Mont Faron

montagne en France

Mont Faron
Image illustrative de l’article Mont Faron
Géographie
Altitude 584 m[1]
Massif Monts toulonnais
Coordonnées 43° 08′ 58″ nord, 5° 57′ 04″ est[1]
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Ascension
Voie la plus facile route ou téléphérique
Géologie
Roches Calcaire
Géolocalisation sur la carte : Toulon
(Voir situation sur carte : Toulon)
Mont Faron
Géolocalisation sur la carte : Var
(Voir situation sur carte : Var)
Mont Faron
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Mont Faron

Le mont Faron est un sommet calcaire, faisant partie des monts toulonnais, qui culmine à 584 mètres et surplombe la ville de Toulon, dans le Var (France).

Un réseau de fortifications défensives datant des XVIIe et XVIIIe siècles est toujours visible ; il servait à la défense des accès maritimes puis terrestres au port militaire de la ville. Neuf forts veillent sur la rade : le fort Saint-Antoine, la tour de l'Ubac, la tour Beaumont, le Sanctuaire de Notre-Dame du Faron (ancienne poudrière), le retranchement de Leydet, la caserne du Centre, le fort de la Croix-Faron, l'Impluvium et le fort Faron. La tour Beaumont a été construite en 1845 pour défendre et surveiller le débouché des gorges nord du mont, elle est maintenant aménagée en musée Mémorial du Débarquement des Alliés du 15 août 1944.

Un téléphérique permet d'accéder au sommet en partant de la ville de Toulon. Le sommet, assez plat, abrite le Mémorial du débarquement en Provence (opération Anvil Dragoon) et le zoo du Mont Faron spécialisé dans l'élevage de félins.

Le sommet est également accessible par une route à une voie (la montée se fait à l'ouest et la descente par l'est de la montagne). La montée comme la descente offrent des points de vue très spectaculaires sur la rade de Toulon.

ToponymieModifier

Le mont Faron a été nommé ainsi à partir du XIIIe siècle[2]. En provençal il s'appelle Faro.

Ce terme viendrait du « farot » qui est une tour de guet dans laquelle les villageois assuraient une surveillance permanente de la côte[3].

Au Moyen Âge, on trouve deux orthographes Pharon et Faron. Ces mots désignent des phares ou les signaux se transmettent au moyen de feux avec de la fumée épaisse issue de paille bien mouillée. Ces phares portaient les noms de Pharus, Farus, Farotus, Pharomum, Faromum[3].

GéographieModifier

GéologieModifier

Le mont Faron est composé de calcaire, comme l'ensemble des Monts toulonnais. Ce massif est issu des plissements géologiques émanant du rapprochement de la péninsule Ibérique sur la plaque européenne il y a 65 millions d'années. Poussant vers le nord-est, les plissements se formèrent à la rencontre de la plaque européenne et plusieurs couches plus anciennes se retrouvèrent propulsées en surface recouvrant les couches géologiques plus récentes.

La géologie et la morphologie du relief sont assez différentes selon les secteurs du mont Farron. Le versant nord-est est une haute falaise de calcaire urgonien. Côté nord et au nord-ouest, les colonnes et éperons sont issus de l'érosion de calcaire dolomitique jurassique. Sur les versants sud-ouest à sud, on trouve du calcaire barrémien, formant des blocs fracturés et des crêtes en lapiaz et plus vers l'est des bancs de calcaire portlandien. Le versant est présente des pointements rocheux, qui sont constitués de muschelkalk (calcaire coquillier)[4].

HistoireModifier

 
Mémorial du mont Faron

Le Faron a été habité par les hommes du Néolithique, peut-être aussi ceux du Paléolithique qui occupaient déjà ses grottes. Une vigie chargée de surveiller la mer et de signaler l'approche des bateaux était installée au sommet[5].

Sous l'Empire romain, Telo Martius devient l'une des deux teintureries impériales, avec la ville libanaise de Tyr, de pourpre, colorant naturel de couleur rouge, grâce à l'exploitation des murex, un coquillage se trouvant dans la baie. Les robes de pourpre royale se vendaient extrêmement cher, car, pour teindre quelques mètres de tissu, il fallait plusieurs milliers de coquillages. On estime qu’il fallait environ 8 000 murex pour obtenir 1 gramme de teinture pourpre[6]. La surexploitation est telle que ce coquillage disparaît. Dans l'Empire romain tardif, le braconnage du murex est passible de la peine de mort[7]. La preuve principale de cette industrie à Toulon est une notice des dignitaires de l'empire datant de l'an 400 citant un « procurator baphii telonensis », un administrateur de la teinturerie de Toulon[8].

Par la suite une nouvelle industrie teinturière se développe sur le Faron. Les experts ne font pas tous le lien entre ces deux industries, mais cela est probable[réf. nécessaire]. Ainsi, au Moyen Âge, le mont se couvre de chênes verts parasités par le kermès des teinturiers, petite cochenille dont les œufs servaient à produire un colorant rouge vermillon pour les textiles. Cette industrie, peut-être survivance de celle des Romains, se poursuivit jusqu'au XVIe siècle. La « cueillette » des œufs était sévèrement réglementée. Nul ne pouvait couper du bois ou faire paître ses troupeaux dans les « vermellias » sans risquer une forte amende. La récolte du kermès et ses utilisations à des fins tinctoriales constituaient une appréciable source de revenus pour l'économie toulonnaise[9]. Ce sont les « vermillières du Faron ».

L'utilisation de cette cochenille méditerranéenne persiste jusqu'à la découverte du Nouveau Monde au XVIe siècle et de la cochenille du cactus (Dactylopius coccus) dont la concentration et le pouvoir colorant sont supérieurs et le coût de production moins élevé[10]. La production de cochenilles d’Amérique centrale croit rapidement et inonde le monde[11].

Sans argent donc sans entretien, le mont subit ensuite une désertification totale vers 1500. Les causes principales sont la déforestation excessive, le pâturage de trop nombreux troupeaux de chèvres, le ruissellement des eaux de pluies et les incendies réguliers[12]. L’adret du mont Faron est alors resté environ 400 ans totalement dénudé comme le démontrent :

  • en 1586, le 19 février, un mémoire des consuls de Toulon[13], équivalents à l'époque des maires actuels, nommés pour un an[14]. Le rapport évoque les « montagnes voisines tellement incultes et stériles » du terroir toulonnais[15] ;
  • en 1668 un rapport de Guidy, conseiller du roi ;
  • en 1707 une lettre du maréchal de Tessé lors du siège de Toulon ;
  • en 1727 un procès-verbal d’affouage[16].

Les populations voisines et les chèvres, dont il reste encore des enclos en pierres sèches pour parcage étaient les causes de cette déforestation. Seuls quelques arbres physiquement inaccessibles et de la baouco avaient résisté.

En 1860 une loi est publiée sur les reboisements. En 1864, par décret, le Faron est soumis au régime forestier. À partir de cette date, Émile Vincent, inspecteur des forêts à Toulon, prend la direction des travaux de reboisements sur la base de son étude réalisée en 1873[17].

Durant la Seconde Guerre mondiale, le lieu est libéré de l'occupation allemande après le débarquement allié en Provence en . Un mémorial y est inauguré en 1964.

ActivitésModifier

Cyclisme sur routeModifier

Caractéristiques de l'ascensionModifier

L'ascension du Faron est en sens unique du chemin du Fort Rouge (Toulon Ouest) vers l'arrivée du téléphérique, tout comme la descente de l'autre côté du fort du Faron vers la corniche Escartefigues (Toulon Est).

  • Arrivée : 508 m
  • Départ : Toulon (14 m)
  • Dénivellation : 494 m
  • Longueur : 5,5 km
  • Pente : 8 % de moyenne mais le deuxième kilomètre est à 11,4 %[18]
  • Les cyclistes professionnels mettent environ 17 minutes pour le gravir, soit une moyenne de 19 km/h[19].

Cyclisme professionnelModifier

Tour de FranceModifier

Le Tour de France n'est passé qu'une seule fois au mont Faron, lors de l'édition 1957 dans une étape entre Cannes et Marseille. Il a été classé en 1re catégorie.

Année Étape Distance (km) 1er au sommet
1957 12 239 Jean Stablinski
Paris-NiceModifier

Le mont Faron a servi d'arrivée de plusieurs étapes du Paris-Nice.

Année Étape Distance (km) 1er au sommet
1974 6a 21 Joop Zoetemelk
1975 6a 13,8 clm Joop Zoetemelk
1987 4 193 Jean-François Bernard
1988 3 179 Andrew Hampsten
1989 4 204 Bruno Cornillet
1990 6 164 Miguel Indurain
1991 6 164 Tony Rominger
1992 6 187 Tony Rominger
2002 4 175 Alexandre Vinokourov
2003 5 152,5 Alexandre Vinokourov
2005 5 172,5 Gilberto Simoni
Tour méditerranéenModifier

Beaucoup d'arrivées du Tour méditerranéen ont eu lieu au mont Faron. Cette épreuve ne se court plus depuis 2015.

Année Étape Distance (km) 1er au sommet
1976 2b 7 clm Roy Schuiten
1977 2b 11 clm Gilbert Chaumaz
1978 4b 8,5 clm Gerrie Knetemann
1979 3 7 clm Michel Laurent
1980 3a 5,5 clm Michel Laurent
1981 3a 8,5 clm Stefan Mutter
1983 2b 102 Steven Rooks
1984 3 136 Jean-Claude Bagot
1985 2 159 Éric Caritoux
1986 5a 27 Jean-François Bernard
1987 1 155 Robert Millar
1988 5 9 clm Tony Rominger
1989 4a 96 Luc Roosen
1990 4 113 Tony Rominger
1991 5 154 Phil Anderson
1992 5 117 Rolf Gölz
1993 2 154 Charly Mottet
1994 5b 32,6 Davide Cassani
1995 4b 100 Gianni Bugno
1996 4b 26,6 Michele Coppolillo
1997 4 141 Michele Bartoli
1999 1 140 Davide Rebellin
2000 5 148 Laurent Jalabert
2001 1 Ivan Basso
2002 4 147 Michele Bartoli
2003 4 110 David Moncoutié
2005 3 134 Jens Voigt
2006 2 112 José Iván Gutiérrez
2007 4 98 Rinaldo Nocentini
2008 3 100 Alexandre Botcharov
2009 6 165 David Moncoutié
2010 5 126 Francesco Masciarelli
2011 5 185 David Moncoutié
2013 4 145 Jean-Christophe Péraud
2014 5 192,7 Jean-Christophe Péraud
Autres coursesModifier

De plus, il a existé de 1920 à 1966, la course de côte du mont Faron, ainsi que de 1952 à 1970, une épreuve contre-la-montre.

Le mont Faron a été à l'arrivée de la 3e étape du Tour du Haut-Var 2019, avec un succès de Thibaut Pinot devant Romain Bardet, qui finissent dans le même ordre au classement général de l'épreuve. Sur le Tour des Alpes-Maritimes et du Var 2020, la 3e étape terminait au mont Faron et fut remportée par Julien Bernard.

Vélo tout terrainModifier

 
Le mont Faron vu depuis la rade de Toulon

Le mont Faron dispose de pistes de VTT typées descente et enduro pour tous les niveaux, du cycliste débutant au confirmé. Les pistes y sont très diverses, elles comportent des passages techniques, en « single track » (passage à grande vitesse), des pierriers, des « gap » (saut). Certaines pistes sont en forêt mais sur la majorité des pistes, vous roulez sur du calcaire (sur les pistes proches du téléphérique notamment) dans des pierriers ou des pistes assez cassantes. Le niveau de difficulté est variable.

Le mont Faron est un site naturel protégé, il ne faut emprunter que les sentiers déjà tracés. Les VTT sont seulement tolérés : il n'y a pas de piste officielle, ni de balisage des pistes VTT. Un plan à titre informatif est disponible aux caisses du téléphérique du mont Faron.

Course à piedModifier

Depuis 1976, le mont accueille l'arrivée de la montée du Faron. Partant depus La Valette-du-Var, le départ est déplacé à Toulon en 1988[20].

EscaladeModifier

Le mont Faron est un site d'escalade, décrit dans plusieurs topos[21]. Il comporte des secteurs de couennes (voie d'une longueur) ainsi que des grandes voies jusqu'à 150 m de hauteur, équipées pour l'escalade sportive ou propices à l'escalade en terrain d'aventure[22] :

  • Faron citernes (sous-secteurs : Globe trotter / Harmonie / Qui va là ? / Taupe-model / Dame oiselle / Pollen / Bébélo) ;
  • Faron téléphérique (sous-secteurs : Maud / Hermès-Toth / Voyages / Palanquin / Cèdre) ;
  • Faron nord (sous-secteurs : Ici l'ombre 1 & 2 / Nono lulu / Grande face ou Grand baou / La cour des grands / La concession 1 & 2 / Le balcon) ;
  • Faron tataouine ;
  • Faron lierres (sous-secteurs : Pitonnée / Lucky-Luke / Toutoune / Crépuscule / Pierre Louis / Aigle noir / La grotte).

SpéléologieModifier

En redescendant du sommet par la route du Faron, proche d'un virage en épingle, une grille protège l’entrée du Trou de diable[23] (cavité profonde de 85 m qui fut longtemps entourée de mystères et légendes jusqu'à son exploration en 1927).

TourismeModifier

Pour accéder au mont Faron, il existe un téléphérique[24]. C'est l'un des rares que l'on peut trouver en milieu urbain (avec par exemple Grenoble, Barcelone, Brest ou Rio de Janeiro) et qui permet aux cyclistes de se déplacer plus facilement.

Le Mémorial du débarquement en Provence et le zoo du Mont Faron, spécialisé dans la reproduction des félins, sont situés sur le mont Faron.

Protection environnementaleModifier

Le Faron est un site classé depuis le sur une superficie de 850 ha et fait partie d'une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (code régional ZNIEFF : 83-167-100 terrestre type II)[25].

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

BibliographieModifier

  • Académie du Var, Le mont Faron et son histoire, Éditions Autres Temps, 2011, 209 p.
  • Philippe Caudron, Mont Faron : Toulon, Éd. PEC, 2002, 16 p.
  • Daniel Friebe et Pete Golding, Sommets mythiques : Cyclisme, les 50 cols incontournables d'Europe, GEO, , 224 p. (ISBN 978-2-8104-0296-0), p. 22-25
  • Comité départemental FFME du Var, Grimper autour de Toulon, GDS Imprimeurs, 2013, p. 77-102 (ISBN 978-2-9510409-6-0).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Carte IGN classique » sur Géoportail.
  2. « Document PDF Les Citadelles du Levant, Carnet de route n°1 », sur Document PDF tiré du site officiel de la communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée (consulté le 1er mars 2013).
  3. a et b Bulletin de la Société académique du Var, Volumes 101 à 105, Académie du Var, Toulon, 1848, pages 165 et suivantes : « Notice sur l'origine du nom de la montagne Faron »
  4. Carte géologique du Faron et rapport DDTM-83, « Mont Faron : Limite de propagation - Aléa chutes de blocs », 2013 en ligne
  5. Le mont Faron et son histoire, Académie du Var, Éditions Autres Temps, 2011, 209 pages
  6. « Murex », sur louvrebible.org (consulté le 11 mars 2021)
  7. Annalisa Marzano, Harvesting the Sea: The Exploitation of Marine Resources in the Roman Mediterranean, OUP Oxford, (ISBN 978-0-19-967562-3, lire en ligne), p. 150
  8. « bibliotheca Augustana », sur www.hs-augsburg.de (consulté le 11 mars 2021)
  9. Gabriel Jauffret et Tony Marmottans, Ça s'est passé à Toulon et en pays varois,
  10. Moreno Aguilar, Handbook to Life in the Aztec World, Los Angeles, California State University, , 344 p. (ISBN 0-8160-5673-0, lire en ligne)
  11. Moreno Dr. Aguilar, Handbook to Life in the Aztec World, Los Angeles, California State University, , 344 p. (ISBN 0-8160-5673-0, lire en ligne)
  12. A. Dugelay, « Le Mont Faron reboisé depuis le XIXe siècle »,
  13. « Une belle réalisation : les reboisements du Faron », Revue forestière française,‎ (lire en ligne)
  14. Yumpu.com, « La chronologie des syndics, consuls et maires de ... - Mairie de Toulon », sur yumpu.com (consulté le 12 mars 2021)
  15. « Histoire de la forêt méditerranéenne sur le Mont Faron », sur www.animateur-nature.com (consulté le 12 mars 2021)
  16. Revue forestière française, « Une belle réalisation : les reboisement du Faron »
  17. Historique du mont Faron : Mont Faron, Toulon, Var
  18. [image] Mont Faron - Profil
  19. Mont Faron
  20. Yves Seigneuric, « Ascension du Mont Faron », sur cdm.athle.com, (consulté le 13 avril 2021)
  21. « Les Topos | Comité territorial du Var FFME » (consulté le 22 mars 2020)
  22. Mont Faron, camptocamp.org
  23. « CDS 83 | Détails et topographie de Trou du Diable », sur www.fichiertopo.fr (consulté le 31 mars 2020)
  24. Téléphérique du Faron
  25. « INPN, ZNIEFF 930012491 - MONT FARON - Description », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 30 mars 2020)