Ouvrir le menu principal
Mika Waltari
Description de cette image, également commentée ci-après
Mika Waltari en 1935.
Nom de naissance Mika Toimi Waltari
Naissance
Helsinki (Drapeau de la Finlande Finlande)
Décès (à 70 ans)
Helsinki (Drapeau de la Finlande Finlande)
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture finnois
Genres
Signature de Mika Waltari

Mika Toimi Waltari, né le à Helsinki et mort le dans la même ville, est un écrivain finlandais, célèbre pour ses romans historiques traduits dans de nombreuses langues et auteur de quelques romans policiers[1],[2].

Sommaire

BiographieModifier

Mika Waltari est le fils de Toimi Armas Waltari, un pasteur luthérien, aumônier de prison né en 1881 et de son épouse Olga Maria Johansson. À cinq ans, Waltari perd son père. Tout jeune, il assiste à la guerre civile finlandaise à Helsinki.

Plus tard, il s'inscrit à l'université d'Helsinki comme étudiant en théologie, selon les vœux de sa mère. En 1927, lance avec le dessinateur Asmo Alho (fi) le bande dessinée avec textes écrits en vers sous les images Kieku ja Kaiku (fi), publiée jusqu'en 1975[3].

Mais rapidement il abandonne la théologie en faveur de la philosophie, l'esthétique et la littérature, et il obtient son diplôme de maître en 1929. Pendant ses études, il contribue à divers magazines et écrit des poèmes et des histoires. Il obtient la publication de son premier livre en 1925.

ParisModifier

Pendant ses études universitaires Waltari part à Paris en 1927. Il y écrit son premier grand roman Suuri illusioni (La Grande illusion), très apprécié par la jeunesse finlandaise. En termes de style, le roman est considéré comme l'équivalent finlandais des œuvres des écrivains américains de la Lost Generation. Le livre de Waltari est un roman historique, qui a lieu au XXe siècle, le héros est un Finlandais qui se rend à Paris à vingt ans et y vit une vie plutôt bohème.

Bibliographie de l’édition françaiseModifier

  • Boucle d'or [« Kultakutri »] (trad. Jean-Luc Moreau), Paris, Phébus, coll. « d’aujourd’hui, étranger », (1re éd. 1948), 156 p. (ISBN 9782859404833, ISSN 1157-3899)
  • L'Escholier de Dieu [« Mikael Karvajalka »] (trad. Jean-Pierre Carasso et Monique Baile), vol. no 2758, Paris, Presse pocket, coll. « dossier hist. et litt. Par Marie-Madeleine Fragonard p. 561-595 », (1re éd. 1948), 557 p. (ISBN 9782266019149)
  • Le Serviteur du Prophète [« Mikael Hakim »] (trad. Monique Baile et Jean-Pierre Carasso), Paris, Olivier Orban / Club France Loisirs, 1985 / juillet 1986 (1re éd. 1949), 579 p. (ISBN 9782724230291, ISSN 1157-3899)
  • La Journée des hommes libres [« Ihmisen vapaus »] (trad. Michel Chrestien), Nantes, L'Élan, mars 1993 (éd. 1952) (1re éd. 1950), 23 p. (ISBN 9782909027128)
  • Les Amants de Byzance ou L’Ange noir [« Johannes Angelos »] (trad. Jean-Louis Perret et Andrée Martinerie), Paris / Aix-en-Provence, Amiot-Dumont / Pandora éditions, coll. « Les meilleures traductions », 1954 / avril 1981 (1re éd. 1952), 292 / 331 p. (ISBN 9782863710210)
  • L’Ange noir [« Johannes Angelos »] (trad. Jean-Louis Perret et Andrée Martinerie, préf. Claude Aziza), Paris, Pocket, coll. « dossier hist. p. 307-315. (éd. 1993) », (1re éd. 1952), 304 p. (ISBN 9782266053716)
  • L’Étrusque [« Turms, Kuolematon »] (préf. et trad. Jean-Pierre Carasso), vol. no 67, Paris, Olivier Orban / Le Seuil, coll. « Points », (1re éd. 1955), 512 p. (ISBN 9782020246422)
  • Le Secret du royaume, Myrina [« Valtakunnan salaisuus »] (trad. Monique Baile et Jean-Pierre Carasso), Paris, Olivier Orban, coll. « Les romans dans l’Histoire », (1re éd. 1959), 484 p. (ISBN 9782855652092)
  • La Viorne [« Koiranheisipuu »] (trad. Paula et Christian Nabais), Arles, Actes Sud, coll. « Lettres scandinaves », (1re éd. 1960), 109 p. (ISBN 9782742706662)
  • Le Secret du royaume, Minutus [« Ihmiskunnat viholliset »] (trad. Monique Baile et Jean-Pierre Carasso), Paris, Olivier Orban, coll. « Les romans dans l’Histoire », (1re éd. 1964), 668 p. (ISBN 9782855652115)
  • Jean le Pérégrin [« Nuori Johannes »] (trad. Jean-Luc Moreau), vol. no 4671, Paris, Presse pocket, (1re éd. 1981), 509 p. (ISBN 9782266053693)
  • Jésus le Nazaréen.

FilmographieModifier

  • Sininen varjo / Keskiyön murha [L’ombre bleue / Le meurtre de minuit] (1933), mise en scène de Valentin Vaala (en)
  • VMV 6 (1937)
  • Kuriton sukupolvi [La génération rebelle] (1937)
  • Vieras mies tuli taloon [Un étranger vint à la ferme] (1938)
  • Tanssi yli hautojen (1950)
  • Gabriel, tule takaisin ! [Gabriel, reviens !] (1951), mise en scène de Valentin Vaala (en)
  • Omena putoaa [La pomme tombe] (1952), mise en scène de Valentin Vaala (en)
  • Noita palaa elämään (1952)
  • Huhtikuu tulee [Avril viendra] (1953), mise en scène de Valentin Vaala (en)
  • L'Égyptien (The Egyptian, États-Unis, 1954), mise en scène de Michael Curtiz ; interprètes : Edmund Purdom, Jean Simmons, Gene Tierney, Victor Mature, Michael Wilding, Bella Darvi, Peter Ustinov
  • Rakas lurjus [Cher coquin] (1955), mise en scène de Toivo J. Särkka
  • Jokin ihmisessä (1956)
  • Kuriton sukupolvi [Jeunesse d’aujourd’hui] (1957), mise en scène de Matti Kassila
  • Vieras mies [Un étranger] (1957)
  • Verta käsissämme (1958)
  • Komisario Palmun erehdys [L’erreur du commissaire Palmu] (1960), mise en scène de Matti Kassila
  • Myöhästynyt hääyö [Une nuit de noce retardée] (1960), mise en scène de Edvin Laine
  • Kaasua, komisario Palmu ! [Plein gaz, commissaire Palmu !] (1961), mise en scène de Matti Kassila
  • Miljoonavaillinki [Déficit par millions] (1961), mise en scène de Toivo J. Särkka
  • Tähdet kertovat, komisario Palmu [Les étoiles le disent, commissaire Palmu] (1962), mise en scène de Matti Kassila
  • Jäinen saari (1964) - Vodkaa, komisario Palmu [De la vodka commissaire Palmu] (1969), mise en scène de Matti Kassila
  • Kuningas jolla ei ollut sydäntä (1982)
  • Suuri illusioni [Grande illusion] (1985)

Prix et reconnaissanceModifier

Lien interneModifier

RéférencesModifier

  1. Nicolas Benard, « Mika Waltari, Biographie d'un génie littéraire », ministère des Affaires étrangères de Finlande, (consulté le 30 décembre 2015)
  2. (en) Petri Liukkonen, « Mika Waltari », Authors Calendar (consulté le 30 décembre 2015)
  3. Patrick Gaumer, « Kieku ja Kaiku », dans Dictionnaire mondial de la BD, Paris, Larousse, (ISBN 9782035843319), p. 481.

Liens externesModifier