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Néville
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Néville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Néville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Néville

Néville est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

GéographieModifier

ToponymieModifier

Attestation : Nevilla 1032-35. La ferme de Néel, ancien prénom normand issu du norrois, lui-même d'origine gaélique Nial et qui se perpétue dans le nom de famille Néel encore fréquent dans la Seine-Maritime et dans la Manche. Explication corroborée par le fait qu'un R. Neel tenait un fief à Néville en 1210[1].

Homonymie avec Néville-sur-Mer (Manche) le même patronyme se retrouve également dans Néhou, attesté sous la forme latinisée Nigelli Hulmus au Moyen Âge.

Le prénom anglais Nigel dérive de cette forme faussement latinisée. Les prénoms et toponymes Neville et Nevill du monde anglophone également.

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1902   Pierre Emo    
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 avril 2014[2] Jacky Héloury PS puis PCF Retraité EDF,
Conseiller général de Saint-Valery-en-Caux (2004 → 2015)
avril 2014[3],[4] En cours
(au 30 avril 2014)
André-Pierre Bourdon   Retraité EDF
Vice-président de la CC de la Côte d'Albâtre (2014 → )

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2017, la commune comptait 1 306 habitants[Note 1], en augmentation de 13,17 % par rapport à 2012 (France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6001 4501 2001 4551 5781 5861 5871 6781 651
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6261 6491 6881 5521 4211 2221 1381 2291 156
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0711 0101 008800875836752779737
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
6906795598831 1091 0901 1281 1021 238
2017 - - - - - - - -
1 306--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Martin, du XVIe siècle, abrite un orgue de 1625, de style Renaissance tardive.
  • Chapelle Saint-Jean-Baptiste-de-Pleine-Sevette, du XVIe siècle, qui accueille un retable du XVIIe siècle.
  • Château des Broussailles, construit en 1824.
  • Colombier du XVIIe siècle, à la ferme du château[9].

Personnalités liées à la communeModifier

  • François Le Camus, originaire de Louviers, il acquiert les terres de Néville en 1767, il devient intendant de Guyenne de 1785 à 1790.
  • Charles Constant Havas, (né à Pont-Audemer en 1756), curé de la paroisse jusqu'en 1792, défroqué lors de la Révolution, il est chef de cabinet de Fouché de 1803 à 1815, et oncle de Charles-Louis Havas, fondateur de l'Agence Havas en 1835.

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune de Néville se blasonnent ainsi :
palé d’or et d’azur au chef de gueules chargé de trois coquilles d’argent.[10]

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. François de Beaurepaire, Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, éditions Picard, 1979.
  2. « Les derniers vœux du maire : Jacky Héloury ne se représente pas en mars et a regretté, lors de ses vœux, qu'un de ses adjoints ne prenne pas la suite », Paris Normandie,‎ (lire en ligne).
  3. « André-Pierre Bourdon, le nouveau maire de Néville », Paris Normandie,‎ (lire en ligne).
  4. « Liste des maires élus en 2014 » [PDF], Liste des élus, Préfecture de Seine-Maritime, (consulté le 2 décembre 2015).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. Serge Rouverand (préf. Philippe Manneville), Colombiers en Seine-Maritime, Darnétal, Petit à petit, , 130 p. (ISBN 2-914401-54-X), p. 112
  10. http://www.labanquedublason2.com/lecture_fiche_commune.php3?page=f76467