Ouvrir le menu principal

Matteo Franceschini

compositeur italien


Matteo Franceschini
Description de l'image Defaut.svg.

Naissance
Trente (Italie)
Activité principale Compositeur
Style Musique contemporaine
Formation Conservatoire Giuseppe-Verdi (Milan), Académie nationale Sainte-Cécile (Rome), Ircam (Paris)
Maîtres Alessandro Solbiati (it)
Azio Corghi
Site internet Site de Matteo Franceschini

Matteo Franceschini est un compositeur italien de musique contemporaine né le à Trente.

BiographieModifier

Matteo Franceschini naît le à Trente dans la région du Trentin-Haut-Adige en Italie[1] dans une famille de musiciens. Son père, Armando Franceschini est compositeur et directeur du Conservatoire de musique (it) F.A. Bonporti de Trente[2].

Il étudie la clarinette avec Mauro Pedron et la composition musicale avec son père au conservatoire de sa ville natale[3] avant de se former en composition auprès d'Alessandro Solbiati (it) au Conservatoire Giuseppe-Verdi de Milan puis dans la classe d'Azio Corghi à l'Académie nationale Sainte-Cécile de Rome. En 2006 il rejoint l'Institut de recherche et coordination acoustique/musique à Paris où il suit le cursus annuel de composition et d'informatique musicale jusqu'en 2008[1]. Il se perfectionne en composition auprès de Luca Francesconi, Wolfgang Rihm et Pascal Dusapin et en direction d'orchestre avec Sandro Gorli[3].

Il est membre depuis 2006 de l'institut Agon[4], l'un des plus importants centres italiens d'électroacoustique et d'informatique musicale[3], matières qu'il enseigne de 2012 à 2014 aux Conservatoires (it) de Bari (conservatoire Niccolò Piccinni) et d'Alexandrie (conservatoire Antonio Vivaldi). Il est également invité à présenter ses compositions en France, au Conservatoire de Paris, à l'Ircam, au Festival d'Aix-en-Provence, et en Italie, à l'Université libre des langues et de la communication de Milan, à l'Université de Rome III, aux Conservatoires Sainte-Cécile de Rome et Giuseppe-Verdi de Milan. L'école de musique de la Villa La Torraccia (it) de Fiesole lui dédie un concert dans le cadre de rencontres Musique et Culture[5]. Il est compositeur en résidence à l'Atelier de recherche et de création pour l'art lyrique (ARCAL) en 2008-2009[6], à l'Orchestre national d'Île-de-France en 2010-2011 et 2011-2012[5] et à l'Accademia Filarmonica Romana en 2012-2013[7]. En 2016, il présente son expérience et son œuvre lors d'une conférence du cycle Incontri di Analisi e Composizione du Conservatoire de Trente[2].

Matteo Franceschini est cité dans l'article Opera lirica de l'Encyclopédie Treccani[8].

ŒuvreModifier

  Cette section est en cours de réécriture ou de restructuration importante. Les informations peuvent être modifiées à tout moment par le ou les utilisateurs ayant apposé ce bandeau. (La date de pose de ce bandeau est inconnue. Vous pouvez la préciser (consulter l’aide de ce modèle).)

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du catalogue des œuvres de Matteo Franceschini sur le site de la Casa Ricordi[9].

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent des fiches d'œuvres de Matteo Franceschini sur le site de l'Ircam[3].

Outre les créations supra, Matteo Franceschini reçoit des commandes de la Wigmore Hall de Londres, du Ministère de la Culture (commande d'État), de l'Opéra de Reims, de l’Accademia Filarmonica Romana, de l'Orchestre I Pomeriggi Musicali (it), de la RAI, de l'institut Agon, de l'Atelier de recherche et de création pour l'art lyrique (Arcal). Ses oeuvres sont également dirigées par Pascal Rophé, Arturo Tamayo (es), Ronald Zollman (en) et données dans le cadre des festivals et des salles Gaveau, de la Società del quartetto di Milano (it), Traiettorie (Fondation Prometeo), Unione Musicale (it) à Turin, Radio France, Archipel à Genève, Nederlandse Muziekdagen (nl) à Utrecht, Zukunftsmusik à Stuttgart, Operadhoy à Madrid, Prague Premieres, Münchner Opernfestspiele (de), Kammermusikfest Lockenhaus (de) et à l'Université Harvard[5].

StyleModifier

Matteo Franceschini écrit pour l'opéra, pour le théâtre et créée également des bandes-son pour le cinéma et des œuvres multimédia[5]. La théâtralité de son récit musical et l'univers onirique de son œuvre, reflètent ses recherches sur le timbre[1]. Ses compositions sont diffusées par nombre de radios comme France Musique[10] ou la Radio-télévision belge de la Communauté française[11].

RécompensesModifier

Animi Conscientia est remarquée lors du 31e Concours international de composition Guido d'Arezzo en 2004[12]. Ardus[13] est primée la même année lors du forum pour jeunes compositeurs Tactus[14] de Bruxelles et créée le 4 février 2005 au Palais des beaux-arts de Bruxelles par l'Orchestre national de Belgique sous la direction de Mikko Franck[15]. L'installation Il suono della guerra dei suoni est récompensée par le premier prix du festival italien des événements et de la communication live Best Event Awards en 2009 pour le meilleur événement public[16]. Milo et Maya around the world remporte en 2014 la première édition du Rolf Liebermann Prize for Opera[17] du Cercle européen de philanthropes pour l'opéra et le ballet, Fedora. Middle eight obtient en 2012 le prix de la deuxième édition du festival Play it! dans la section musique de chambre décerné par l'Orchestre régional de Toscane (it)[18].

Matteo Franceschini est nommé Trentino dell'Anno - Personaggio per il futuro 2009[2]. Il reçoit en 2012 le prix Carloni dans la catégorie jeune compositeur[19] et le titre d'« Italian Affiliated Fellow in Musical Composition » lui est attribué la même année par l'American Academy in Rome[20].

DiscographieModifier

Son premier enregistrement, Il risultato dei singoli, interprété par l'ensemble milanais Divertimento, est publié par le label Stradivarius (it) en avril 2011[21],[22].

PublicationsModifier

Les partitions de Matteo Franceschini sont publiées par l'éditeur milanais Suvini Zerboni - Sugar (it)[23] jusqu'en 2010 et par la Casa Ricordi depuis 2011[9].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Franceschini Matteo (1979) », Centre de documentation de la musique contemporaine (lire en ligne)
  2. a b et c (it) « Incontro con il compositore Matteo Franceschini », Trentino Cultura (lire en ligne)
  3. a b c et d « Matteo Franceschini », sur le site de l'Ircam
  4. Agon (lire en ligne)
  5. a b c et d « Matteo Franceschini », Orchestre national d'Île-de-France (lire en ligne)
  6. « La résidence de Matteo Franceschini en 2008-2009 », Atelier de recherche et de création pour l'art lyrique (ARCAL) (lire en ligne)
  7. (it) « Residenze », Accademia Filarmonica Romana(lire en ligne)
  8. (it) « Opera lirica », encyclopédie Treccani (lire en ligne)
  9. a et b (it) « Matteo Franceschini », Casa Ricordi (lire en ligne)
  10. « « Exercices de style » de Matteo Franceschini (Diffusion intégrale) », Alla Breve, Anne Montaron, France Musique, 22 septembre 2013 (lire et écouter en ligne)
  11. « Rencontre avec Matteo Franceschini », Musiq3, Radio-télévision belge de la Communauté française, 15 décembre 2014 (lire en ligne)
  12. (it) « Concorso Internazionale di Composizione — Opere segnalate », Concours international de composition Guido d'Arezzo, Albo d'Oro (lire en ligne)
  13. « Ardus (Chanto II) (2004-2007) pour grand orchestre », sur le site de l'Ircam
  14. « 'tactus — Forum pour jeunes compositeurs » (lire en ligne)
  15. « Le miracle «Tactus» : première édition », Martine D. Mergeay, La Libre Belgique, 24 décembre 2004 (lire en ligne)
  16. (it) « Luci Futuriste e Il Suono della Guerra dei Suoni », Best Event Award, Events typology, Evento publico (lire en ligne)
  17. (en) « 1st Edition of the Fedora - Rolf Liebermann Prize for Opera » (lire en ligne)
  18. (it) « Albo d'Oro Play it! », programme du festival, p. 7 (lire en ligne)
  19. (it) « Centro Studi Musicali Nino-Carloni », Premio Carloni, Premio Giovane Compositore (lire en ligne)
  20. (en) « Bright lights shine for the Arts in Rome during four days di December », American Academy in Rome (lire en ligne)
  21. (it) « Matteo Franceschini, Il risultato dei singoli », il Corriere Musicale, Patrizia Luppii, l3 novembre 2011 (lire en ligne)
  22. (it) « Matteo Franceschini », Divertimento Ensemble, discographie (lire en ligne)
  23. (it) « Franceschini Matteo », Edizioni Suvini Zerboni (lire en ligne)

Liens externesModifier