Metz-le-Comte

commune française du département de la Nièvre

Metz-le-Comte
Metz-le-Comte
Vue du bourg.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Clamecy
Intercommunalité Communauté de communes Tannay-Brinon-Corbigny
Maire
Mandat
Jean-Claude Gauthier
2020-2026
Code postal 58190
Code commune 58165
Démographie
Population
municipale
161 hab. (2018 en diminution de 2,42 % par rapport à 2013)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 31″ nord, 3° 38′ 24″ est
Altitude Min. 157 m
Max. 314 m
Superficie 14,37 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Clamecy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Clamecy
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Metz-le-Comte
Géolocalisation sur la carte : Nièvre
Voir sur la carte topographique de la Nièvre
City locator 14.svg
Metz-le-Comte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Metz-le-Comte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Metz-le-Comte

Metz-le-Comte (en nivernais Ma) est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

Située entre l'Yonne et son affluent l'Armance, Metz-le-Comte et son hameau Champagne sont séparés par la « Montagne » où se situe l'église romane du XIIe siècle Notre-Dame-de-l'Assomption.

GéologieModifier

HydrographieModifier

Villages, hameaux, lieux-dits, écartsModifier

Communes limitrophesModifier

  Brèves La Maison-Dieu  
Asnois
Amazy
N Teigny
O    Metz-le-Comte    E
S
Tannay Flez-Cuzy Vignol

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Metz-le-Comte est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Clamecy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 45 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (90,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (62,7 %), prairies (23,2 %), forêts (7,5 %), zones agricoles hétérogènes (4,5 %), zones urbanisées (2,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

HistoireModifier

Fief dès le haut Moyen Âge, les seigneurs de l'époque ont souvent pratiqué le brigandage.[réf. nécessaire]

Le duc de Bourgogne prit la place de haute lutte en 880. Le vieux château fort de Maers fut le berceau des comtes de Nevers.

En 1590 la ligue s'en empara, mais Louis de Gonzague, duc de Nevers, reprit la ville et démantela les remparts.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune porta provisoirement le nom de Metz-la-Montagne[8].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 ? Marcel Truchot    
    Jean Garnaud   Retraité
mars 2014 En cours Jean-Claude Gauthier   Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2018, la commune comptait 161 habitants[Note 3], en diminution de 2,42 % par rapport à 2013 (Nièvre : −4,36 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
678688655630670698708700664
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
693658651633610561552500502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
472458397337346320295297247
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
244237189173168165190171163
2018 - - - - - - - -
161--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

L'activité est essentiellement agricole, centrée sur l'élevage bovin et le vin cépage melon notamment.

Lieux et monumentsModifier

Religieux
  • Église Notre-Dame de l'Assomption, surplombant le village cette église est romane, au toit de lauze, classée, du XIIe siècle. Cette ancienne chapelle du château est devenue paroissiale. Sa silhouette masive est saisissante. À l'intérieur :
    • Statue de la Vierge à l'Enfant, pierre sculptée de l'école champenoise du XIVe siècle, exécutée en ronde-bosse et portant des traces de polychromie. La Vierge est assise sur un siège en X et aux quatre coins du siège, une tête de lion, de singe, de chien, et d'homme grimaçant, les extrémités de ces pieds sont en griffes d'animaux. Elle présente son enfant à l'allure très grecque, debout sur son genou droit, pieds nus,   Classé MH (1962)[13].

Ouverte le lundi et mercredi, sinon voir panneau d'affichage[14].

Civils

Personnalités liées à la communeModifier

François Mitterrand y résida dans les années 1950[réf. nécessaire].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 1er avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Clamecy », sur insee.fr (consulté le 1er avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 1er avril 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Metz-le-Comte », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 5 août 2012).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. Lydie Dupont, Trésors cachés des églises de la Nièvre, La Camosine, 1990, notice n°17, p.33/160.p.
  14. Dépliant touristique du diocèse de Nevers, Visitez les églises de la Nièvre, Pastorale Tourisme & Loisirs, 2013

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :