Marolles (Oise)

commune française du département de l'Oise

Marolles
Marolles (Oise)
Mairie de Marolles.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Senlis
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Valois
Maire
Mandat
Guy Provost
2020-2026
Code postal 60890
Code commune 60385
Démographie
Gentilé Marollais, Marollaises
Population
municipale
675 hab. (2018 en augmentation de 0,3 % par rapport à 2013)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 10′ 15″ nord, 3° 06′ 21″ est
Altitude Min. 62 m
Max. 151 m
Superficie 13,22 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Nanteuil-le-Haudouin
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Marolles
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Marolles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marolles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marolles

Marolles est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

GéographieModifier

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Marolles est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[4],[5].

ToponymieModifier

Maroliae, Marogilum, Merroles (1241), Marolles[6].

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1981 En cours
(au 12 septembre 2014)
Guy Provost   Réélu pour le mandat 2014-2020[7]

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2018, la commune comptait 675 habitants[Note 3], en augmentation de 0,3 % par rapport à 2013 (Oise : +1,44 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
472586606600603595622649633
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
668668690673666695661607591
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
573589624575619623676674648
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
541561515509612621657662667
2013 2018 - - - - - - -
673675-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,9 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 52,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,4 %, 15 à 29 ans = 13,6 %, 30 à 44 ans = 20,7 %, 45 à 59 ans = 27,2 %, plus de 60 ans = 16,2 %) ;
  • 47,1 % de femmes (0 à 14 ans = 21 %, 15 à 29 ans = 15 %, 30 à 44 ans = 20,4 %, 45 à 59 ans = 23,2 %, plus de 60 ans = 20,4 %).
Pyramide des âges à Marolles en 2007 en pourcentage[12]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
5,4 
75 à 89 ans
8,9 
10,8 
60 à 74 ans
11,5 
27,2 
45 à 59 ans
23,2 
20,7 
30 à 44 ans
20,4 
13,6 
15 à 29 ans
15,0 
22,4 
0 à 14 ans
21,0 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monumentsModifier

Monument historiqueModifier

 
Église Sainte-Geneviève de Marolles - cloche de l'église sonnant 13 h :

Marolles ne compte qu'un seul monument historique sur son territoire.

  • Église Sainte-Geneviève, rue de l'Église / rue du Bas-Village (classée monument historique par arrêté du [14]) : Elle a été bâtie au cours des années 1130 par un atelier venu de Normandie. Son style roman tardif fait déjà appel à l'arc en tiers-point et au voûtement d'ogives, réservée en l'occurrence à la croisée du transept, qui constitue la partie la plus intéressante de l'église à l'intérieur. En même temps, l'absence de colonnettes à chapiteaux sur les grandes arcades de la nef basilicale, et la sculpture très stylisée et à faible relief des chapiteaux de la croisée du transept, paraissent déjà archaïques à la période de construction. Assez curieusement, la nef, d'une extrême sobriété à l'intérieur, était richement décorée à l'extérieur. En témoignent encore l'archivolte du portail occidental, et les corniches et la décoration des fenêtres latérales, aujourd'hui uniquement visibles depuis les bas-côtés. À l'extérieur, le principal élément qui reste des années 1130 est l'impressionnant clocher roman avec trois étages de baies et une haute flèche de pierre octogonale. Il passe pour être l'un des plus beaux du département. Sinon, les élévations extérieures sont surtout gothiques, et notamment gothiques flamboyantes, car l'église Sainte-Geneviève a été lourdement remaniée, d'abord au cours des années 1240 avec la reconstruction du croisillon nord, puis au second quart du XVIe siècle avec la construction d'un nouveau chœur, d'un nouveau croisillon sud, et d'un nouveau bas-côté sud, dont le voûtement ne fut jamais achevé. La voûte romane du carré du transept a ainsi été reprise en sous-œuvre de trois côtés. Les parties orientales de l'église Sainte-Geneviève offrent néanmoins un aspect cohérent et harmonieux[15].

Autres éléments du patrimoineModifier

 
Restitution du château de Bourneville, XVIIIe siècle.
 
Restitution du château de Bourneville, XVIIIe siècle.
 
Restitution du château de Bourneville, XVIIIe siècle.
  • Château de Bourneville : Construit par l'architecte Jean-Sylvain Cartaud et gravé dans L'Architecture française de Jean Mariette (1727). Ce château a appartenu au XIXe siècle au baron de Frénilly, puis à Henri Lutteroth, beau-père de l'homme politique William Henry Waddington.
  • Chapelle du Clos du Réveil, au hameau de Préciamont : XIIIe siècle. Elle avait été construite comme dépendance d'une exploitation agricole dépendant de la chartreuse de Bourgfontaine.
  • Phallus de Préciamont, au hameau du même nom : Il ne s'agit pas d'un menhir. La pierre, longue aiguille de grès de 3,50 m, a été trouvée par un ouvrier en 1866 à l'entrée du hameau. Elle a été dressée au milieu de celui-ci[16].

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 2 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 2 avril 2021).
  6. Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Betz, arrondissement de Senlis (Oise), Beauvais, Achille Desjardins, 1851, 178 p., p. 96.
  7. « Marolles », Cartes de France (consulté le 12 septembre 2014).
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  12. « Évolution et structure de la population à Marolles en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 octobre 2010).
  13. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 octobre 2010).
  14. « Église Sainte-Geneviève », notice no PA00114741, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. Dominique Vermand, Églises de l'Oise, canton de Betz, Betz, Valois, Multien et vallée de l'Ourcq, Comité Départemental de Tourisme de l'Oise / CCPV, , 34 p., p. 24-25.
  16. « Le phallus de Préciamont », sur Cire Tracir et Compagnie : Balades et Passions, (consulté le 22 septembre 2020).