Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Varin.
Philippe Varin
Description de cette image, également commentée ci-après
Philippe Varin en 2013.
Naissance (67 ans)
Reims (Champagne-Ardenne)
Nationalité française
Diplôme
Activité principale
Président du conseil d’administration d’Orano
Vice-président du Conseil national de l’Industrie
Président de France Industrie[1]
Formation
Ingénieur
Distinctions
Chevalier de l’Ordre du Mérite (1992)
Commander of the British Empire (2008)
Officier de la Légion d'honneur (2011)

Philippe Varin, né le à Reims, est un chef d'entreprise français qui a fait toute sa carrière dans l'industrie.

Il a été président du directoire du groupe PSA Peugeot Citroën de 2009 à 2013. Il délocalise une grande partie de la production en Chine, en 2010 sa rémunération annuelle a atteint 3 253 700 euros (dont 1 651 000 euros de part variable). Après que Robert Peugeot, le dernier membre de la famille Peugeot, a pris en 2014 sa retraite comme président du Conseil de surveillance, il ratifie l'entrée du groupe automobile chinois Dongfeng au capital de PSA, puis quitte la présidence du groupe. Le Conseil de surveillance lui a octroyé une retraite-chapeau de 299 000 euros bruts annuels.

Nommé président du conseil d'administration d'Areva de janvier 2015 à octobre 2019, il a conduit à terme la restructuration du groupe et a été en charge de la terminaison du chantier du réacteur nucléaire EPR en Finlande. Philippe Varin est président du conseil d’administration d’Orano[2], groupe recentré sur le cycle du combustible, et président de France Industrie[1].

BiographieModifier

Philippe est le fils de Pierre Varin (1920-2013), représentant de commerce pour le champagne[3]. Aîné d’une fratrie de cinq garçons, Philippe Varin étudie tout d'abord au Lycée Saint-Joseph de Reims, puis en classes préparatoires au lycée privé Sainte-Geneviève de Versailles[4]. Il est diplômé de Polytechnique (promotion 1973) et de l'École des Mines de Paris (promotion 1975). Ingénieur civil des mines, il commence sa carrière chez Pechiney en 1978 en tant que chercheur.

Il occupe par la suite différents postes de direction au sein de ce Groupe (contrôle de gestion, stratégie, direction du projet Aluminium Dunkerque) avant d’être nommé en 1995 directeur de la division Rhenalu, puis directeur général du secteur de l’Aluminium, et en 1999 membre du comité exécutif du groupe Pechiney qui est vendu en 2003 au groupe canadien Alcan, et la fin de la production d'aluminium française.

En mai 2003, il prend la direction du groupe sidérurgique Corus qu'il parvient en trois ans à vendre par une OPA amicale au groupe indien Tata Steel[5]. Philippe Varin a fait savoir qu'il avait réussi à faire cette vente à un prix quinze fois supérieur à ce que valait l'entreprise à son arrivée[6]. En 2006, il préside la fédération européenne des sidérurgistes, Eurofer.

2009-2014Modifier

Il prend le la direction du groupe PSA Peugeot Citroën, en remplacement de Christian Streiff[7].

Le retournement du marché profite à PSA dès la mi-2009, le groupe prévoyant un retour aux bénéfices en 2010, facilité par le succès des modèles validés sous la houlette de son prédécesseur Christian Streiff : gamme premium (inaugurée par la Citroën DS3 et la Peugeot RCZ), Peugeot 5008… Il renoue les liens avec les partenaires (BMW…). Même s'il échoue à négocier une entrée du groupe Mitsubishi dans le capital de PSA en raison de l'opposition de la famille Peugeot, il renforce les coopérations avec lui, et donne la priorité à des transferts de production en Chine : développement de la coopération avec Dong Feng et seconde coopération avec Chang'An[8]. En juin 2010, il nomme Grégoire Olivier directeur des opérations en Asie ; c'est le premier membre du directoire installé en permanence à l'étranger[9].

Il est nommé au Centre d'études prospectives et d'informations internationales par décret du 6 novembre 2010[10].

En 2010, sa rémunération annuelle au sein du groupe PSA a atteint 3 253 700 euros (dont 1 651 000 euros de part variable)[11]. En 2011, après renoncement par Philippe Varin à l'octroi de la part variable, elle redescend aux environs de 1,3 million d'euros[12].

 
Philippe Varin en compagnie de Karl-Thomas Neumann (Opel), Dieter Zetsche (Daimler), Wan Gang (ministre chinois) et Angela Merkel (chancelière allemande)

Le 25 novembre 2013, un communiqué de presse de PSA Peugeot-Citroen annonce qu'il sera remplacé par Carlos Tavares dans son poste de président du directoire de PSA Peugeot-Citroën dans le courant de l'année 2014[13]. Le 27 novembre 2013, il annonce renoncer à sa retraite-chapeau, provisionnée dans les comptes de PSA au niveau de 21 millions d'euros[14], qu'il devait toucher sous forme d'une rente versée jusqu'à la fin de sa vie à condition de terminer sa carrière chez PSA, « compte tenu de la polémique que ce sujet a suscitée, de l’émotion de notre pays »[15]. Le 6 mai 2015, le conseil de surveillance annonce qu'il touchera tout de même une retraite-chapeau de 299 000 euros bruts par an.

À son actif figurent la conduite de la restructuration industrielle de PSA en France, de nouveaux modèles des marques Peugeot et Citroën (Peugeot 2008, Citroën C4 Picasso...)[16], le redressement de la coopération en Chine et la négociation de l'entrée de Dongfeng au capital de PSA.

Depuis 2015Modifier

Le , il est désigné par l'assemblée générale d'AREVA comme nouveau président du conseil d'administration de l'entreprise[17]. Le 6 mai suivant, il menace de démissionner, après les critiques contre sa retraite chapeau de Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement[18]. Sous sa présidence, le groupe dirigé par Philippe Knoche met en œuvre son plan de transformation dans le cadre fixé par l’Etat le 3 juin 2015[19].

Cette restructuration aboutit à la création de 3 entités : Orano, recentré sur le cycle du combustible nucléaire avec des activités allant de la production d’uranium jusqu’au recyclage des matière nucléaires ; Framatome, en charge de la construction et des services liés aux réacteur nucléaire, qui fait désormais partie du groupe EDF ; AREVA SA, en charge de la terminaison du chantier de réacteur nucléaire EPR en Finlande. Philippe Varin a œuvré afin de permettre la recapitalisation d’AREVA SA et d’Orano par l’Etat ainsi que l’entré de partenaires industriels au capital d’Orano (groupes japonais Mitsubishi et JNFL à hauteur de 10%)[20].

Philippe Varin a également mené à bien les négociations avec l’électricien TVO permettant de mettre fin aux procédures juridiques lancées dans le cadre du projet de la construction du réacteur nucléaire EPR en Finlande. Ces négociations ont abouti à un accord le 11 mars 2018 mettant fin à l’ensemble des litiges concernant ce chantier de construction[21].

Le 18 novembre 2017, Philippe Varin est nommé vice-président du Conseil national de l’Industrie[22], et le 1er février 2018 il prend la présidence de France Industrie[23], organisation qui réunit et représente les entreprises et fédérations du secteur industriel.

FonctionsModifier

  • 1978-2003 : Différents postes au sein du groupe Pechiney, Directeur de Secteur et membre du comité exécutif en 1999[24]
  • 2003-2009 : Chief executive officer / Président Directeur Général de Corus, puis Tata Steel Europe
  • 2006-2013 : Board member of BG Group[25]
  • 2009-2013 : président du directoire du groupe PSA Peugeot Citroën
  • 2009-2013 : administrateur de Faurecia
  • Depuis 2012 : président du Cercle de l'industrie[26]
  • Depuis 2013 : administrateur de Saint-Gobain, président, dans le conseil d'administration de Saint-Gobain, du Comité des Nominations, des Rémunérations et de la Gouvernance
  • 2014-2015 : administrateur d'EDF [27]. Suspension puis fin de son mandat d’administrateur d’EDF en 2015[28],[29] pour éviter les conflits d’intérêt avec ses fonctions de président du conseil d’administration d’AREVA.
  • Depuis 2014 : représentant spécial du ministre des affaires étrangères et du développement international pour l’ASEAN [30]
  • Depuis 2015 : président du conseil d’administration d'AREVA
  • Depuis 2015 : président du World Materials Forum[31]

Vie privéeModifier

Son épouse, Claire Bour, est médecin[35]. Ils ont quatre enfants.

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Philippe Varin élu à la présidence de France Industrie », sur FIGARO, (consulté le 24 juillet 2019)
  2. « Philippe Varin quitte la présidence d'Areva »
  3. « Philippe VARIN - sa biographie », sur https://www.abcbourse.com/, (consulté le 11 juin 2015)
  4. « Les petits secrets de Philippe Varin le nouveau patron de Peugeot Citroën », sur http://www.capital.fr/, (consulté le 11 juin 2015)
  5. « PSA Peugeot Citroën: Streiff évincé, remplacé par Philippe Varin », Agence France Presse, (consulté le 29 mars 2009)
  6. « Philippe Varin remplace Christian Streiff à la tête de PSA », Le Monde, (consulté le 29 mars 2009)
  7. « Peugeot: Philippe Varin remplace à Christian Streiff comme président du directoire », NouvelObs.com, (consulté le 29 mars 2009)
  8. « En un an chez PSA, Philippe Varin a mis le cap sur l’Asie », Le Figaro, (consulté le 11 juin 2010)
  9. « Grégoire Olivier », Les Échos, page 12, 10 juin 2010
  10. Décret de nomination
  11. http://www.journaldunet.com/economie/magazine/salaires-patrons-2010/philippe-varin.shtml
  12. http://www.journaldunet.com/economie/magazine/salaires-patrons/philippe-varin.shtml
  13. http://www.psa-peugeot-citroen.com/fr/medias/communiques-de-presse/nomination-de-carlos-tavares-au-directoire-de-psa-peugeot-citroen-pour-succeder-a-philippe-varin-en-2014
  14. Ce chiffre correspond en fait à une retraite de 310 000 euros nets par an pendant 25 ans, près des deux tiers des 21 millions d'euros correspondant à des charges fiscales et sociales. Il s'agit simplement d'une provision dans les comptes de PSA et non pas du montant que PSA aurait effectivement payé aux assureurs ou à l’État. Les 310 000 euros incluent pour un peu moins de 10 % la retraite contractuelle qui lui sera versée de toute façon
  15. « PSA : Philippe Varin a renoncé à sa retraite chapeau, Hollande apprécie », sur Les Échos,
  16. Article Caradisiac.com, 14 mars 2016
  17. Jean-Michel Bezat, Areva : une nouvelle direction pour redresser le groupe, Le Monde, le 8 janvier 2015, consulté le 25 février 2015
  18. « Philippe Varin a menacé de démissionner d’Areva », sur https://www.lemonde.fr/, (consulté le 11 juin 2015)
  19. Article LeMonde.fr, 3 juin 2015
  20. « Orano: JNFL et MHI entrent au capital », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  21. « Areva et TVO soldent leur litige sur l'EPR finlandais », UsineNouvelle,‎ (lire en ligne)
  22. Arrêté du 18 novembre 2017, sur Legifrance
  23. Article Le Figaro du 1er février 2018
  24. Article Challenges.fr – 3 juin 2009
  25. Article Ingworldnews.com
  26. Article usinenouvelle.com
  27. [1]
  28. [ https://www.edf.fr/groupe-edf/premier-electricien-mondial/gouvernance/conseil-d-administration]
  29. [ https://www.edf.fr/groupe-edf/espaces-dedies/medias/tous-les-communiques-de-presse/conseil-d-administration-d-edf-proposition-de-nomination-de-claire-pedini-directrice-generale-adjointe-chargee-des-ressources-humaines-de-saint-gobain-en-qualite-d-administratrice-0 ]
  30. Site diplomatie.gouv.fr
  31. «La deuxième édition du World Materials Forum.»
  32. Article dans Le Moniteur du Commerce International du 28 septembre 2017
  33. Article dans Le Point du 14 novembre 2017
  34. Article dans Usine Nouvelle du 9 septembre 2017, mis à jour le 2 février 2018
  35. « Docteur Bour-Varin Claire, Médecine générale », sur http://www.fourmisante.com/ (consulté le 19 septembre 2015)